Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2021

Léo Frankel, communard sans frontières

« Mon enterrement doit être aussi simple que celui des derniers crève-la-faim. La seule différence que je demande, c’est d’envelopper mon cercueil dans un drapeau rouge, le drapeau du prolétariat de tous les pays pour l’émancipation duquel j’ai donné la meilleure part de ma vie. » L’homme qui couche ces mots dans son testament se nomme Léo Frankel.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Julien Chuzeville, Léo Frankel. Communard sans frontières, Libertalia, 2021.

« Mon enterrement doit être aussi simple que celui des derniers crève-la-faim. La seule différence que je demande, c’est d’envelopper mon cercueil dans un drapeau rouge, le drapeau du prolétariat de tous les pays pour l’émancipation duquel j’ai donné la meilleure part de ma vie. » L’homme qui couche ces mots dans son testament se nomme Léo Frankel. L’historien Julien Chuzeville vient de lui consacrer une biographie intitulée Léo Frankel communard sans frontières publiée par Libertalia.

Issu de la bourgeoisie juive hongroise, Léo Frankel se forme adolescent à l’orfèvrerie d’art. Pour approfondir ses savoir-faire, le jeune homme entame un périple européen qui le mène jusqu’en France. Nous sommes en 1867, Napoléon III règne sur son Empire et se pense encore indétrônable et soutenu par le peuple. Frankel n’a pas 30 ans et son coeur est tout acquis à la cause socialiste ; un socialisme qui ne peut dans son esprit qu’être internationaliste, conviction profonde qui ne le quittera jamais.

Lorsqu’éclate la Commune de Paris, Frankel se jette à corps perdu dans la bataille. Membre de la Première Internationale, il est le seul élu étranger de la Commune proclamée en mars 1871 ; et on le charge de réformer le travail, autrement dit, pour ce socialiste révolutionnaire, d’émanciper les prolétaires du salariat. Tâche dans laquelle il s’implique avec un sérieux et un dévouement qui n’étaient pas si fréquents en ces temps révolutionnaires1.

Frankel le communard était, nous dit Chuzeville, l’un « des éléments les plus avancés du conseil de la Commune » ; un conseil politiquement hétérogène qui parle beaucoup, se chamaille, proclame souvent (et magnifiquement !) mais oublie parfois l’essentiel.

Echappant miraculeusement à la Semaine sanglante, Frankel commence une nouvel vie de révolutionnaire polyglotte. A Londres, il se lie d’amitié avec Marx et Engels et s’investit pleinement dans la vie de la Première Internationale à l’heure où socialistes dits scientifiques et anarchistes s’affrontent violemment pour en définir et le rôle et le fonctionnement. Puis, de retour en Hongrie, il fonde le Parti des non-électeurs, autrement dit le parti du peuple exclu du droit de vote, formation qui ne se cantonne pas à réclamer le suffrage universel mais met en avant des revendications démocratiques et sociales comme l’interdiction du travail des enfants, l’instauration d’un salaire minimum ou la liberté de réunion. Parallèlement, il prête sa plume à diverses publications socialistes européennes et s’échine à développer l’internationalisme socialiste.

Car Frankel est orphelin de la Première Internationale. Le socialisme n’a de sens à ses yeux que s’il s’inscrit dans une dynamique organisationnelle abolissant les frontières : « L’internationalisme, écrit-il, est la raison primordiale du socialisme ». Il est également un fervent défenseur de l’unité. Quand il retourne vivre à Paris, la ville de ses rêves2, à la fin des années 1880, il se désole de l’éparpillement du socialisme français en une multitude de chapelles et tente, sans succès, d’y remédier, en s’appuyant sur l’expérience historique de la Première Internationale : « Si, du temps de l’Internationale, écrit-il, les différentes chapelles, chacune à sa manière et sur son terrain respectif, pouvaient agir et agissaient ensemble pour la cause commune, pourquoi devrait-il en être autrement aujourd’hui ? » Peine perdue, les socialistes français sont trop divisés idéologiquement pour s’imaginer un destin commun.

Epuisé par la tuberculose, Frankel s’éteint en 1896 à seulement 52 ans. Ses amis en firent le plus beau des portraits, celui d’un homme bon, discret et dévoué à une cause : l’émancipation sociale et politique des travailleurs.

Notes :

1. C’est notamment l’avis du communard Jules Andrieu dans ses Notes pour servir à l'histoire de la Commune de Paris (Libertalia, 2016).

2. « Mourir de faim à Paris, c’est encore la belle vie ! » aimait-il à répéter.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet