Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2021

Contrôler les « assistés »

Nous sommes au milieu des années 1990, la France a pour président Jacques Chirac, pour Premier ministre Alain Juppé. Leur ennemi a les traits du syndicaliste et du citoyen irresponsables, incapables de comprendre la nécessité de réduire le montant des dépenses publiques. Il a aussi le visage du chômeur, du pauvre, de l’assisté qui fraude, abuse et s’enrichit sur le dos de la communauté nationale...

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vincent Dubois, Contrôler les assistés. Genèses et usages d’un mot d’ordre, Raisons d’agir, 2021.

Il est des livres dont on regrette le volume et la densité. C’est le cas de Contrôler les assistés, de Vincent Dubois, édité par les éditions Raisons d’agir. Avec ses 445 pages et 1000 notes de bas de page, ce passionnant travail en impose et en effraiera plus d’un. Et c’est dommage, car quand je l’ai refermé, je me suis dit qu’il serait des plus judicieux que l’auteur se remette à la tâche et nous propose un livre beaucoup plus court, synthétique et accessible tant son travail me semble important pour comprendre le monde néolibéral tel qu’il va.

Nous sommes au milieu des années 1990, la France a pour président Jacques Chirac et pour Premier ministre Alain Juppé. Leur ennemi a les traits du syndicaliste et du citoyen irresponsables, incapables de comprendre la nécessité de réduire le montant des dépenses publiques. Il a aussi le visage du chômeur, du pauvre, de l’assisté qui fraude, abuse et s’enrichit sur le dos de la communauté nationale. Car les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Mais quels chiffres ? Car là réside le problème principal : aucune étude ne peut étayer l’affirmation gouvernementale ; pire même, la fraude sociale ne peut être comparée à la fraude fiscale qui elle, grève lourdement le budget de l’État. Mais à l’évidence, il vaut mieux pointer un doigt menaçant sur le pauvre que d’envoyer des bataillons d’agents du fisc dans les beaux quartiers ou au siège du MEDEF ! C’est ainsi, nous explique l’auteur que les politiques ont fait d’un problème mineur (la fraude sociale) un problème de salubrité publique appelant une réponse forte sous la forme d’un développement du contrôle des bénéficiaires ; contrôle devant prouver à terme que le « pognon de dingue » pourrait cesser de l’être si les organismes sociaux châtiaient et sermonnaient les allocataires indélicats.

L’objectif est fixé, ne reste plus qu’à mettre en branle la machine bureaucratique. Vincent Dubois nous entraîne alors au plus près du terrain, là où l’on s’efforce de distinguer la fraude délibérée et les erreurs dans l’établissement du dossier, là où l’engouement de certains pour le contrôle social côtoie et affronte les réticences de celles et ceux qui rechignent à se transformer en enquêteurs soupçonneux et intrusifs, là où l’on rappelle à l’agent qui se pensait au service du public et accomplissait ses missions avec tact et mesure, qu’il est avant tout au service d’un État néolibéral pour lequel l’algorithme est l’arme fatale.

« Plus de tolérance à l’égard des contribuables, plus d’intransigeance à l’égard des assistés sociaux : le constat établi pour la Grande-Bretagne des années Thatcher vaut pour la France des années Chirac, Sarkozy et Hollande » nous dit l’auteur, qui souligne également que ce sont les plus pauvres d’entre les pauvres qui sont les plus contrôlés et sanctionnés. Qu’importe si la « fraude des pauvres est une pauvre fraude », autrement dit sans impact financier sur les comptes de la nation. Le but n’est pas tant de réduire les dépenses sociales que de « moraliser », de « mettre au pas » une fraction de la population française, et de lui rappeler qu’on ne lui doit rien, ou pas grand chose. Et cela m’a remis en mémoire ces mots de Herbert Spencer, pourfendeur de l’État social : « La sympathie pour une personne qui souffre supprime, pour le moment, le souvenir des fautes qu’elle a commises ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre