Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2021

Un fief capitaliste, Le Creusot

En ce jour de juin 1881, lors du congrès du Parti ouvrier, Jean-Baptiste Dumay monte à la tribune. Ce militant ouvrier devenu élu socialiste vient y délivrer un rapport qui, une fois édité, prendra le nom d’Un fief capitaliste, Le Creusot. Les éditions du Coquelicot lui redonne vie aujourd’hui...

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Baptiste Dumay, Un fief capitaliste, Le Creusot, Le Coquelicot, 2021.

En ce jour de juin 1881, lors du congrès du Parti ouvrier1, Jean-Baptiste Dumay monte à la tribune. Ce militant ouvrier devenu élu socialiste vient y délivrer un rapport qui, une fois édité, prendra le nom d’Un fief capitaliste, Le Creusot. Les éditions du Coquelicot lui redonne vie aujourd’hui, en y adjoignant une utile préface et une biographie de Dumay dues à l’historien Yves Meunier2.

Entre le Creusot et Dumay, c'est une longue histoire. Qui dit fief dit seigneur, et au Creusot, l’incontesté seigneur a le visage d’une famille : les Schneider. Et quel seigneur !

Dans la France républicaine d’alors, Schneider a trois visages : celui du bâtisseur d’empire industriel, du fieffé réactionnaire et celui du patron paternaliste, autoritaire comme il se doit mais soucieux de ses gens. C’est à cette dernière image que Dumay s’attaque en dévoilant la façon dont Schneider organise sa domination politique, économique et social sur le territoire. Et la charge est aussi rude que l’ennemi est puissant !

Ce à quoi s’attaque Jean-Baptiste Dumay, c’est à un Etat dans l’État, un Etat d’une telle puissance qu’elle pousse Dumay à écrire que Le Creusot, ville de 26000 habitants « n’a pas de mairie et pas d’école » puisque presque tout est entre les mains de la dynastie.

Et pour régner, La famille Schneider peut compter sur tout un réseau d’alliés et de courtisans. Il y a bien sûr l’église et ses aumôniers qui veillent à ce que la masse ouvrière ne s’égare pas. Il y a les employés (dessinateurs et autres comptables) qui, jouissant de quelques privilèges, servent à l’occasion de garde-chiourmes prêchant la bonne parole patronale. Il y a surtout une telle omnipotence que toute dissidence est risquée. L’ouvrier récalcitrant, contestataire risque évidemment le renvoi mais aussi le bannissement puisque Schneider contrôle une grande partie de l’activité économique du territoire ; quant au marché locatif, il en est le principal bailleur. Le commerçant et l’artisan critiques ont de fortes chances de se voir mettre à l’index, de perdre ainsi la possibilité de travailler pour Schneider ou de voir leur clientèle les fuir pour éviter eux-mêmes d’être stigmatisés. Le Républicain ? La discrétion est requise parce que chez les Schneider, on est monarchiste ! Bref, il faut rester dans les bonnes grâces du seigneur des lieux ; ou plus précisément, toute la famille doit se plier à cette règle car, écrit Dumay, « il n’est pas rare que toute une famille soit renvoyée des ateliers parce qu’un fils ou un frère a voulu secouer le joug. »

Et quel joug ! Dumay évoque des conditions de travail effrayantes auxquelles sont soumis les prolétaires des deux sexes, les cingleurs, lamineurs, puddlers ou laveuses de charbon. Il parle aussi de ses amendes qui pleuvent sur les mineurs, amendes qui servent à abonder la si généreuse caisse de secours aux malades et blessés mise en place par la direction, symbole de la générosité patronale.

Outre sa description du « système Schneider », ce rapport de Dumay est important parce qu’il précède de quelques mois l’apparition dans le bassin minier de La Bande noire dont les pratiques d’action directe et l’esprit anarchisant vont marquer le bassin houiller de Saône-et-Loire jusqu’à son démantèlement par la police en 1885. C’est à coup de dynamite que ce groupe se fera entendre, au grand dam d’un Dumay qui ne verra en eux que des provocateurs à la solde des Schneider, chargés de briser la vague socialiste montante. Sa dénonciation sans fondement de La bande noire le poussera prestement à quitter la région et à rallier Paris où il fera carrière dans la politique. C’est en effet moins risqué.

Notes

1 Plus exactement il s’agit du congrès ouvrier régional de la région de l’Est.

2 On lui doit La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885), L’Echappée, 2017.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali