Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

157 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2022

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Entreprises agro-alimentaires et santé publique

C’est à une plongée fort instructive à laquelle nous invitent Daniel Benamouzig et Joan Cortinas Munoz avec "Des lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publique" (Raisons d’agir) ; plongée dans le monde du lobbying aux multiples facettes dont on ne mesure pas toujours le pouvoir de nuisance...

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Daniel Benamouzig et Joan Cortinas Munoz, Des lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publique, Raisons d’agir, 2022.

C’est à une plongée fort instructive à laquelle nous invitent Daniel Benamouzig et Joan Cortinas Munoz avec leur livre intitulé Des lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publique, publié par les éditions Raisons d’agir. Plongée dans le monde du lobbying aux multiples facettes dont on ne mesure pas toujours le pouvoir de nuisance et surtout la capacité à se renouveler en fonction des enjeux du jour.

L’affaire est connue depuis longtemps : les firmes agro-industrielles ont développé des tactiques redoutables, plus subtiles que brutales, pour freiner les volontés réformatrices portées par la puissance publique et défendues par quelques associations de consommateurs. A la fin des années 1970, il y eut la célèbre campagne contre le veau aux hormones qui opposa firmes, agriculteurs, éleveurs et gauche paysanne. Depuis, beaucoup d’associations et de nutritionnistes ciblent les fabricants de plats cuisinés ou bien les vendeurs de soda, accusés de favoriser les comportements addictifs (sucre) et de nuire à l’état sanitaire de la population, notamment de la jeunesse (obésité).

L’affaire est connue, certes, mais il était plus qu’utile de mener « une enquête d’ensemble sur les interventions mises en œuvre par l’industrie agro-alimentaire. » Benamouzig et Cortinas Munoz ont donc retroussé leurs manches et mis au jour les mille-et-un réseaux mis en place par les multinationales de l’alimentation industrielle. Ces dernières ont bien compris qu’elles devaient « contrôler les conditions de production et de diffusion de l’information » plutôt que de s’en tenir à une posture défensive.

Il leur faut donc « produire des connaissances » en se trouvant des alliés dans le monde scientifique, d’où la multiplication des think tanks, ceci afin de « fabriquer du doute », donc de mettre en question les arguments de leurs adversaires ; et si cela ne suffit pas, les célèbres procédures « bâillon » sont là pour intimider l’impudent.

Il leur faut évidemment poursuivre leur travail en direction des élus, leur faire comprendre que les réglementations trop exigeantes sont nuisibles pour l’emploi. Cela passe par le soutien à des clubs très courus par les parlementaires comme le Club de la table française, le Club des amis du Cochon ou, mon préféré, le club Vive le foie gras, mais aussi par la multiplication des colloques, réunions et autres séminaires, lieux où l’on peut faire des rencontres opportunes, où se constituent en somme des réseaux de connaissances et parfois de connivences ; il n’est ainsi pas rare de voir des députés proposés des amendements dont la rédaction doit plus au lobby agro-alimentaire qu’à leur maîtrise de la question. Et n’oublions pas les petits cadeaux, les invitations à Cannes ou à Roland-Garros, tout comme l’implication de certaines firmes dans l’organisation d’événements en lien avec des ONG. La philanthropie, rappelons-le, est une arme puissante capable de transformer Bill Gates en Saint Thomas1.

« Les menaces et les incitations distribuées par l’industrie aux scientifiques, aux experts et aux décideurs, nous disent les auteurs, constituent au fil du temps un champ organisationnel capable de reconfigurer l’espace institutionnel dans lequel les politiques nutritionnelles sont élaborées ». Contre cela, ils plaident pour en finir avec l’opacité et donc « rendre plus lisible le travail politique de l’industrie (…) premier pas vers une réflexion collective sur les conditions de possibilité d’une démocratie sanitaire étendue au secteur agro-alimentaire. » Vaste ambition...

--------

[une version audio de cette chronique est disponible à cette adresse.

-------

Note 1 : Lire à ce sujet Nicolas Guilhot, Financiers, philanthropes. Vocations éthiques et reproduction du capital à Wall Street depuis 1970, Raisons d'agir, 2004.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias