Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2021

Néolibéralisme et guerre civile

« Il y a une lutte des classes, bien sûr, mais c'est ma classe, celle des riches, qui fait la guerre. Et nous gagnons. » Ces mots passés à la postérité sont du milliardaire Warren Buffett. Pour aller au-delà de la formule-choc, il est judicieux de lire « Le choix de la guerre civile. Une autre histoire du néolibéralisme ».

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dardot, Guéguen, Laval, Sauvêtre, Le choix de la guerre civile. Une autre histoire du néolibéralisme, Lux, 2021.

« Il y a une lutte des classes, bien sûr, mais c'est ma classe, celle des riches, qui fait la guerre. Et nous gagnons. » Ces mots passés à la postérité sont du milliardaire Warren Buffett. Pour aller au-delà de la formule-choc, il est judicieux de lire Le choix de la guerre civile. Une autre histoire du néolibéralisme, édité par les éditions Lux. Les auteurs sont quatre universitaires nanterrois dont deux, Pierre Dardot et Christian Laval, sont connus pour leurs travaux sur les communs.

Les réflexions sur le néolibéralisme ne sont pas rares. Citons pour mémoire les travaux de François Denord, Serge Audier, Wendy Brown, Jean-François Bayart ou encore l’analyse du Chili sous domination de Pinochet et de ses Chicago boys par Rodrigo Contreras Osorio1. Cette dictature latino-américaine est une porte d’entrée intéressante pour y voir le néolibéralisme en action, même si cette idéologie a une grande capacité à s’adapter à différentes configurations nationales. Le néolibéralisme n’est pas un ultra-libéralisme rêvant d’un Etat minimal, il ne signe pas le retrait de l’État de la sphère économique, il refuse le laissez-faire. Il redéfinit en fait la mission essentielle de l’Etat : protéger le marché de tout ce qui peut l’altérer.

Dans le viseur des penseurs néolibéraux (Hayek, Lippman et autres Röpke), il y a les gouvernements progressistes et leurs politiques sociales, les masses rêvant de justice, l’Etat-providence, le syndicalisme, le socialisme sous toutes ses formes, le protectionnisme économique, et bien sûr la démocratie soumise à la versatilité des humeurs populaires ! Un Etat fort, protecteur du marché libre, garantissant la liberté du capital, ne peut avoir que leur préférence.

Certains sont de fieffés réactionnaires, défenseurs de la famille patriarcale, de la religion, de la hiérarchie sociale, d’autres mettent davantage en avant l’individu-consommateur, libre et autonome, mais tous se rejoignent sur l’idée de faire la guerre, une guerre civile donc, contre toutes les forces de contestation sociale, contre les digues, fruits de la lutte des classes, qui empêchent la pensée néolibérale d’envahir la société. Il leur faut donc, au nom de la liberté individuelle contre une égalité castratrice, briser les bras et conquérir les têtes, liquider par exemple la puissance d’action des syndicats, et mettre au pas les sciences sociales, transformer la force de travail en capital humain, rappeler à toutes et tous qu’il n’y a pas d’alternative et qu’il revient à chacun de faire sa vie. Comme le disait François Guizot en son temps : « Les citoyens doivent être livrés à leur propre mérite, à leurs propres forces ; il faut que chacun puisse, par lui-même, devenir tout ce qu’il peut être, et ne rencontre dans les institutions ni obstacle qui l’empêche de s’élever, s’il en est capable, ni secours qui le fixe dans une situation supérieure, s’il ne sait pas s’y maintenir. »

Le néolibéralisme est une machine de guerre. Son interventionnisme est social, politique et culturel, sa logique ne peut être qu’autoritaire. Mais, nous disent les auteurs, n’assimilons pas autoritarisme et régime autoritaire. L’un peut aller sans l’autre, et le néolibéralisme n’a nul besoin de liquider physiquement et massivement ses opposants comme le fit Pinochet en son temps pour s’imposer. Le macronisme nous en administre la preuve régulièrement.

----------------------

1 François Denord, Néolibéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Démopolis, 2007 ; Serge Audier, Néo-libéralisme(s): Une archéologie intellectuelle, Grasset, 2012 ; Wendy Brown, Les habits neufs de la politique mondiale, Les Prairies ordinaires, 2007 ; Jean-François Bayart, Sortir du national-libéralisme – Croquis politiques des années 2004-2012, Karthala, 2012 ; Rodrigo Contreras Osorio, La dictature de Pinochet en perspective: Sociologie d'une révolution capitaliste et néoconservatrice, L’Harmattan, 2007.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B