Matraques, 49-3, confinement, peur = Stratégie de choc

Cette pandémie est un accélérateur formidable que saisissent nos apprentis (bientôt maîtres) dictateurs pour nous imposer la stratégie de choc enseignée à l'Ecole (libérale) de Chicago et sauver le capitalisme au moment justement où nous devons changer de modèle urgemment. Police, matraque, lacrymo, grenade, 49-3, confinement, peur. On y est.

Le 25 mars 2020, un jour qui marquera l'histoire

Hier restera dans l’histoire comme une date sombre dans une période très sombre. De ces dates qui sonnent comme le 17 juin 1940, le 22 juin 1940, le 10 juillet 1940. Ces 25 Ordonnances gouvernementales annoncées le même jour que le président Macron nous jouait du violon en visite à l’Hôpital militaire de Mulhouse sonnent comme un gigantesque coup de matraque sur la tête des travailleurs français. C’est l’accélération de la mise en place jusqu’alors progressive de la Stratégie de choc, désormais appliquée avec une inouïe violence et un cynisme de grands professionnels dictateurs.

Une pandémie qui arrive à point nommé pour imposer une stratégie de choc

Nous assistons impuissants car confinés à la mise en place de la Stratégie de Choc qui trouve sa source chez les Chicago boy's dans les années 60. Non ce n'est pas un "chamboulement", mais une démolition en règle comme en rêvent les ultras libéraux et les patrons requins.  C'est la continuité de la Loi Travail, Loi El Khomri qui visaient à cette même logique capitaliste et à la démolition du droit du travail. Le tout associé à la destruction programmée des services publics dont on mesure aujourd'hui à travers celui lié à la santé l'importance (idem pour l'éducation ou la culture). Tout cela se tient et est au coeur des politiques libérales de la stratégie de choc. Nous sommes à un tournant historique pour changer le modèle de société car c'est plus qu'urgent pour la Planète et on regarde encore ailleurs, on gouverne avec une calculatrice, les courbes du PIB, des profits, des dividendes. On est devenu dépendant en matière agricole en important plus que ce que nous importons, en matière de médicaments. Manger et se soigner (mieux guérir) besoins vitaux s'il en est. Mais en revanche nous sommes le 3° exportateur d'armes au monde... Qui paye aujourd'hui ce modèle dont la Mondialisation et l'Union européenne ? sont les véhicules Les travailleurs mis en concurrence partout dans le monde sans que les règles du jeu soient identiques. Aujourd'hui, avec ces satanées ordonnances (démocratie aux oubliettes. Nous ne sommes plus en 1958 comme dit Edouard Philippe, mais en juillet 1940...) nous basculons (jusqu'à quand ?) vers les règles sans garde-fou du capitalisme sauvage et les normes des pays à faible coût de main d'œuvre dans lesquels les travailleurs crèvent la bouche ouverte. Nous revenons au XIX° siècle (travail des enfants et congés en moins).  Oui c'est une Stratégie de choc ni plus ni moins. Et bien orchestrée en prime, puisque le discours de Macron se fait le même jour que la publication des 25 Ordonnances (scélérates pour ce qui touche au droit du travail) en guise d'écran de fumée. Le pire c'est que Macron qui a passé son temps à mépriser les soignants leur fait des promesses qu'il ne tiendra pas. Il y a1 semaine à peine ne parlait-il pas de ses craintes d'une immense crise financière et économique ?  Le modèle capitaliste socialement, économiquement et environnementalement assassin est à démolir pour lui substituer un modèle prenant en compte l’Homme en 1° et non l’économie. Que fait notre gouvernement, il veut le sauver en s’appuyant sur l’exploitation des hommes profitant de l’aubaine de cette tragique pandémie. C’est maintenant que notre lamentable gouvernement se rend compte qu’il faut fabriquer des masques et des médicaments en France et donc, dans ce secteur il faudra travailler plus longtemps…

Gouverner par la peur

Le pays a basculé dans un sentiment que se nomme la PEUR. Et lorsqu’on a peur, on ne réfléchit plus, on se soumet à toutes les oppressions, toutes les occupations, toutes les privations.

Hier c’était à grands coups de matraque, de gaz lacrymogène, de grenades explosives que le pouvoir nous enjoignait l’ordre de d’accepter d’être soumis à l’ordre ultra libéral et capitaliste mortel. Fier c’est par l’article 49-3 qu’il nous a imposé la réforme inique des retraites.  Mi mars, confinement (à géométrie variable….. avec du « restez chez vous », mais aussi du aller travaillez….) pour lutter contre  la propagation d’un virus qu’il n’a pas voulu affronter comme il le fallait et pour lequel il a failli par impréparation (5000 supporters turinois qui viennent assister à un match de football à Lyon, 2000 croyants qui s’agglomèrent aux alentours de Mulhouse pour un grand rassemblement évangélique, le maintien du 1° tour des élections municipales, voilà quelques exemples de l’incurie du gouvernement). Est-il besoin de revenir sur la scandale absolu du manque de matériel (masques, solution hydro-alcooliques, sur-blouses, lunettes, réactifs et tests de dépistage, respirateurs, lits de réanimations, personnels…) que l’on sait malgré les mensonges en directe à la télévision d’un secrétaire d’Etat ?

Demain, des bracelets électroniques pour tous. Des implants sous la peau et des puces dès la naissance ? l’obligation d’écouter chaque jour le président (à vie), un ministre (corrompu idéologiquement et parfois plus) ou un sous-fifre menteurs chaque soir à la télévision histoire de nous formater, nous surveiller, nous contrôler, dévorer nos libertés, nous contraindre ? Le monde imaginé par Orwell est là.

Faudra jamais les oublier ces Ordonnances et entrer en résistance farouche dès que possible.

La Stratégie de choc, © Naomie Klein

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.