Paupérisation des villes et théâtre des fractures sociales

Covid et confinement ont accéléré deux processus : la paupérisation des villes et l’exode urbain. Résultat : deux classes sociales risquent d’être bientôt face à face pour le pire certainement, le meilleur, cela reste en question.

Le Covid, suivi du confinement a eu bien des conséquences dont celles d’encourager, pour certains, la prise de conscience des conditions de vie dans la ville et les décider à en partir, notamment de Paris. Pour d’autres, la conséquence de la fragilisation économique a eu raison de loyers trop pesants et les poussent également sur le chemin d’un ailleurs.

D’autant que pour de nombreux salariés, le télétravail ayant connu un boom sans précédent, cela constitue trois populations de citadins qui quittent la capitale principalement.

La classe moyenne étant à nouveau fragilisée, ce sont alors les plus riches, d’un côté, et les plus précaires, de l’autre, qui vont occuper la ville.

Cette dernière va alors devenir le théâtre d’un face à face, qui sans la médiation de la classe intermédiaire risque de devenir davantage un affrontement qu’une opportunité de dialogue ou de rencontre.

 

Ainsi, si certains partent l’espoir dans le cœur pour vivre un meilleur « monde d’après », le rêve des cités aux millions d’habitants pourrait virer au cauchemar d’insécurité et d’affrontements des inégalités face aux opulences.

En ces temps d’élections, peut-être une vigilance à avoir pour « penser la ville autrement » et Paris en particulier.

En effet, la pandémie de la peur, entretenue chaque jour par les médias a davantage conduit à la méfiance de l’autre, perçu comme ennemi - détenteur du virus qui peut rendre malade et conduire à la mort - que comme une personne singulière que l’on aurait envie de rencontrer.

 

C’est aussi l’opportunité de retisser du lien social entre populations différentes, aux origines culturelles et sociales diverses en apprenant à se connaître et à se fréquenter. C’est-à-dire se côtoyer et tisser des passerelles fécondes ce que la distance « sociale » imposée par le Covid rend compliqué.

Par conséquent la responsabilité des maires et des équipes municipales va être déterminante pour façonner l’urbanisme et les axes de la Cité de demain.

Plus nous serons conscients de ces conséquences possibles et plus nous pouvons trouver des solutions et anticiper.

 

PS : je serais ravie d’avoir tord.

 

Christine Marsan, 4 juin 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.