Christophe Patillon
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

167 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2021

Christophe Patillon
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Néolibéralisme et guerre civile

« Il y a une lutte des classes, bien sûr, mais c'est ma classe, celle des riches, qui fait la guerre. Et nous gagnons. » Ces mots passés à la postérité sont du milliardaire Warren Buffett. Pour aller au-delà de la formule-choc, il est judicieux de lire « Le choix de la guerre civile. Une autre histoire du néolibéralisme ».

Christophe Patillon
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dardot, Guéguen, Laval, Sauvêtre, Le choix de la guerre civile. Une autre histoire du néolibéralisme, Lux, 2021.

« Il y a une lutte des classes, bien sûr, mais c'est ma classe, celle des riches, qui fait la guerre. Et nous gagnons. » Ces mots passés à la postérité sont du milliardaire Warren Buffett. Pour aller au-delà de la formule-choc, il est judicieux de lire Le choix de la guerre civile. Une autre histoire du néolibéralisme, édité par les éditions Lux. Les auteurs sont quatre universitaires nanterrois dont deux, Pierre Dardot et Christian Laval, sont connus pour leurs travaux sur les communs.

Les réflexions sur le néolibéralisme ne sont pas rares. Citons pour mémoire les travaux de François Denord, Serge Audier, Wendy Brown, Jean-François Bayart ou encore l’analyse du Chili sous domination de Pinochet et de ses Chicago boys par Rodrigo Contreras Osorio1. Cette dictature latino-américaine est une porte d’entrée intéressante pour y voir le néolibéralisme en action, même si cette idéologie a une grande capacité à s’adapter à différentes configurations nationales. Le néolibéralisme n’est pas un ultra-libéralisme rêvant d’un Etat minimal, il ne signe pas le retrait de l’État de la sphère économique, il refuse le laissez-faire. Il redéfinit en fait la mission essentielle de l’Etat : protéger le marché de tout ce qui peut l’altérer.

Dans le viseur des penseurs néolibéraux (Hayek, Lippman et autres Röpke), il y a les gouvernements progressistes et leurs politiques sociales, les masses rêvant de justice, l’Etat-providence, le syndicalisme, le socialisme sous toutes ses formes, le protectionnisme économique, et bien sûr la démocratie soumise à la versatilité des humeurs populaires ! Un Etat fort, protecteur du marché libre, garantissant la liberté du capital, ne peut avoir que leur préférence.

Certains sont de fieffés réactionnaires, défenseurs de la famille patriarcale, de la religion, de la hiérarchie sociale, d’autres mettent davantage en avant l’individu-consommateur, libre et autonome, mais tous se rejoignent sur l’idée de faire la guerre, une guerre civile donc, contre toutes les forces de contestation sociale, contre les digues, fruits de la lutte des classes, qui empêchent la pensée néolibérale d’envahir la société. Il leur faut donc, au nom de la liberté individuelle contre une égalité castratrice, briser les bras et conquérir les têtes, liquider par exemple la puissance d’action des syndicats, et mettre au pas les sciences sociales, transformer la force de travail en capital humain, rappeler à toutes et tous qu’il n’y a pas d’alternative et qu’il revient à chacun de faire sa vie. Comme le disait François Guizot en son temps : « Les citoyens doivent être livrés à leur propre mérite, à leurs propres forces ; il faut que chacun puisse, par lui-même, devenir tout ce qu’il peut être, et ne rencontre dans les institutions ni obstacle qui l’empêche de s’élever, s’il en est capable, ni secours qui le fixe dans une situation supérieure, s’il ne sait pas s’y maintenir. »

Le néolibéralisme est une machine de guerre. Son interventionnisme est social, politique et culturel, sa logique ne peut être qu’autoritaire. Mais, nous disent les auteurs, n’assimilons pas autoritarisme et régime autoritaire. L’un peut aller sans l’autre, et le néolibéralisme n’a nul besoin de liquider physiquement et massivement ses opposants comme le fit Pinochet en son temps pour s’imposer. Le macronisme nous en administre la preuve régulièrement.

----------------------

1 François Denord, Néolibéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Démopolis, 2007 ; Serge Audier, Néo-libéralisme(s): Une archéologie intellectuelle, Grasset, 2012 ; Wendy Brown, Les habits neufs de la politique mondiale, Les Prairies ordinaires, 2007 ; Jean-François Bayart, Sortir du national-libéralisme – Croquis politiques des années 2004-2012, Karthala, 2012 ; Rodrigo Contreras Osorio, La dictature de Pinochet en perspective: Sociologie d'une révolution capitaliste et néoconservatrice, L’Harmattan, 2007.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier