christophe courtin

Consultant international sur les questions de : société civile, justice, droits de l'homme.

Coupelle Vieille - France

Sa biographie
Formation : Diplôme d'Etudes Approfondies en sociologie, Maîtrise en droit, Licence de philosophie, ancien éléène Sciences Po Paris, Connaissance approfondie des problématiques politiques au Maghreb, au Cameroun, au Togo, au Niger, en Mauritanie. Publications : Lettres soufies : raison, révélation et tradition au Sahel (L'Harmattan 2005) Lire Heidegger aujourd'hui (Golias 2013)Les hommes révoltés : sur les traces d'Albert Camus (Golias 2014), le dictionnaire des idées reçues (golias 2016)
Son blog
56 abonnés Le blog de christophe courtin
Voir tous
  • Darmanin : Ratapoil et en même temps Gribouille

    Par
    On nous l’a vendu en Gavroche sauvé du ruisseau. Nous l’avons vu, ministre du budget, en bonneteur du Carrousel du Louvre, faisant la poche à Cosette pour financer Thénardier. Le voilà à la fois Ratapoil qui cogne le manifestant et Gribouille qui attaque la loi sur la liberté de la presse pour protéger les policiers
  • Le rapport Stora : un rapport pour quoi ?

    Par
    Paul Ricoeur craignait l’infiltration théologique dans la question du pardon, elle coule à grosses gouttes dans le rapport de Benjamin Stora, elles viennent de l’étage du bureau doré de l’Élysée.
  • La guerre oubliée du Cameroun

    Par
    Le premier octobre 2017 les leaders indépendantistes de la partie anglophone du Cameroun, qu’ils appellent l’Ambazonie, ont déclaré leur indépendance. Il y a pourtant exactement 56 ans cette même partie de l’ancien Cameroun britannique avait décidé par référendum de rejoindre le Cameroun francophone dans un Etat fédéral.
  • Edgar Morin, le dernier humaniste

    Par
    Edgar Morin entre dans sa centième année. Il est le dernier humaniste au sens que la Renaissance italienne avait donné à ce mot : une éthique de confiance dans la nature humaine et une recherche constante de la connaissance.
  • Des gilets noirs au Capitole

    Par
    Les mêmes analystes avisés qui dénonçaient une instrumentalisation communautariste sous influence culturelle américaine dans la dénonciation des violences policières sur base raciale en France, ont vu une version américaine du mouvement des Gilets jaunes dans l’invasion du capitole par des militants suprématistes blancs.