Covid-19 et réouverture des crèches, écoles: irresponsable et dangereux

En annonçant hier soir dans son allocution la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées, le président Macron met en danger les élèves, les professeurs et tous les personnels. Salles de cours, cour de récré pleines et cantines scolaires mais restaurants fermés. Quelle logique ?

Décision scandaleuse de la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées le 11 mai.

C’est une décision grave, dangereuse, et irresponsable que notre président vient d’annoncer hier soir lors de sa 4° allocution en faisant le choix de la réouverture des crèches, des écoles, des collèges et des lycées (mais pas des universités).

Et une fois de plus, les bras m’en tombent.

Nous savons tous que les crèches, écoles, les collèges, les lycées, les amphithéâtres sont les plus grands et actifs incubateurs de microbes et de virus du globe. Qui peut avoir eu une telle idée ? La protection des enfants (en crèches), des élèves n’est donc plus à l’ordre du jour au profit d’un massif retour au taf pour tout le monde ? C’est donc ça la logique ? L’économie d’abord ? Il faut bien que les parents des écoliers, collégiens et lycéens repartent au turbin. Il reconnait lui-même que l’épidémie n’est pas maîtrisée, mais c’est pas grave on décide la réouverture des établissements scolaires. Dans le mien, c’est près de 600 collégiens + les personnels.

Une claque dans la figure de la continuité pédago-démagogique

Tiens une petite phrase pas si anodine qui démonte totalement la grande réussite de la continuité pédagogique, pardon démagogique tant vantée par le ministre de l’Education nationale : «Trop d’enfants notamment dans les quartiers populaires, dans nos campagnes, sont privés d’école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents, c’est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes.». Alors on en parle de la continuité démagogique ? Vous pouvez la mettre à la poubelle votre Ecole à distance, votre Ecole virtuelle, votre Ecole numérique et votre concept de nation apprenante. J'en ai fait un billet dès le 18 mars à ce sujet : https://blogs.mediapart.fr/christophe-lasterle/blog/180320/impossible-continuite-pedagogique-pendant-le-confinement

Impossible mise en pratique de la distanciation sociale avec 600 élèves

Décision honteuse sur le plan sanitaire qui une fois de plus à l’encontre des intérêts de la santé de nos enfants et élèves. Comment peut-il imaginer un instant que les professeurs pourront faire respecter à 35 élèves les gestes barrières dans une salle de classe, à la cantine, en salle d’étude, au CDI, aux vestiaires du gymnase ???? Et le très fameux mètre de distance entre les individus, on fait comment ? On fait classe dans la cour de récréation ? Dans les rangs pour monter en classe. A-t-il déjà ce triste sire mis les pieds dans nos salles de classe déjà bien étroites sans se rendre compte qu’on ne peut pas faire rentrer 35 tables et autant de chaises en respectant un écart de 1 m …. Et la queue pour aller au réfectoire, on la fait débuter dans la rue ? A la cantine, on fait comment ? Seul un élève sur deux pourra passer à table ? Nous savons tous que dans les cantines les élèves sont les uns collés aux autres. Dans les bus de ramassage scolaire, les gamins sont côte à côte, en salle d’étude aussi…. Dans les cours de récréation, temps de retrouvailles et de jeux, de discussion, de proximité, on fait comment là aussi. Ah et puis avec les masques que l’on ne trouve nulle part, mais que les populations se seront fabriqués elles-mêmes, ils font comment nos élèves en éducation musicale quand le chant est de la partie, en langues vivantes quand l’articulation et les sons sont fondamentaux, en EPS quand il faut ventiler davantage pendant l’effort et plus généralement pendant chaque cours pour s’exprimer convenablement ? Comment feront ils lorsqu’ils devront changer le filtre au bout de quelques heures ? Ils iront tous aux poubelles pendant la récréation ?

On ré-ouvre les établissements scolaires du primaire et du secondaire, mais on laisse fermé l’enseignement supérieur qui ne reprendra les cours qu’en automne. Nouvelle « spécificité » qui rappelle la réforme des retraites qui était « universelle », mais en gardant des « régimes spécifiques » pour ne plus dire « spéciaux ».

On ré-ouvre les établissements scolaires quand on sait que le virus tue 10 fois que le virus de la grippe selon l’OMS et son directeur.

On ré-ouvre les établissements scolaires alors qu’une « deuxième vague épidémique » n’est pas à exclure. Ainsi partout, les autorités sanitaires appellent à ne pas relâcher les efforts. Si certains pays européens se préparent à la sortie du confinement, l'OMS a souligné qu'une levée trop rapide des restrictions "pourrait entraîner une résurgence mortelle" de la pandémie. Son "reflux pourrait être aussi mortel que sa propagation s'il n'est pas géré convenablement", a prévenu le patron de l'agence santé de l'ONU, l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus. D’autres experts mettent également en garde. "Le pire scénario serait une sorte de fête de la victoire avec tout le monde dans la rue, en train de s'embrasser et de se congratuler", prévient David Lalloo, directeur de l'École de médecine tropicale de Liverpool. Ce coups-ci, je n’ai pas compris que le président s’appuyait sur les fameux experts du comité scientifique crée bien tard le 11 mars...

Réouverture des cantines scolaires oui, des restaurants, non !!!

On ré-ouvre les établissements scolaires et donc nécessairement les cantines et réfectoires mais pas les restaurants et les bars ou salles de spectacles. Où est la logique ? Qu’est-ce qui change d’une salle de classe à 35 élèves, d’une cour de récréation à 600 élèves et d’une cantine à 120 élèves en permanence qui se coudoient pendant le repas, d’une salle de restaurant bourrée le midi ? Rien d’autre que l’âge de ceux qui s’y trouvent. Quid de la distanciation sociale, des gestes barrières et du mètre de de séparation avec son voisin. Ce que les restaurateurs qui ont fermé leur établissement depuis le 15 mars ne peuvent pas faire respecter, nous saurions le faire en milieu scolaire ?

Il est trop tôt pour rouvrir les crèches, les écoles, les collèges et les lycées. Le corps enseignant et les parents d’élèves doivent s’y opposer. Il est temps que dans notre milieu professionnel, nous réagissions fermement nous opposions à toute reprise anticipée des cours.

C’est une décision DANGEREUSE, HONTEUSE, MINABLE, CRIMINELLE, IRRESPONSABLE.

Un tout petit président et chef de guerre hier soir

De cette allocution minable d’hier soir, que peut-on conclure au sujet si décrié (à juste titre des masques et des tests). En gros c'est une conclusion simple que l’on peut résumer par un d’ici au 11 mai, il n’y aura pas plus de masques et de tests. Donc démerdez-vous !!!" Après cette date le maire de votre patelin devra se débrouiller pour vous fournir des masques. Quant à tous ceux seront et ceux qui seront à l'article de la mort ou porteur de symptômes, ils pourront être testés. Pour les autres, c’est niet ! Quant à la forme ce soir Macron avait un teint menteur, sous le maquillage. Lui si pâle au naturel,  était bien bronzé grâce au maquillage et aux lumières. Un pied de nez, une provocation de plus qui choque lorsqu'on sait la pâleur et le teint livide des milliers de victimes du Covid-19.  Mais derrière le masque du mensonge grimé par le maquillage, son regard était vide, éteint, presque hagard. Dans ce discours qu’on nous annonçait comme majeur, fondateur pour la suite du quinquennat, historique, il n’y avait rien. Pas la moindre énergie, pas le moindre cap. Un capitaine perdu dans un bateau ivre. Il était tout, tout petit le « chef de guerre » ce soir. Et il portait le visage du mensonge. C'était l'incarnation du mensonge permanent.

Des énarques partout et plutôt de Droite. Dernier exemple, Jean Castex tout nouveau Monsieur déconfinement

Drôle d'impression pour ce discours qui était annoncé comme historique. Pas de cap, pas d'énergie, un bateau à vau l'eau. Très inquiétant d'avoir un si petit chef de '' guerre'' ce soir, tout petit.. Pas de claire stratégie de déconfinement non plus. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir nommé il y a peu le gersois Jean Castex, « monsieur déconfinement ». Et il s’y connait en matière de santé publique…

Et puis ça tombe bien il ne cumule pas les fonctions, il aura du temps pour organiser le déconfinement. Maire de Prades dans les Pyrénées Orientales (réélu au 1° tour des municipales), ce gersois d’origine, brillant élève (fac d’histoire, Sciences Po Paris et bien entendu l’ENA…) est petit-fils de maire et de sénateur et aussi conseiller départemental. Successivement au service de Xavier Bertrand, secrétaire général adjoint de l’Elysée, en bon homme de Droite (Les Républicains comme Edouard Philippe), il soutient la candidature de François Fillon … qui voulait supprimer 500 000 fonctionnaires. Il connait donc bien les dossiers et ne doit pas s’offusquer de la situation lamentable dans laquelle se trouve nos services publics et plus particulièrement le service public hospitalier. Son nom a circulé pour remplacer Gérard Collomb à l’Intérieur et E. Philippe en a fait un « monsieur JO 2024 ». Enfin comme il s’y connait aussi beaucoup en train, son nom a aussi circulé pour remplacer Guillaume Pépy à la tête de la SNCF.

Oui avec Macron et L.R.E.M depuis 3 ans en France, la politique et son personnel sont bien différents du passé. Ni Droite, ni Gauche et plus d’énarques…La continuité démagogique là aussi en somme.

On ne veut plus de votre monde pourri et de votre gouvernement irresponsable et de celui qui occupe le palais de l’Elysée

M. Macron, protégez les millions d’élèves, c’est votre devoir. Où est donc passé le devoir de protéger les élèves, les personnels et leurs proches ?

 * Suite aux remarques avisées de certains d'entre les lecteurs et suite à la lecture de l'excellent billet de Hélène Elouard intitulé - Réouverture des écoles au 11 mai : Les AESH au casse-pipe !, (à la Une du club) je me permets de préciser ici que dans les personnes que j'ai nommées en conclusion "les personnels", j'entends bien sur dans ce mot tous mes collègues, qu'ils soient professeurs, CPE, surveillants, AESH, secrétaire, comptable, personnels de cantines, d'entretien, de nettoyage et toutes les petites mains qui participent au quotidien des établissements scolaires... Je dis bien tous. J'aurai du l'indiquer avec plus de précision.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.