Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2021

Vichy et sa police : la colère de Rajsfus

Maurice Rajsfus est décédé en 2020 après des décennies consacrées à la défense de la dignité humaine, contre toutes les formes de racisme et de mépris de classe. Les Editions du Détour ont décidé de rééditer ses livres les plus importants. "La Police de Vichy" est de ceux-là.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maurice Rajsfus, La Police de Vichy, Editions du Détour, 2021

Maurice Rajsfus est décédé en 2020 après des décennies consacrées à la défense de la dignité humaine, contre toutes les formes de racisme et de mépris de classe. Les Editions du Détour ont décidé de rééditer ses livres les plus importants. La Police de Vichy est de ceux-là. Un livre sorti initialement en 1995, l’année même où le Président de la République, Jacques Chirac, reconnaissait publiquement, pour la première fois, la responsabilité de l'Etat français dans la déportation et l'extermination de juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Ce que la France mitterrandienne n’avait pas fait, c’est la droite se réclamant du gaullisme qui le réalisait...

Pour comprendre la colère qui traverse ce livre, il faut lire la dédicace d’un autre de ses écrits consacré à l’attitude des élites juives pendant la guerre : « A la mémoire de mon père et de ma mère, livrés aux assassins nazis, en 1943, par la police française ».

Maurice Rajsfus était un rescapé de la rafle du Vel’ d’hiv’. Adolescent, il a vu ses parents être arrêtés par ladite police et disparaître dans les camps de la mort. Dix ans plus tard, il a vu la manière avec laquelle ces mêmes policiers matraquaient et tuaient les immigrés algériens. Toute sa vie, il a lutté contre l’impunité dont jouissait cette institution si prompte à obéir à n’importe quelle injonction…

La Police de Vichy est donc l’écrit d’un homme en colère, un journaliste militant, passionné d’histoire et d’archives. Rajsfus n’était pas un historien professionnel, et cela se sent car sa parole est plus libre, moins académique.

En un peu moins de 400 pages, Maurice Rajsfus s’en prend à un mythe tenace, car soigneusement entretenu pendant des décennies : celui d’une Police massivement résistante, n’accomplissant qu’à contre-coeur les ordres de la Gestapo. Pour preuve, son formidable soulèvement d’août 1944 à Paris. Pour preuve, le faible nombre de brebis galeuses épurées à la Libération.

S’immergeant dans les archives, Maurice Rajsfus découvre une bien plus triviale réalité : fonctionnaires d’une institution purgée par Pétain de ses éléments les moins sûrs, les policiers furent obéissants dès le premier jour ou, pour le dire avec les mots de l’auteur, « la police française s’est toujours montrée à la hauteur de la confiance que les hommes d’ordre (mettaient) en elle. ». Massivement réactionnaires et antisémites, les policiers de base accomplirent les basses œuvres sans barguigner, certains même avec un zèle admirable, notamment quand il s’est agi de mettre la main sur les opposants à la Révolution nationale ou de comptabiliser, localiser puis rafler les Juifs de tous âges. Au service de l’Occupant ? Pas seulement ! Au service également de la politique sécuritaire et antisémite du pouvoir vichyste, bien décidé à imposer aux nazis une certaine autonomie d’action. C’était une question d’honneur : si le pouvoir établi dans la cité thermale n’était pas une fiction, alors il devait avoir les mains libres pour gérer à sa guise la sécurité publique, notamment la « question juive » puisque Pétain avait promis d’épargner les Juifs nationaux et de sacrifier les Juifs apatrides.

Des policiers résistants ? Il y en eut, mais peu, très peu. L’immense majorité des képis participa à ce que Rajsfus appelle une « dérive collaborationniste ». Comme beaucoup de Français, c’est l’imminence de la défaite allemande qui les poussa dans la résistance, ni plus ni moins. Et si à la Libération, les autorités avaient dû sanctionner toutes les « brebis galeuses », bien maigre alors aurait été le troupeau...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat