Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2020

Containers versus Liberté

Associer containers et liberté va-t-il de soi ? Bin non...

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous étions en plein été et France 3 Grand-Ouest consacrait un reportage à un jeune couple mayennais ou sarthois. Pourquoi ? Parce que celui-ci accédait à la propriété. Comme tant d’autres me direz-vous, certes, mais ces deux jeunes avaient décidé de bâtir leur résidence en transformant une poignée de containers en autant de pièces à vivre. L’intérêt économique était évident : le container, c’est moins cher !, mais il y avait également la certitude de disposer à l’issue des travaux d’un logement assurément atypique, original : bref, une sacrée plus-value esthétique !
C’est d’ailleurs ce que lui fit remarquer le journaliste. N’étaient-ils pas émus à l’idée de passer des années dans des containers ayant fait plusieurs fois le tour du monde ? Et le propriétaire concéda que oui, il y avait un petit goût de liberté qui se nichait entre ces parois métalliques.

Parce que j’ai mauvais esprit, je l’avoue, j’ai trouvé singulier d’associer container et liberté, à moins bien sûr de réduire cette dernière à sa seule dimension mercantile. En effet, le container, the box en angliche, a une histoire édifiante que le journaliste et économiste Marc Levinson à raconter en son temps1. Si le container a une centaine d’années, ce sont les années 1960 qui l’ont mis sur le devant de la scène, et un entrepreneur audacieux, Malcolm McLean, transporteur routier à la tête d’une conséquente flottille de camions. McLean était audacieux et parfois assez peu scrupuleux, s’inscrivant ainsi dans la grande tradition des businessmen américains2. Il parvînt à convaincre le gouvernement américain de l’intérêt financier qu’il aurait à réorganiser sa façon de concevoir le ravitaillement des troupes engagées dans le conflit vietnamien. Transporter plus, à moindre coût : voilà ce que le fret par conteneurs pouvait offrir à la nation en guerre contre l'expansionnisme communiste. Le gouvernement fut conquis et c’est ce qui fît la fortune de McLean car sa société a très largement profité des largesses du gouvernement américain.

The box a changé la face de l’économie mondiale, car ce qui coûte cher à un armateur, ce n’est pas le temps passé sur l’eau par sa flotte, mais le temps passé à terre. Avec le container, le docker devient quasiment obsolète et le temps de manutention réduit au maximum : gains de temps et de main-d’œuvre signifient maximisation des profits. L’arrivée du container signe également l’arrêt de mort de tous les ports incapables de s’adapter ou dans l’impossibilité d’accueillir les mastodontes des mers. A Londres, la moitié des 150 quais exploités en 1967 fermèrent leurs portes en moins de quatre ans. Beaucoup de ports sont morts en une poignée d’années et des grands centres maritimes se sont constitués sur leurs décombres.

Evidemment, au début des années 1970, tout le monde s'empressa de moderniser sa flotte. Des centaines de porte-containers performants, autrement dit rapides, furent construits, donnant l’assurance au client que sa marchandise serait transportée vite et bien, et pour un coût modique. La crise pétrolière de 1973-1974 liquida une bonne partie de cette flotte rapide, certes, mais peu économe en carburant. Du coup, on se mit à construire des porte-containers moins rapides mais plus sobres. Problème : quand le prix du baril s’effondra dans les années 1980, ces mastodontes imposants cessèrent d’être attractifs. Fin 1986, McLean l’audacieux fit faillite… Pas de mondialisation capitaliste heureuse, sans containers globe-trotters ! Aujourd’hui, des porte-containers gigantesques sillonnent les mers avec à leur bord non pas en majorité des produits finis, comme on l’imagine, mais des composants industriels permettant la production de marchandises, dont beaucoup sont, vous vous en doutez, indispensables à notre bonheur. Le container est donc au cœur de la machine industrielle capitaliste qui fait de la gestion des stocks un élément-clé de la compétitivité, car qui diminue ses stocks, diminue ses frais immobiliers etc., et donc accroît ses marges bénéficiaires.
Tout cela donne, vous en conviendrez, un goût particulier à la liberté, quand bien même on habite en Sarthe ou en Mayenne…

Note :
1. Marc Levinson, The box - Comment le conteneur a changé le monde, Max Milo, 2011.
2. Cf. Marianne Debouzy, Le capitalisme « sauvage » aux Etats-Unis (1860-1900), Seuil, 1972.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN