Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 oct. 2021

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Chomsky : en finir avec le capitalisme

Depuis les années 1950, Noam Chomsky est une des figures majeures de la gauche radicale américaine. Linguiste de premier plan, le nonagénaire poursuit sans relâche son combat en faveur de l’émancipation individuelle et collective.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Noam Chomsky et Marv Waterstone, Les conséquences du capitalisme. Du mécontentement à la résistance, Lux, 2021

Depuis les années 1950, Noam Chomsky est une des figures majeures de la gauche radicale américaine. Linguiste de premier plan, le nonagénaire poursuit sans relâche son combat en faveur de l’émancipation individuelle et collective. Avec le géographe Marv Waterstone, il nous offre Les conséquences du capitalisme. Du mécontentement à la résistance, livre édité par les éditions Lux.

Ce livre de près de 500 pages rassemble une vingtaine d’exposés formant un cours dispensé en 2019 à l’université de l’Arizona, Waterstone se chargeant des cours théoriques et Chomsky des éclairages historiques. Cours, université… cela pourrait laisser penser que le livre en question n’est pas destiné à finir entre toutes les mains. Il n’en est rien. Ce livre a été pensé comme un outil d’autodéfense intellectuelle à destination de celles et ceux qui refusent le monde tel qu’il est et va. Face au fatalisme, au « there’s no alternative », ce que les auteurs appellent le « réalisme capitaliste » qui laisse entendre qu’il ne peut exister d’autres modèles viables d’organisation de la société, Waterstone et Chomsky se dressent avec vigueur et urgence. Car l’avenir de la planète est en jeu. Dans un livre de 2020, Chomsky a écrit : « L’idée que le destin d’un pays et du monde soit entre les mains d’un bouffon sociopathe est particulièrement inquiétante. »1 Trump n’est plus, mais le trumpisme n’est pas mort, tout comme le « climatonégationnisme ». Les auteurs le savent, et la victoire de Biden ne change rien à l’affaire.

La critique portée par les deux auteurs sur le capitalisme est des plus classiques. Elle doit tout à Marx et à une lecture classique de ce dernier. L’autre influence majeure est Gramsci et son concept d’hégémonie. Comment les élites sont-elles parvenues à convaincre la population à penser comme elles ? Comment cette rhétorique mortifère qui met en péril la survie de l’humanité a-t-elle pu s’imposer partout, et notamment au coeur de la première puissance mondiale ? Chomsky souligne à quel point propagande gouvernementale, poids de la presse conformiste et répression sévère des mouvements sociaux jouèrent et jouent toujours un rôle majeur dans cette fabrication du consentement ; il y ajoute la peur, cette « paranoïa » qui fait « partie de la psyché états-unienne » et sur laquelle tant de fascistes et de prédicateurs font reposer leur rhétorique2, hier comme aujourd’hui.

« La stratégie que nous adopterons pour nous sortir de ce pétrin (écrit Chomsky) devra s’appuyer massivement sur un mouvement de travailleurs résurgent et dynamique ». J’en suis convaincu même si les luttes sociales occupent très peu de place dans l’ouvrage, ce qui traduit bien l’état de faiblesse dramatique du syndicalisme de transformation sociale outre-Atlantique ; tout juste les auteurs évoquent-ils l’idéal coopératif comme façon alternative de produire des biens nécessaires à la vie.

L’ambition de ce livre est de convaincre le lecteur que le capitalisme porte la guerre, l’injustice et la destruction de la nature comme la nuée porte l’orage, qu’il serait suicidaire de refuser de relier intellectuellement et pratiquement les différentes luttes sociales et sociétales. Urgence climatique et urgence sociale ne s’opposent pas ; elles doivent se féconder l’une l’autre. Et là-bas comme ici, il n’y a pas de temps à perdre.

------

1 Voir ma note.

2Léo Löwenthal et Norbert Guterman, Les prophètes du mensonge. Etude sur l'agitation fasciste aux Etats-Unis, La Découverte, 2019. --- Traduction française d'un classique (1949) de la sociologie américaine (la célèbre école de Francfort) qui décrypte le discours des agitateurs fascistes/populistes américains des années 1930-1940.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost