Christophe LASTERLE
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

3 Éditions

Billet de blog 18 mars 2020

Impossible continuité pédagogique pendant le confinement

En dépit des annonces faites par Jean-Michel Blanquer, il n'est pas possible humainement, émotionnellement parlant pour nos élèves (et leurs parents) de parler continuité pédagogique en période de confinement sans que leurs professeurs ne soient physiquement à leurs côtés. L'Ecole à distance est leurre pédagogique, catastrophe humaine et machine à détruire les emplois.

Christophe LASTERLE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En dépit des annonces faites par Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Education nationale, sur la mise en place dès lundi 16 mars d'une continuité pédagogique, non il n'est pas possible humainement et émotionnellement parlant pour nos élèves (et leurs parents) de parler continuité pédagogique en période de confinement sans que leurs professeurs ne soient physiquement à leurs côtés. L'Ecole à distance est un leurre pédagogique, une catastrophe humaine et une machine à détruire les emplois.

Voilà 2 jours que nous avons mis en place ce que l'institution nomme la continuité pédagogique, que d'autres nomment l'école à distance, école en ligne ou je ne sais quoi d'autre. En somme une évolution qui met l'outil et la technique au dessus de la pédagogie.

 Et voilà 1 jour entier que tout le pays est plongé dans un angoissant confinement qui ne dit pas son nom.

 C'est à une double tranche de stress que nos élèves sont confrontés bien tôt pour leur âge. On ne cesse de parler de victimes de ce fichu virus, du nombre de celles-ci qui ne cesse d'enfler et s'ils vivent en appartement, loin d'un jardin, du grand air, alors c'est une couche supplémentaire de stress qui ne manquera pas de leur coller à la peau. Non, la période que nous vivons n'est pas propice à l'équilibre de nos élèves. Le mois de mars est celui du printemps, des fleurs et des oiseaux. Nous savons désormais qu'il sera celui du satané virus.

 Le monde dans lequel nous vivrons ne sera plus le même que celui dans lequel nous sommes nés. Nous avons, adultes que nous sommes tous conscience de vivre une période ô combien singulière et bouleversante à plus d'un point. Un moment de rupture. Un changement décisif dans notre rapport au monde, à notre sécurité, notre rapport à la liberté, notre rapport aux autres, notre manière d'enseigner. Nos élèves ne manqueront pas de le ressentir eux aussi.

 Si équilibrés que nous soyons, nous ne manquons pas d'éprouver au quotidien bien des sentiments et émotions fortes et parfois bien difficiles à contenir, à maîtriser.  Le temps qui paraît être suspendu nous trouble. L'inquiétude n'est jamais loin. Les files d'attente sur le parking des pharmacies, à l'entrée des supermarchés, le boulanger ou le boucher qui vous sert avec un masque devant la bouche et l'attestation de déplacement dérogatoire à avoir sur soi pour faire quelques courses ou prendre l'air contribuent à créer un monde aux sentiments étranges peu enclins à nous rassurer pleinement. Nous ne nous embrassons plus, ne nous serons plus dans les bras, toutes ces marques d'affections qui nous rassurent, nous réconfortent sont devenues des interdites.

 Aussi je crois, qu’en qualité de professeur du secondaire, que nous devons prendre pleinement en compte cet aspect émotionnel si déstabilisant lorsqu'on a 10, 11, 12, 13 ou 14 ans à peine. Et plus lorsqu’on est lycéen.

Je pense que c'est une erreur profonde de croire que la continuité sera possible. Aujourd’hui mercredi 18 mars, nous sommes déjà très très loin de la semaine passée. Non, ce ne sera plus comme avant le confinement. Il est illusoire de croire que nous devons maintenir le rythme et que nos élèves (et leurs parents) doivent s’y conformer. Le retard ne sera pas comblé. Nous ne pouvons demander aux enfants de faire en une journée chez eux ce qu'ils font en classe en plus des devoirs pour le lendemain.

Il ne peut y avoir de continuité pédagogique dans ce contexte de confinement. Nous devons absolument réduire nos exigences. Nous ne sommes plus en temps normal. Nos élèves ont besoin d’être rassurés, pas bombardés de travail, de devoir à faire, d’activités à rendre dans un temps imparti et un calendrier étroit. A ce rythme-là, les foyers familiaux dans lesquels ils doivent trouver la chaleur, vont devenir des pétaudières. Les parents déjà tracassés, fatigués, éreintés, bouleversés, déstabilisés par le confinement, l’absence de liberté, l’omniprésence des politiques (qui ont échoué à nous protéger) dans les médias, l’énumération quotidienne des cas, des décès et le reste, tout le reste qu’il fallait gérer en temps normaux, oui, les parents de nos élèves sont mis à très très rude épreuves eux aussi.

C'est pour cela que j'ai décidé de demander à mes élèves une poursuite et une continuité bien bien modestes, sans précipitation et surtout sans évaluation, sans travail à rendre noté. Je ne veux pas ajouter du stress au stress. Je me contenterai donc d'accompagner les élèves afin qu'ils dépassent dans les conditions les moins stressantes l'épreuve que nous traversons tous. Peut-on parler réellement de continuité pédagogique quand les professeurs que nous sommes doivent passer par la médiation d'outils pour communiquer ? Je ne le crois pas. Continuité peut-être et encore, plutôt discontinuité…. Pédagogie, sûrement pas.

Nous touchons du doigt réellement les limites (connues des plus lucides d’entre nous) de cette évolution qui nous pousse à marche forcée vers ce que des aveugles qualifient d’Ecole à distance, d’Ecole virtuelle, de continuité pédagogique et toutes ces expressions qui oublient l’essentiel. Enseigner c’est un métier, c’est un art (et notez que je ne me prends pas pour un grand artiste, tout au plus un artisan consciencieux) qui exige la présence physique des professeurs et des AESH. L’outil si utile soit-il parfois ne pourra jamais remplacer l’humain.

 Pour mes élèves de collèges, le programme sera avancé autant que possible, via la plate forme numérique (que j’utilise d’ailleurs en temps normaux pour glisser fiches objectifs, supports de cours, documents divers…) petit à petit, pas à pas et il y aura des manques c’est inéluctable. Et bien est-ce là (le programme, les compétences) le plus important ?

Pas question d'ajouter du trouble et de l'anxiété au quotidien de nos pitchouns.

Je vais donc réduire la voilure pour arriver à bon port. C'est le devoir du capitaine que ramener tous ses matelots et l'équipage au port après avoir essuyé une tempête.

 L'important est de nous retrouver tous pour terminer cette année au milieu de nos élèves dans nos salles de classes, nos laboratoires et nos gymnases. N'est-ce pas là le plus important ? Il faudra alors réfléchir à l'évolution de notre si beau métier en passe de disparaître corps et âme derrière la technique... et la volonté de ceux qui rêvent tous bas de la généralisation de l'Ecole à distance.

Je suis peut-être dépassé, mais sur cette question-là, la modernité n’est pas là où on le croit. Les outils et les techniques déshumanisent l’Ecole. En qualité de professeur, j’ai charge d’âmes, pas d’un parc informatique et de logiciels en tous genres. M’aliéner à des outils pas question ?

Il n’est plus un jour sans que je ne reçoive sur ma messagerie de la part de tel ou telle organisme ou entreprise, tel éditeur, des outils à disposition, des ressources, des je ne sais quelle recette pour faire l’Ecole numérique, l’Ecole à distance, l’Ecole de demain…. Une Ecole sans professeur. Le rêve en somme des comptables qui la calculatrice à la main depuis 40 ans s’acharnent à dégraisser le mammouth…

 Le confinement continu n'est guère pédagogique. Et il est parti pour durer quelques semaines. Notre Ministre de l’Education nationale qui s’est empressé de communiquer sur la mise en place de la continuité pédagogique pour montrer que le gouvernement auquel il appartient est réactif, a tout prévu, bref qu’il est compétent.

Mais il a oublié l’essentiel qui est double.

Le contexte du confinement qui déstabilise TOUTES les sociétés et plus encore sans doute les plus jeunes. Ce confinement qui est d’une brutalité inouïe.

L’Ecole au sens large n’existe et n’a de raison d’être que lorsque les élèves sont au milieu de leurs professeurs. Nulle part ailleurs, on ne peut « faire l’Ecole » que dans la classe, le labo, le gymnase, les rues et ruelles (en sortie), les sentiers ou dans la cour quand le printemps revient. Aucun outil ne remplacera l’échange et la relation humaine. Le regard et le signe encourageant. Le groupe que forme la classe qui nous donne un sentiment d’appartenance et les récrés durant lesquelles on se défoule. Le bonjour et le au revoir du professeur. La voix de tel ou tel. Les sorties scolaires et les projets solidarités. Les conseils de classe qui réunissent toute l’équipe pédagogique, les délégués parents et les délégués élèves….

A la fois père de famille et parent d’élève, mais aussi professeur d’histoire en collège, c’est ainsi que je crois que nous passerons plus facilement au-delà de moment de rupture clé dans notre histoire et que nous nous retrouverons autour des valeurs communes de notre métier.

La continuité pédagogique en période de confinement (ou pas) sans que leurs professeurs ne soient physiquement à leurs côtés, l'Ecole à distance est un leurre pédagogique, une catastrophe humaine et une machine à détruire les emplois.

Et permettez-moi d'y ajouter un tendre salut inspiré par l'immense Bourvil...

  Christophe LASTERLE, professeur d’histoire et papa

Bourvil, La tendresse


On peut vivre sans richesse

Presque sans le sou

Des seigneurs et des princesses

Y'en a plus beaucoup

Mais vivre sans tendresse

On ne le pourrait pas

Non, non, non, non

On ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire

Qui ne prouve rien

Etre inconnu dans l'histoire

Et s'en trouver bien

Mais vivre sans tendresse

Il n'en est pas question

Non, non, non, non

Il n'en est pas question

Quelle douce faiblesse

Quel joli sentiment

Ce besoin de tendresse

Qui nous vient en naissant

Vraiment, vraiment, vraiment

Le travail est nécessaire

Mais s'il faut rester

Des semaines sans rien faire

Eh bien... on s'y fait

Mais vivre sans tendresse

Le temps vous paraît long

Long, long, long, long

Le temps vous parait long

Dans le feu de la jeunesse

Naissent les plaisirs

Et l'amour fait des prouesses

Pour nous éblouir

Oui mais sans la tendresse

L'amour ne serait rien

Non, non, non, non

L'amour ne serait rien

Quand la vie impitoyable

Vous tombe dessus

On n'est plus qu'un pauvre diable

Broyé et déçu

Alors sans la tendresse

D'un cœur qui nous soutient

Non, non, non, non

On n'irait pas plus loin

Un enfant vous embrasse

Parce qu'on le rend heureux

Tous nos chagrins s'effacent

On a les larmes aux yeux

Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu...

Dans votre immense sagesse

Immense ferveur

Faites donc pleuvoir sans cesse

Au fond de nos cœurs

Des torrents de tendresse

Pour que règne l'amour

Règne l'amour Jusqu'à la fin des jours

BOURVIL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG qui se consacre à documenter les crimes de la période soviétique. Et met ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine