christophe courtin
Consultant international sur les questions de : société civile, justice, droits de l'homme.
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2022

Pap Ndiaye : critique de la raison disruptive

Quel objectif politique poursuit le président de la République en nommant à l’éducation nationale le directeur du musée de l’histoire de l’immigration, membre du conseil scientifique du CRAN, celui qui partage la cause des militants woke et qui estime que l’islamo-gauchisme n’avait aucun intérêt universitaire sinon de stigmatiser certaines recherches ?

christophe courtin
Consultant international sur les questions de : société civile, justice, droits de l'homme.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir appelé le 22 mars à voter Macron, beaucoup au Printemps Républicain en apprenant la nomination de Pap Ndiaye à l’éducation nationale ont dû avaler le rond de serviette qu’ils ont à la table de Gérald Darmanin, de Jean-Michel Blanquer ou de Frédérique Vidal, bouffeurs d’indigéniste, de wokiste[1], de décolonial et autres gibiers islamo-gauchistes de tous poils, mitonnés à l’épaisse sauce chasseur identitaire laïcarde. Ne boudons pas notre plaisir, une bonne nouvelle, d’où qu’elle vienne est toujours bonne à prendre : un peu de disruption dans cette grisaille politique où « il faut que tout change pour que rien ne change[2]»…surtout pas les grands principes de l’ordre libéral du président Macron.   

 Le regard des autres

 Pap Ndiaye, agrégé d’histoire, professeur à Sciences-Po, a largement contribué à l’introduction en France des « blacks studies » qu’il a étudiées aux États-Unis et qui expliquent la construction sociale et historique des discriminations basées sur la couleur de la peau. De quoi disrupter notre « success story » de la méritocratie républicaine à la française, même si le nouveau ministre en est l’arbre qui cache la forêt des discriminations. Lui-même métis d’une mère française et d’un père sénégalais, raconte à propos du livre qui a fait sa notoriété intellectuelle en 2008« La condition noire : essai sur une minorité française[3] »qu’il s’est senti racisé la première fois à vingt-cinq ans aux États-Unis en étant invité à une réunion réservée aux Noirs. Pour cet universitaire, l’invisibilité des Noirs de France a plusieurs causes : l’universalisme républicain aveugle aux minorités, le marxisme qui refuse que la question raciale n’efface la question sociale, et la crainte, à juste titre, qu’à force de parler de différences physiques et culturelles, on finisse par justifier le racisme. Il explique que la notion de race n’a aucun sens d’un point de vue de l’espèce humaine mais qu’elle existe encore en tant que représentation sociale. Au nom de l’antiracisme, sa réfutation vertueuse délégitimise la lutte contre les discriminations qui sont encore fondées sur elle. Le refus de l’essentialisme est au centre de la démarche de Pap Ndiaye. Ce qu’il appelle « l’identité noire fine (thin blackness) » délimite sociologiquement un groupe qui n’a en commun que l’expérience d’une identité prescrite : il n’y a en France métropolitaine ni peuple noir, ni communauté noire mais une minorité noire unie par l’expérience conjointe des discriminations dont elle est l’objet et par une commune condition. On est Noir avant tout dans le regard des autres.

 Communication politique

 Il fallait s’y attendre cette nomination déchaîne l’extrême droite, montrant une nouvelle fois son visage et sa pensée radicalement racistes, démontrant aussi, comme dans une expérimentation chimiquement pure, la justesse de l’analyse de Pap Ndiaye. Embarrassée, la droite macronienne regarde le bout de ses chaussures en sifflotant et en s’interrogeant sur l’objectif politique poursuivi par le président de la République en nommant à l’éducation nationale le directeur du musée de l’histoire de l’immigration, fondateur et membre du conseil scientifique du Conseil Représentatif des Associations Noires de France (CRAN), celui qui partage la cause des militants woke et qui estime que l’islamo-gauchisme n’a aucun intérêt universitaire sinon de stigmatiser certaines recherches. S’il avait voulu humilier Jean-Michel Blanquer ou l’ancienne ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal, Emmanuel Macron ne s’y serait pas pris autrement. Il ne faut pas être devin pour comprendre qu’il tente un coup à gauche. On les connait ses coups : Hulot en 2017, Dupont-Moretti en 2020, Pap Ndiaye cette fois ci. Des personnalités disruptives pour enfumer un moment l’espace médiatique et éviter de débattre des vrais sujets où il est en difficulté : les inégalités, le pouvoir d’achat, les droits économiques et sociaux, la transition énergétique, les libertés publiques. De la pure communication politique. Une belle disruption qui nous fait bien sourire en imaginant la tête de Manuel Vals à l’annonce du nom du ministre de l’éducation nationale dans le nouveau gouvernement auquel il n’a pas été convié. Elle éclaire deux choses : le camp présidentiel à quelques jours des élections présidentielles est inquiet mais surtout, aux yeux d’Emmanuel Macron, l’éducation nationale n’est qu’une variable d’ajustement communicationnel de sa stratégie politique.

Pour que rien ne change

En définitive, cette disruption ne cacherait-elle pas une réelle continuité politique ? Au-delà de sa personnalité et de sa vision réactionnaire de l’école de la République, le bilan de Jean-Michel Blanquer après cinq années passées à la tête de son ministère est sans appel. Le 22 février la mission du Sénat sur l’éducation nationale présentait son rapport, il est accablant. A force de réformes et d’expérimentations des « générations d’élèves cobayes »ont été engendrées. L’école de la confiance est devenue une « école de la défiance ». De 90 % des élèves de terminale qui avaient un enseignement en mathématiques avant sa réforme, on est tombé à 59 %.Seulement 4% du corps enseignant estime que son métier est valorisé. Ces résultats sont le fruit des réformes que Michel Blanquer a engagées au nom de la mise en concurrence des établissements scolaires publics et privés et celle des élèves entre eux, envoyant aux orties les inégalités territoriales et de naissance. « Je suis un pur produit de la méritocratie républicaine dont l'école est le pilier. » a déclaré Pap Ndiaye lors de la passation sur le perron de son nouveau ministère. Il a raison, mais aujourd’hui le moteur de cette méritocratie c’est la compétition, ce n’est plus la promesse égalitaire d’émancipation. L’égalité des chances n’est plus un objectif, l’éducation est devenue un marché. Ayant lui-même accumulé les avantages et les symboles institutionnels de cette configuration de l’école, il n’en remettra pas en cause l’orientation générale de compétition, au mieux s’assurera-t-il que les discriminations basées sur l’origine extra hexagonale des élèves soient estompées. C’est certain que Darmanin, assis à la même table que lui au prochain conseil des ministres ne s’engagera pas dans cette direction. Le site de Sciences-Po informe que Pap Ndiaye travaille sur une histoire mondiale des droits civiques au 20esiècle. Tout ce qu’on lui souhaite c’est de retourner au plus vite à ses travaux où il sera plus utile que de servir de faire valoir au prince qui se sera bien amusé de l’avoir nommé ministre de l’éducation nationale.

[1]En anglais : éveillé. Désigne le fait d'être conscient des problèmes liés à la justice sociale et à l'égalité raciale

[2]Lampedusa. Le guépard 1956.

[3]Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Quinze nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFM TV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum