christophe courtin

Consultant international sur les questions de : société civile, justice, droits de l'homme.

Coupelle Vieille - France

Sa biographie
Formation : Diplôme d'Etudes Approfondies en sociologie, Maîtrise en droit, Licence de philosophie, ancien éléène Sciences Po Paris, Connaissance approfondie des problématiques politiques au Maghreb, au Cameroun, au Togo, au Niger, en Mauritanie. Publications : Lettres soufies : raison, révélation et tradition au Sahel (L'Harmattan 2005) Lire Heidegger aujourd'hui (Golias 2013)Les hommes révoltés : sur les traces d'Albert Camus (Golias 2014), le dictionnaire des idées reçues (golias 2016)
Son blog
34 abonnés Le blog de christophe courtin
Voir tous
  • Que se passe-t-il au Sahel ?

    Par
    Sur les douze derniers mois le nombre de victimes civiles au Mali et au Burkina a été multiplié par cinq et se chiffre à plus de 4000. La question de la présence militaire de la France dans cette zone fait l’objet d’une sorte de consensus politique dans notre pays mais elle devient de plus en plus problématique devant la détérioration continue de la situation.
  • La grande peur des Gilets jaunes

    Par
    la virulence des contre feux idéologiques contre les Gilets jaunes montre une grande peur collective des classes supérieures qui tirent bénéfice de la mondialisation.
  • L’ENA : le symptôme, le symbole et le bouc émissaire

    Par
    L'ENA symptôme et symbole du néolibéralisme d'Etat est le bouc émissaire idéal pour conjurer les impasses sociétales que cet ordre économique impose.
  • Notre Dame de Paris : l'évènement et le sens

    Par
    la symbolique sacrée de Notre Dame auprès des Français ne descend pas du ciel, elle vient de chacun d’entre nous si bien que les images et les métaphores de notre situation contemporaine abondent.
  • Merci pour l’invitation, monsieur le président

    Par
    Une centaine d’intellectuels avaient été invités le 19 mars dans la grande salle des fêtes de l’Élysée, juste rénovée, pour débattre avec le président de la république dans le contexte du grand débat et de la contestation sociale. Ils étaient soixante-cinq au début de l’exercice, la moitié était partie au bout de six heures et ils n’étaient plus que vingt-cinq à la fin.