MOCARES KOUASSI NGUESSAN : POUR L’AMOUR ET LA MEMOIRE DES SIENS !

Soyons nombreux à le soutenir les mardi 12 et mercredi 13 novembre 2019 au Palais de Justice de PARIS. Après avoir perdu sa première femme et ses 3 enfants assassinés par les rebelles de OUATTARA en 2002, Mocarès dit « Momo la caresse de GBAGBO » comparaîtra devant le Tribunal Correctionnel de PARIS Porte de Clichy les 12 et 13 novembre.

appel-au-soutien-2

Mocarès est injustement et arbitrairement incarcéré depuis plus d'un an pour avoir essayé de permettre à des exilés Ivoiriens fuyant la dictature criminelle de OUATTARA de venir en Europe via la LIBYE. Il avait lui-même pu venir en France par ce biais et en a témoigné devant des fidèles de son Eglise qui lui ont demandé son aide pour faire sortir des proches retenus en otages et en esclavage dans des prisons libyennes et libérables contre rançons.

Il a lui-même survécu à la traversée de la Méditerranée fin 2015. Sa compagne est aussi arrivée en France à bord d'un bâteau de sauvetage de SOS Méditerranée le 02 février 2017 après avoir subi l'enfer de l'esclavage en LIBYE. Malheureusement deux jeunes hommes qui avaient rejoints leur groupe au MAROC pour l'un et en LIBYE pour l'autre ont péri en mer lors d'une traversée le 08 mai 2017. Mocarès est présenté comme un des responsables de cette tragédie. Le seul chef d'accusation qu'il assume pleinement est celui d"aide à l'immigration clandestine". Après près d'un an d'écoutes téléphoniques, le juge d'instruction a admis qu'il n'avait jamais perçu d'argent et qu'il avait juste répondu à des demandes de familles désemparées par la disparition d'un des leurs dans l'enfer libyen.

Après près d'un an d'écoutes téléphoniques, le juge d'instruction a admis qu'il n'avait jamais perçu d'argent et qu'il avait juste répondu à des demandes de familles désemparées par la disparition d'un des leurs dans l'enfer libyen.

Aujourd'hui, nous appelons toutes celles et ceux qui le peuvent à le soutenir massivement que ce soit en assistant à son procès les mardi 12 et mercredi 13 novembre, en l'aidant à financer sa défense (1800€ rien que pour les frais d'avocat devant le Tribunal Correctionnel). Si vous souhaitez participer à cet élan de solidarité, un seul numéro, celui de sa fidèle et courageuse compagne de tous les jours, dans le bonheur comme dans la tourmente : Stéphanie Christelle Koffi[3] au 07 53 86 39 52.

Christelle%2BKOFFI%2BSAUVETAGE.PNG

Mocarès Kouassi Nguessan est l'une de ces centaines de milliers de victimes ivoiriennes[4] particulièrement touché par les crimes impunis de OUATTARA par rebelles sanguinaires interposés. Sa femme Blanche et ses 3 enfants ont été sauvagement assassinés au camp de gendarmes de Bouaké le 6 octobre 2002[5]. 17 ans après, ces crimes demeurent impunis. Les noms de ses proches ne figurent même pas sur la liste des victimes telle qu'elle a pu être présentée dans les médias avant de sombrer dans l'oubli le plus total... Mocarès comme des milliers de familles endeuillées ne dispose même pas d'une sépulture sur laquelle se recueillir. Le lieu d'ensevelissement de sa femme et de ses 3 enfants reste inconnu.

Blanche%2Bet%2Bpapa%2Bde%2BMocar%25C3%25A8s.jpg[1] Igor.jpg[2]

A noter que ce n'est pas parce qu'Amnesty International reconnaît une partie des crimes de la rébellion que les prétendus massacres qu'elle relaie pour établir un certain équilibre entre les deux camps ont bien eu lieu. D'autant qu'après avoir dénoncé les exactions réelles et largement documentées de la rébellion, Amnesty International ne fera rien pour que les victimes puissent témoigner. 17 ans plus tard, les auteurs de ce massacres n'ont pas été punis (Guillaume SORO en tant que chef du MPCI notamment) voire ont été récompensés. Quant à Gaetan MOOTOO chercheur Afrique de cette organisation, il se serait suicidé il y a plus de 2 ans, emportant avec lui une grande partie de tous ses macabres secrets[6].

t%25C3%25A9moignage%2Bveuve%2Bde%2Bgendarme%2BBouak%25C3%25A9%2Bjournal.jpg

Mocarès avait annoncé son intention de remplir un formulaire de demande de participation aux procédures et demande de réparations devant la CPI pour les victimes - personnes physiques[7]. Est-ce une pure coïncidence si son arrestation musclée est intervenue une semaine après le dépôt du recours de sa femme devant le Conseil d'Etat[8] ?

Pour justifier le maintien en détention de Mocarès qui n'a même pas pu assister à la naissance de sa fille BB KEYLA, la Procureure de la République a invoqué le risque de non présentation, le fait que Mocarès risquait de se soustraire à la Justice. Pourtant Mocarès n'a jamais cherché à dissimuler son identité, encore moins son soutien au Président Laurent GBAGBO. Les vrais trafiquants opèrent rarement à visage découvert. Au contraire Mocarès n'a jamais hésité à se mettre en avant dans le combat pour la libération du Président Laurent GBAGBO.

L’histoire de Mocarès KOUASSI NGUESSAN illustre parfaitement l’un des principes les plus courants de la domination néocoloniale sur fond de médiamensonges  tels que théorisés par Michel COLLON : l’inversion de la victime et du bourreau[9]. Comme dans beaucoup de procès où il s’agit de défendre la France postcoloniale, on nie les massacres voire les génocides perpétrés dans la zone d’influence de l’ « ex » puissance tutélaire et on perpétue des faux procès pour essayer de redorer son blason de pays dit des droits de l’Homme. Ces principes fonctionnent aussi bien à l’échelle internationale (on le voit avec la parodie de procès intenté à LA HAYE à Laurent GBAGBO depuis 2011 qui –après acquittement[10]- continue d’être maintenu à distance du pouvoir lui et ses fidèles compagnons à l’instar de Charles Blé Goudé[11]) mais aussi à l’échelle locale selon les bons sentiments que l’on veut promouvoir ou dissuader. Les tenants du système néocolonial avaient déjà bien manœuvré avec les manipulations autour du charnier de Yopougon, la disparition de Guy André KIEFFER toujours non élucidée, le bombardement de BOUAKE, l’affaire de Firmin MAHE, le dossier des femmes d’Abobo, la disparition d’Yves LAMBLIN, Stéphane DI RIPPEL et de leurs collaborateurs,… Autant de crimes bien réels pour la plupart, mais dont il s’agit souvent d’inverser la victime et le bourreau. Pendant ce temps les auteurs, complices et commanditaires de la tragédie ivoirienne dont le génocide Wé coulent des jours heureux au pouvoir en Afrique comme en Europe quand ils ne sont pas récompensés[12] !

Dominique OUATTARA s’apprête même à venir inaugurer le salon du chocolat ce mardi 29 octobre 2019 au profit de son ONG sorossienne « Children of Africa » en dépit de tous ses crimes réels ou dissimulés[13] ! Soyons nombreux à dénoncer cette imposture néocoloniale imposée au peuple ivoirien depuis avril 2011.

Soutenir%2BDominique%2BOUATTARA%2Bnuit%2Bgravement%2B%25C3%25A0%2Bla%2Bsant%25C3%25A9%2B02.PNG

 Photos de Mocarès avec des personnalités du combat pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes :
Mocar%25C3%25A8s%2Bf%25C3%25A9vrier%2B2018.jpg           Mocar%25C3%25A8s%2Bdevant%2Bla%2Bprison%2Bde%2BSCHENEVENINGEN.jpg

Avec le Ministre Koné KATINAN   Devant la prison SCHEVENINGEN

11%2BAVRIL%2B2018%2Babou%2Bgalliet.jpg27583932_1589031564546424_954682667_n.jpg27652990_1589031594546421_31523646_o.jpg

    Avec Abou GALLIET        Avec Serges KASSY

27661416_1589031611213086_1550455691_n.jpg 27707590_1589031621213085_1102366452_o.jpg Avec%2Bla%2Bfille%2Bdu%2Bcouple%2BGBAGBO.jpg

Avec Maître Habiba TOURE  Avec le Pr SAKO GERVAIS Avec une des filles de LG

Mocar%25C3%25A8s%2BFB%2B06-02-2017%2Bavec%2BSteve%2BBEKO.jpgMocar%25C3%25A8s%2BFB%2B06-02-2017%2Bavec%2BSt%25C3%25A9phane%2BKIPRE.jpgPablo%2BU-wa.jpg

 Avec Steve BEKO                 Avec Stéphane KIPRE              Avec Pablo U-wa

 

Alexis%2Bcorbi%25C3%25A8re.jpg guy%2BLABERTIT.jpg 

         Avec Alexis CORBIERE                          Avec Guy LABERTIT

 

 34341785_1710225772427002_2320806812711911424_n.jpg  27707275_1589031591213088_1055370409_o.jpg

         Avec Ephrem Kobri Boda                        Avec l'équipe du CRI PANAFRICAIN

 

Christelle%2BKOFFI%2Bsoutien%2B%25C3%25A0%2BMarcus%2B230118.jpg

Avec le collectif de soutien à Marcus (suite à manif contre Bolloré) Porte de Versailles 

 

27658319_1589031521213095_1448637151_n.jpg Mocar%25C3%25A8s%2BFB%2B27-09-2017.jpg 27661449_1589031584546422_962761378_n.jpg

        MOCARES DANS DIFFERENTES MANIFESTATIONS PANAFRICAINES

[1]  Blanche (l'épouse assassinée) aux côtés du père de Mocarès également décédé

[2]  Igor le fils de Mocarès victime des rebelles à Bouaké. A noter qu'à ce jour, Mocarès ne dispose   d'aucune des photos de ses deux filles Bellevida et Philanne tombées dans les oubliettes de l'Histoire pour que la FRANCE dirigeante n'ait pas à rougir de son soutien aux rebelles qui ont ensanglanté et continuent d'endeuiller la Côte d'Ivoire

[3]  Christelle mieux que quiconque connaît les souffrances de l’exil et pire l’enfer libyen elle qui a passé plusieurs mois en Libye réduite à l’esclavage et en proie à toutes sortes de violences entre les mains des Asma boys : https://blogs.mediapart.fr/christine-tibala/blog/151217/esclavage-en-libye-dictature-en-cote-d-ivoire-l-ofpra-indifferente-ces-crimes

[4]  https://contrepoids-infos.blogspot.com/2018/05/memorandum-en-images-sur-la-tragedie.html

[5]  https://eburnienews.net/bouake-le-massacre-qui-hante-soro ; http://dialoguonns.over-blog.com/2014/04/liste-des-enfants-et-pupilles-des-gendarmes-tues-en-2002-par-le-mpci-et-soro-guillaume.html

[6]  Du 6 octobre à décembre 2002, une tragédie humaine impunie a eu lieu à la prison du IIIème bataillon d’infanterie de BOUAKE. Entassés, privés de soins, de nourriture, exécutés sommairement, forcés à enterrer leurs camarades, les dix rescapés rencontrés par la mission d’Amnesty International à leur arrivée en 2002 ont livré des témoignages accablants sur la barbarie des rebelles du MPCI de Guillaume SORO.  http://www.ladepechedabidjan.info/Massacre-des-gendarmes-par-les-hommes-du-chef-rebelle-Soro-Guillaume-a-Bouake-Le-rapport-d-Amnesty-international-qui_a6306.html  ; http://dialoguonns.over-blog.com/2014/04/liste-des-enfants-et-pupilles-des-gendarmes-tues-en-2002-par-le-mpci-et-soro-guillaume.html  ; http://cotedivoire-lavraie.over-blog.fr/article-cote-d-ivoire-crimes-contre-l-humanite-voici-les-preuves-dont-a-besoin-la-cpi-100194543.html  

[7]  https://www.icc-cpi.int/NR/rdonlyres/E97F0FF4-9BC2-46E2-80D2-9427C67141B9/282500/20100907SAFINDIVIDUALFR.pdf

[8]  https://blogs.mediapart.fr/christine-tibala/blog/080918/il-faut-sauver-elvis-prisonnier-politique-ivoirien

[9]  https://www.investigaction.net/fr

[10] https://blogs.mediapart.fr/fanny-pigeaud/blog/160119/retour-sur-lhistoire-du-dossier-de-laurent-gbagbo-la- cpi

[11] Interview de Charles Blé Goudé de 2007 dans laquelle il démonte très bien l’inversion de la victime et du bourreau qui sévissait déjà pour arriver à faire passer le FPI et le COJEP comme les bourreaux quand les rebelles continuaient leurs exactions en toute impunité https://www.youtube.com/watch?v=K5MpPMrxs1g  ; https://www.facebook.com/watch/?v=1122733921449338 

[12] https://contrepoids-infos.blogspot.com/2017/08/cote-divoire-bourreaux_69.html

[13] https://contrepoids-infos.blogspot.com/2017/03/dominique-ouattara-limposture.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.