Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

133 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

Ventes d'armes : morale, business et realpolitik

La France est le pays des droits de l’homme, des philosophes va-t’en-guerre en chemise blanche, des ventes d’armes et du secret défense. Aymeric Elluin et Sébastien Fontenelle rouvrent le dossier avec « Ventes d’armes, une honte française » (Le Passager clandestin).

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aymeric Elluin et Sébastien Fontenelle, Ventes d’armes, une honte française, Le Passager clandestin, 2021

La France est le pays des droits de l’homme, des philosophes va-t’en-guerre en chemise blanche, des ventes d’armes et du secret défense. Et cela ne date pas d’hier. Aymeric Elluin et Sébastien Fontenelle rouvrent le dossier avec Ventes d’armes, une honte française, édité par Le Passager clandestin.

Depuis des décennies le discours gouvernemental est rôdé : on ne vend pas à n’importe qui, les ventes d’armes sont contrôlées/validées par la représentation nationale, quant à la discrétion, elle est nécessaire car ce commerce est particulier.

Un argument n’a pas survécu à la fin du dernier siècle : en vendant des armes, la France permet à des Etats de ne pas s’inscrire dans la guerre d’influence que se livrent les blocs américain et soviétique. En revanche, rien ne pourra mettre au rencard le « il vaut mieux une politique de dialogue exigeant qu’une politique de boycott. » !

Ainsi, c’est grâce à la vente d’avions au Général Franco et d’hélicoptères de combat à l’Afrique du sud sous apartheid que nous avons mis ces deux pays sur le chemin de la démocratisation. Nous pourrions rire de cette formule si elle ne remplissait pas les cimetières…

Certains mirent leurs espoirs dans la gauche, en ces temps désormais lointains où elle n’avait pas goûté aux délices du pouvoir et de la realpoltik. Elle avait promis, craché juré que la représentation nationale aurait un jour son mot à dire, qu’il en serait fini de l’opacité, qu’un jour ce commerce singulier serait éthique.

Il n’en fut rien. Il en va de la vente d’armes comme de la politique africaine. La gauche de gouvernement s’est glissée dans les chaussons de la droite. Business is business, « le calcul cynique l’emporte sur le respect du droit international et des droits humains ». Renoncer aux ventes d’armes, c’est mettre en péril des entreprises, des fleurons de l’industrie nationale nourris d’argent public, des centaines de milliers d’emplois directs et indirects ; c’est renoncer à jouer un rôle dans la marche du monde. Et quel rôle…

Les optimistes s’accrochent à l’idée que le Traité sur le commerce des armes adopté par l’ONU peut moraliser ce secteur économique en pleine expansion. Les cyniques rappellent l’existence en France d’une commission interministérielle pour l’étude des exportations de matériels de guerre qui veille scrupuleusement à ce que les contrats signés soient respectueux du droit international et de la morale.

Problème : les avis de cette commission sont confidentiels et protégés par le secret-défense. Nous ne saurons donc pas comment elle a pu justifier le contrat liant la France à la vertueuse Arabie saoudite. Au nom sans doute de la guerre contre le terrorisme islamiste qui autorise tout, y compris et surtout à soutenir des régimes dont la politique économique et sociale jette dans la contestation, y compris religieuse, des pans entiers de la population.

Mohammed Ben Salmane peut faire découper en morceaux un opposant politique, le Général Al-Sissi peut massacrer, faire incarcérer des milliers d’opposants, ils savent qu’ils peuvent compter sur la France des droits de l’homme, comme jadis les dictateurs latino-américains savaient pouvoir s’appuyer sur le savoir-faire tricolore en matière de maintien de l’ordre.

Cela n’a que trop duré nous disent les auteurs. Comment leur donner tort ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran