La France et le Wahhabisme : une réponse de M. Laurent Fabius

Question d'un député sur le wahhabisme à M. Laurent Fabius lors de son audition par la commission des affaires étrangères du 3 février 2015 sous la présidence de Mme Elisabeth Guigou

Laurent Fabius ne répond pas entièrement à la question posée par un député.

Question de M. Pouria Amirshahi, député socialiste 
S’agissant ensuite de l’Arabie saoudite, comment qualifieriez-vous notre relation avec cet Etat qui est le cœur du wahhabisme, lequel prolifère dans certains pays d’Afrique subsaharienne - je pense au Niger, au Tchad et à quelques autres Etats. Les conséquences en sont lourdes. Des écoles publiques sont parfois remplacées par des structures où l’éducation dispensée n’est pas celle ouverte et tolérante que l’on peut souhaiter. Le code pénal de l’Arabie saoudite est aussi très proche de celui imposé par Daech.

Réponse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères socialiste :
Concernant l’Arabie Saoudite, la ligne politique du pays ne va pas être modifiée par la succession. Nous connaissons bien le nouveau roi – ancien ministre de la Défense et qui a nommé son fils au même poste. Les interrogations concernant la génération suivante ne sont pas d’actualité immédiate. Nos relations avec l’Arabie Saoudite sont très bonnes, mais il est vrai que nous avons des problèmes à aborder dont notamment la situation de ce blogueur qui subit ce châtiment scandaleux d’être fouetté.

Les recherches par mot clé ("Wahhabisme") sur les sites internet de l'Assemblée Nationale et du Sénat font ressortir que ce sujet ne préoccupe pas tellement nos députés.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.