christophe courtin

Consultant international sur les questions de : société civile, justice, droits de l'homme.

Coupelle Vieille - France

Sa biographie
Formation : Diplôme d'Etudes Approfondies en sociologie, Maîtrise en droit, Licence de philosophie, ancien éléène Sciences Po Paris, Connaissance approfondie des problématiques politiques au Maghreb, au Cameroun, au Togo, au Niger, en Mauritanie. Publications : Lettres soufies : raison, révélation et tradition au Sahel (L'Harmattan 2005) Lire Heidegger aujourd'hui (Golias 2013)Les hommes révoltés : sur les traces d'Albert Camus (Golias 2014), le dictionnaire des idées reçues (golias 2016)
Son blog
53 abonnés Le blog de christophe courtin
Voir tous
  • la personne de Donald Trump

    Par
    A chaque moment de notre histoire apparaissent des personnages dont nous nous craignons qu’ils nous montrent que le progrès n’est pas le sens de l’histoire. Donald Trump fait partie de ces personnages. En janvier, si tout va bien, Trump quittera le devant de la scène mais ce qu’il incarne sera toujours là.
  • Les islamistes n’auront pas notre futur

    Par
    Les islamistes radicaux ont tué 265 personnes sur notre sol depuis 2015. Au-delà des victimes c’est notre modèle de société qu’ils attaquent, ses libertés et nos droits. Notre haut commandement de la République a-t-il la bonne doctrine pour penser la riposte ? Pas sûr
  • Dupont-Moretti : du prétoire au pied du perchoir

    Par
    Le ronflant Dupont-Moretti et la baroque Bachelot donnaient un peu de sang neuf à un mandat présidentiel anémié par les crises successives depuis 2017. L'ancien avocat est devenu un poids pour le gouvernement.
  • Colonisation et migrations: une faute de la République?

    Par
    Aujourd’hui, chaque noyé en Méditerranée montre les fautes des gouvernements Africains et Européens. La « faute de la République », évoquée par le président Macron à propos de la colonisation, n'a pas beaucoup de sens d'un point de vue ricoeurien et montre surtout la vision que le président de la République a de son mandat. Article que je publie ce mois-ci dans la revue Esprit.
  • Un mardi à Bamako

    Par
    1968, 1991, 2012, 2020, les coups d’Etat militaires rythment la vie politique du Mali depuis que le pays a accédé à l’indépendance en 1960. Le premier a été mené par le lieutenant Moussa Traoré, le second par le lieutenant-colonel Amani Toumani Touré, le troisième par le capitaine Sanogo et celui du mardi 18 août dernier par un quarteron de colonels dont Assimi Goïta leur porte-parole.