Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2022

Martin Monath et le défaitisme révolutionnaire

Il s’appelait Martin Monath et fut liquidé par la Gestapo en août 1944. Nathaniel Flakin lui rend un bel hommage dans « Un Juif berlinois organise la résistance dans la Wehrmacht », publié par les éditions Syllepse.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nathaniel Flakin, Un Juif berlinois organise la résistance dans la Wehrmacht. « Arbeiter und soldat », Syllepse, 2021.

Il s’appelait Martin Monath et fut liquidé par la Gestapo en août 1944. Nathaniel Flakin lui rend un bel hommage dans « Un Juif berlinois organise la résistance dans la Wehrmacht », publié par les éditions Syllepse.

Enfant d’une famille de boutiquiers juifs ukrainiens installés à Berlin au début du siècle, Martin Monath s’est d’abord impliqué dans le mouvement sioniste de gauche, se rêvant pionnier dans une Palestine socialiste binationale. Rompant avec le sionisme, il se rapprocha du mouvement communiste avant de se rallier au trotskisme peu de temps avant que la guerre n’éclate.

Il n’a pas encore 30 ans et se refuse à fuir une Allemagne conquise par le national-socialisme alors que nombre de ses amis et parents ont pris le chemin de la Palestine. « L’insouciance de Martin Monath paraît stupéfiante, presque pathologique » écrit l’auteur. En effet Monath, juridiquement apatride, réside sous de fausses identités à Berlin et vit grâce à un pactole financier conséquent dont le préfacier avoue ne pas connaître la provenance. Et en bon internationaliste, il abolit les frontières, se rend en Belgique, en France pour organiser la résistance, mais une résistance singulière puisqu’elle repose sur un principe fondamental : celui du défaitisme révolutionnaire. Rejetant toute idée d’Union sacrée comme en 1914, ces militants révolutionnaires n’ont qu’un but : organiser le prolétariat pour préparer la révolution. Rien que ça ! Car il n’échappera à personne qu’ils ne sont alors qu’une poignée à défendre une telle position iconoclaste. Leurs armes : des mots, de la pugnacité et un courage infini. Leur cible : le prolétariat français des usines et celui qui, sous l’uniforme allemand, défend des intérêts qui ne sont pas les siens. L’espoir de Martin Monath ? Convaincre des soldats allemands à s’organiser en cellules clandestines anti-nazies pour préparer la révolution.

Sous une fausse identité, le désormais Parisien Martin Monath se lance dans la bagarre avec le petit noyau de militants trotskystes français encore en liberté, notamment dans l’Ouest de la France. En juillet 1943 paraît le premier numéro d’Arbeiter und soldat (Travailleur et soldat)1. Cinq autres numéros suivront avant que la répression ne s’abatte sur le petit groupe, l’un des soldats allemands membres d’une des cellules l’ayant trahi. Nous sommes en octobre 1943 et cette trahison est fatale pour les internationalistes puisqu’une centaine de personnes, soldats allemands ou militants trotskystes sont arrêtés, déportés ou fusillés : c’est toute l’organisation mise sur pied qui s’effondre en une poignée de jours.

Martin Monath n’est pas du nombre, mais le répit sera de courte durée. En juillet 1944, la Milice l’arrête à Paris et le confie à la Gestapo, des griffes de laquelle on sort rarement.

Martin Monath connut alors le destin tragique de bien d’autres opposants mais il était écrit qu’il leur donnerait du fil à retordre. Fin juillet, la Gestapo le laisse pour mort dans le bois de Vincennes, une balle dans la tête, l’autre dans la poitrine. Un policier français le découvre agonisant et le transporte à l’hôpital Rothschild où il est soigné quelques jours, le temps que ses amis préparent son exfiltration. La Gestapo ne leur en laissera pas le temps. Elle viendra le cueillir, sans doute le 3 août, et l’exécutera quelques jours plus tard alors que le peuple de Paris se soulève, enfin.

-----------------------------------------------------------

1Le contenu de ce journal clandestin est reproduit en fin d’ouvrage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis