Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

135 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2021

En luttes ! Syndicalisme et contestation sociale

Les études, enquêtes et autres travaux s’intéressant au syndicalisme contemporain sont rares. D’où l’intérêt du travail de Sophie Béroud et Martin Thibault intitulé En luttes ! et publié par les éditions Raisons d’agir.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sophie Béroud et Martin Thibault, En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, Raisons d’agir, 2021

Les études, enquêtes et autres travaux s’intéressant au syndicalisme contemporain sont rares. Certes, on peut trouver ça-et-là quelques témoignages d’acteurs, des pamphlets, des monographies de luttes sociales, mais d’immersions dans le syndicalisme du quotidien et au quotidien, il y a peu. D’où l’intérêt du travail de Sophie Béroud et Martin Thibault intitulé En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation, livre publié par les éditions Raisons d’agir.

Cet ouvrage est la conclusion d’un enquête entamée en 2008 et dont l’objet est une structure syndicale singulière : l’Union syndicale Solidaires. Enquête au long cours donc, au coeur d’une organisation vieille de deux décennies, mais dont l’histoire a vingt ans de plus, puisque c’est en 1981 que fut fondé le Groupe des Dix, rassemblement de syndicats autonomes, fort attachés à leur indépendance d’action… et souvent raillés pour leur esprit corporatif.

L’entrée des syndicats SUD (Solidaires, Unitaires, Démocratiques) dans ce groupe des Dix a profondément fait évoluer la structure. Formés par des exclus de la CFDT dont il critiquait la droitisation, ces syndicats s’appuyaient sur des militants pugnaces, très bien formés, marqués politiquement à l’extrême gauche, désireux de « subvertir l’ordre établi dans le champ syndical en construisant un modèle plus démocratique, plus autogestionnaire » et de réaffirmer l’actualité d’un syndicalisme de la double besogne : défense des intérêts immédiats des travailleurs d’un côté, engagement en faveur d’un transformation sociale radicale de l’autre. Syndicalisme exigeant donc, pour lequel l’engagement ne se résume pas à prendre sa carte et à confier son sort à des professionnels de la négociation.

Pour Solidaires, les enjeux étaient pluriels : il lui fallait s’imposer comme force syndicale dans le paysage national, parvenir à s’implanter dans le secteur privé, mais aussi sortir le syndicalisme du lieu de travail et de la routine bureaucratique, s’émanciper du « dialogue social » institutionnalisé et s’impliquer dans les mouvements sociaux, comme celui des Gilets jaunes, en y défendant un syndicalisme de lutte, échapper à la réunionnite et à la professionnalisation qui transforment nombre d’élus en cogestionnaires dépolitisés du capitalisme contemporain. Tout cela dans un univers hostile marquée par la fragmentation des statuts du travail, les déserts syndicaux et le vieillissement des équipes syndicales, un management offensif qui pousse à l’individualisme et une doxa néolibérale toute-puissante qui nous rappelle que la lutte des classes est aussi une lutte culturelle et symbolique.

Difficile d’être partout sans s’épuiser, difficile de faire cohabiter au sein d’une même organisation des militants de cultures et de générations différentes. Les militants rencontrés par les auteurs en témoignent et nous rappellent une évidence : l’engagement syndical est plus souvent le fruit du hasard que la conclusion d’une démarche intellectuelle et d’un choix idéologique. C’est le cas notamment de beaucoup de jeunes adhérents Solidaires, qui ont poussé la porte du syndicat uniquement pour des motifs professionnels. La transformation sociale, les querelles d’appareils… tout cela les dépasse et ne les intéresse pas.

Si le syndicalisme de contestation sociale ne veut pas mourir, il va devoir, non s’adapter, mais se penser comme outil d’émancipation individuel et collectif et non comme fin en soi, se réinventer, s’ouvrir aux autres et aller là où se politisent dans la cacophonie ces franges du salariat précarisées, ces « premiers de corvée » pour lesquels le syndicalisme est une affaire de fonctionnaires ou de salariés de grosses boîtes, une affaire de bureaucrates adeptes du compromis et de la compromission. Et faire avec les travailleurs tels qu’ils sont, car c’est par la lutte que l’on se forge une conscience de classe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier