christophe oberlin
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2019

Affaire du Mavi Marmara : les cinq erreurs de droit de Fatou Bensouda.

Le 31 mai 2010 l’armée israélienne prenait d’assaut le bâtiment Mavi Marmara qui se dirigeait vers Gaza. Bilan : 9 morts. Depuis la saisine de la Cour Pénale Internationale, une bataille juridique est engagée pour l’ouverture d’une enquête. Selon les juges de la Cour la procureure aurait commis de multiples erreurs de droit, et doit réviser sa décision de classement avant le 2 décembre 2019.

christophe oberlin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 31 mai 2010 l’armée israélienne prenait d’assaut le bâtiment Mavi Marmara qui se dirigeait vers la Bande de Gaza. Bilan : 9 morts et 50 blessés parmi les passagers. Depuis la saisine en mai 2013 de la procureure de la Cour Pénale Internationale, une bataille juridique est engagée pour obtenir l’ouverture d’une enquête. Selon les juges de la Cour la procureure aurait commis de multiples erreurs de droit.  D’où l’injonction de réviser sa « décision finale » de classement avant la date butoir du 2 décembre 2019.

Retour sur des enjeux majeurs de droit international.

31 mai 2010. Trois bateaux transportant des passagers et du matériel humanitaire se dirigent vers le port de Gaza. Ils sont détournés dans les eaux internationales par l’armée israélienne. L’assaut du bâtiment principal, le Mavi Marmara immatriculé aux Iles Comores, se solde par la mort de 9 passagers.

14 mai 2013. Une plainte des Iles Comores, Etat partie de la Cour Pénale Internationale, est déposée sur le bureau de la procureure.

Novembre 2014. La procureure refuse d’ouvrir une enquête.

Janvier 2015. Appel des Comores auprès de la Cour (Chambre 1 composée de trois juges).

16 juillet 2015. La Chambre 1 relève ce qu’elle considère comme cinq erreurs de droit dans l’argumentaire de la procureure pour classer l’affaire, et lui demande une révision. Fait capital cette décision de la Chambre 1 n’est en droit ni un avis ni une recommandation, mais au contraire une décision judiciaire.

29 novembre 2017. La procureure produit sa « décision finale » de ne pas ouvrir d’enquête.

Février 2018. Demande de reconsidération par les Comores.

Novembre 2018. Demande de reconsidération par la Chambre 1.

25 janvier 2019. Intervention de la Chambre d’appel (5 membres) qui demande à la procureure la reconsidération de sa « décision finale ».

2 septembre 2019. Fixation par la Chambre d’appel de la date butoir du 2 décembre 2019 pour recevoir de la procureure une réponse argumentée.

Plutôt que de rappeler ici les longs mémoires que se sont adressées les différentes parties, revenons sur les erreurs de droit attribuées à la procureure par les juges de la Cour Pénale Internationale.

Une mauvaise évaluation de la gravité des crimes (article 17 du Statut de Rome) :

Si la procureure ne nie pas que des crimes de guerre aient pu être commis, elle n’en justifie pas moins son refus d’ouverture d’enquête par « une gravité insuffisante ». La question de la gravité, rappellent les juges, ne se limite pas au nombre des tués et des blessés. Même si l’on s’y cantonnait, de nombreuses jurisprudences de la Cour montrent que celle-ci n’a pas nécessairement qu’une appréciation quantitative (Kenya). Selon le Statut de la CPI doivent être soigneusement évaluées la nature, l’échelle, et la manière dont les crimes ont été perpétrés. Les plaignants ainsi que le rapport du Conseil des droits de l’homme de l’ONU s’appuient sur des comptes rendus d’autopsies : des tirs multiples sur la même victime (donc pour tuer et pas seulement neutraliser), tirs dans le dos (sur une personne en position de fuite donc non menaçante), des tirs après reddition, des impacts simultanés sur les mains et le visage (victime tentant de se protéger).

La notion de crimes volontaires, de l’existence d’un plan prémédité est écartée par la procureure sans être étayée. La procureure en veut pour preuve l’absence de victimes sur les deux autres bateaux qui accompagnaient le Mavi Marmara : deux bâtiments de très petite taille (20% des volontaires seulement y étaient embarqués) battant respectivement pavillon Grec et Cambodgien. Il s’agissait de bâtiments en fait très faciles à détourner. Alors quels faits citer pour invoquer la préméditation ? Nombres de témoins rapportent avoir entendu des tirs avant l’assaut. Certaines autopsies montrent que certaines victimes ont été atteintes de haut en bas, suggérant des tirs portés à partir d’hélicoptères. De plus la totalité des caméras et téléphones a été confisquée par l’armée israélienne, traduisant une volonté délibérée de destruction de preuves.

Le statut de Rome précise une situation particulière dans laquelle des crimes de guerre permettent à la procureure de refuser une ouverture d’enquête : lorsque cette enquête ne serait pas susceptible de « servir les intérêts de la justice ». Entendre aucune condamnation possible d’un responsable pour des raisons pratiques. La chambre 1 insiste sur ce point : dans tous les autres cas le refus d’ouverture d’enquête doit être motivé juridiquement. Et la procureure se prend les pieds dans le tapis lorsqu'elle affirme par exemple que « le déroulé des événements est peu clair ». Raison de plus, disent les plaignants, pour ouvrir une enquête !

La Cour reproche également à la procureure de limiter son argumentation aux seuls crimes commis sur les trois navires en excluant a priori tous les autres crimes. Les mauvais traitements infligés aux passagers rescapés sur les bateaux et lors de leur incarcération sur le territoire israélien, traitements inhumains pouvant être assimilés à de la torture. Et aussi le siège de la Bande de Gaza, crime de siège qui figure dans la liste des crimes de guerre, et qui justifiait la venue des bateaux. On note ici un certain cynisme de la procureure qui avance que le matériel humanitaire transporté par les navires aurait été délivré par Israël aux assiégés !

La Cour reproche encore à la procureure de ne pas discuter de savoir si une enquête serait susceptible de faire juger les vrais responsables des crimes. Elle se permet même de disculper a priori les « officiers supérieurs et responsables israéliens ».

Au final la procureure sait qu’elle est seule, selon le statut de Rome, à pouvoir décider d’une ouverture d’enquête. Elle ne s’appuie que sur cet argument d’autorité et n’accepte pas, dans ce dossier particulier, de contrôle de son travail par la Cour. Puisqu'elle a classé l’affaire, dit-elle, c’est terminé. Faux ! répliquent les plaignants, la révision à la suite des décisions judiciaires prises par les chambres s’impose à la procureure et à sa « décision finale ». Sans quoi les article 53 3a et règle 108 du Statut de Rome n’auraient pas lieu d’être. La chambre d’appel précise, sans doute avec une certaine délectation, qu’il ne s’agit pas nécessairement d’inverser la décision d’ouvrir ou pas une enquête, mais de répondre par des arguments de droit aux erreurs ou mauvaises interprétations signalées. Une gageure, on s’en doute.

Enfin la Chambre d’appel dans un langage pourtant très mesuré, outre les réponses appropriées, demande à Fatou Bensouda… de rester polie dans ses écrits !

Réponse le 2 décembre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo