Stop au One Macron Show.... aux frais du contribuable.

Faux débats, mais vraie campagne électorale de 3° tour pour illusionner aux frais du contribuable. Des débats ? Non, une parole manipulée, volée dans une démocratie violée. Vrai enfumage et écran de fumée.

 © Franceinfo.tv © Franceinfo.tv

 

 

 

 

 

 

 

 

Stop au One Macron Show !!! Ecran de fumée et grand enfumage aux frais du contribuable saigné par des politiques économiques qui prônent la disette des dépenses d'Etat et l'assainissement des dépenses publiques... On est en plein délire cynique.

Faux débats, mais vraie campagne électorale de 3° tour pour illusionner aux frais du contribuable. Ce matin, et depuis 1 mois, c’est avec la gueule de bois que je me réveille. Non, je n’ai pas trop bu hier, mais trop vu et trop lu que l’Illégitime qui occupe le palais de l’Elysée depuis bientôt 2 années de trop multiplie les pseudo débats qui ne sont en définitive que le prolongement de sa campagne électorale aux frais du contribuable. Un débat ? Non, une parole manipulée, volée dans une démocratie violée.

C’est maintenant le 6° One Macron Show mis en scène par le service de communication élyséenne que les médias complaisants et soumis relayent. Un écran de fumée et un grand enfumage qui va encore coûter cher et rapporter aux mêmes…

Avant-hier au milieu des anciens et des édiles locaux, hier au milieu des « jeunes » et des édiles, demain, il est capable d’aller faire le singe au Thermes de Bagnères-de-Bigorre pour expliquer aux curistes qu’il faut qu’ils s’engagent en politique …. Auprès de la République en marche (arrière) bien évidemment.

A chaque fois la salle est parait-il plein (il faut bien sûr lire bourrée) de spectateurs qui sagement assis et bien propres sur eux (lire ils font pots de fleurs), des caméramans qui montrent Jupiter en majesté debout (lire le président Macron en campagne électorale), la chemise immaculée, les manches retroussées et le mot juste (lire ici le baratin bien huilé).

Personne pour le nécessaire contradictoire d’un vrai débat et pas un journaliste pour hurler à la supercherie, au scandale, à l’illusion, à l’escroquerie. Il n’y a aucun débat, tant le président n’a aucune pensée claire, mais une feuille de route : Imposer à son peuple à qui les médias ont menti pendant la campagne électorale des présidentielles, une politique économique que son peuple refuse avec obstination et lucidité.

Il n’y a aucun débat, mais une mise en scène orchestrée par le service de com d’un régime aux abois qui fait la guerre à son peuple chaque samedi à coups de grenades GLI F4, de lanceurs de balles de défenses LDB40 et autre grenades désencerclement. Un régime  dans lequel le Ministre de l’Intérieur n’hésite pas à dire : « Je ne connais aucun policier qui ait attaqué des gilets jaunes » ou « si la loi était respectée, il n’y aurait pas de blessé » sans même que les médias lui tombent dessus.

Un régime qui éborgne, mutile les corps et la parole. Un régime qui fait la chasse aux sorcières qui ne sont plus communistes, mais insoumis, journalistes courageux médiapartiens (Bravo Fabrice Arfi). Demain ce sera au tour d’Aude Ancelin ? Prochaine perquisition au MEDIA ? à Thinkerview ?  Un régime qui engraisse les amis oligarques à grands coups de CICE, de Flat taxe et autre suppression de l’ISF…

Un régime vérolé comme un fruit mûr qui ne tient debout que par la force des armes, la concentration des médias dans les mains d’une poignée d’oligarques, comme en atteste l’excellent essai « impubliable » - Crépuscule – de Juan Branco). Un régime dans lequel les gardes à vues se comptent par millier pour de simples manifestants, dans lequel un ancien boxeur est en prison pour avoir à mains nues fait le coup de poing face aux CRS tandis que des forces de l’ordre transformés en quasi milices privatisées d’un régime corrompu visent les yeux des manifestants avec des armes de guerre. Un régime dans lequel des députés godillots votent une loi liberticide dite « anti-casseurs » qui n’a d’autre but que de nier le droit de manifester autrement qu’entre République et Nation.

Un régime à la tête duquel une Caste s’est emparée des rênes du pays pour se servir alors que la « grande » école de laquelle ils sont issus était supposée fabriquer des serviteurs de l’Etat soucieux de l’intérêt général. Une caste de prédateurs en somme mariée aux intérêts de quelques oligarques (Niel, Drahi, Arnault, Lagardère…).

Un régime dans lequel un faux policier transformé en affairiste ment en toute impunité à des élus de la République. Un faux policier ayant encore ses entrées à l’Elysée détenteur de 2 passeports diplomatiques qui ment sous serment aux élus de la Nation et court toujours dans la nature…

Un régime dirigé par un « président des ultra-riches » (Monique Pinçon-Charlot) qui veut neutraliser les médias en tarissant leurs sources à grands coups de perquisitions… et qui se met en scène dans de réguliers One Macron Show payés par les impôts de ceux qu’il écrase.

Pendant ce temps-là les énarques qui peuplent eux aussi la Cour des Comptes lui rappellent qu’il a fait trop de concessions aux manifestants en gilets jaunes…

Mais pas un pour lui rappeler le coût exorbitant de son One Macron Show si facile à faire et pourtant, si cynique, si racoleur dans les médias bien-pensant. Ils doivent trouver cet exercice moderne.

Ce sont sans doute aussi les mêmes qui devaient rigoler aux films et spectacles de Dany Boon devenu par la grâce des mêmes médias complaisants le « français préféré des français ». Probablement parce qu’il a trouvé le chemin du Luxembourg lui aussi…

Stop à ce cirque qui à quelques semaines d’un rendez-vous électoral de plus dans notre fausse démocratie laisse un jeune premier à gueule d’ange, sorti du moule à fabriquer les élites, royaume fermé de l’entre soi, soutenu par des oligarques français (ils ne sont pas tous russes…), 2 ans après un hold-up, s’inviter au restaurant toutes les semaines, choisir le menu (digne de Tricatel) et faire payer l’addition très très très cher aux citoyens qu’il méprise.

Jadis, Jean Jaurès, écrivait : « Le courage, c’est de rechercher la vérité et de la dire !!! »

Quand est-ce que les médias vont nous dire la vérité sur cet exercice.

Le président Macron est en campagne électorale aux frais du contribuable qu’il saigne par ailleurs tandis qu’il engraisse les soutiers de sa campagne grands bénéficiaires de sa politique.

Journalistes, faîtes votre métier. Heureusement il reste une poignée de courageux, de ceux qui mettent le pied dans la porte et portent le couteau dans la plaie comme disait Albert Londres avant que la porte de la liberté se referme complètement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.