Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

157 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2021

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Contrôler les « assistés »

Nous sommes au milieu des années 1990, la France a pour président Jacques Chirac, pour Premier ministre Alain Juppé. Leur ennemi a les traits du syndicaliste et du citoyen irresponsables, incapables de comprendre la nécessité de réduire le montant des dépenses publiques. Il a aussi le visage du chômeur, du pauvre, de l’assisté qui fraude, abuse et s’enrichit sur le dos de la communauté nationale...

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vincent Dubois, Contrôler les assistés. Genèses et usages d’un mot d’ordre, Raisons d’agir, 2021.

Il est des livres dont on regrette le volume et la densité. C’est le cas de Contrôler les assistés, de Vincent Dubois, édité par les éditions Raisons d’agir. Avec ses 445 pages et 1000 notes de bas de page, ce passionnant travail en impose et en effraiera plus d’un. Et c’est dommage, car quand je l’ai refermé, je me suis dit qu’il serait des plus judicieux que l’auteur se remette à la tâche et nous propose un livre beaucoup plus court, synthétique et accessible tant son travail me semble important pour comprendre le monde néolibéral tel qu’il va.

Nous sommes au milieu des années 1990, la France a pour président Jacques Chirac et pour Premier ministre Alain Juppé. Leur ennemi a les traits du syndicaliste et du citoyen irresponsables, incapables de comprendre la nécessité de réduire le montant des dépenses publiques. Il a aussi le visage du chômeur, du pauvre, de l’assisté qui fraude, abuse et s’enrichit sur le dos de la communauté nationale. Car les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Mais quels chiffres ? Car là réside le problème principal : aucune étude ne peut étayer l’affirmation gouvernementale ; pire même, la fraude sociale ne peut être comparée à la fraude fiscale qui elle, grève lourdement le budget de l’État. Mais à l’évidence, il vaut mieux pointer un doigt menaçant sur le pauvre que d’envoyer des bataillons d’agents du fisc dans les beaux quartiers ou au siège du MEDEF ! C’est ainsi, nous explique l’auteur que les politiques ont fait d’un problème mineur (la fraude sociale) un problème de salubrité publique appelant une réponse forte sous la forme d’un développement du contrôle des bénéficiaires ; contrôle devant prouver à terme que le « pognon de dingue » pourrait cesser de l’être si les organismes sociaux châtiaient et sermonnaient les allocataires indélicats.

L’objectif est fixé, ne reste plus qu’à mettre en branle la machine bureaucratique. Vincent Dubois nous entraîne alors au plus près du terrain, là où l’on s’efforce de distinguer la fraude délibérée et les erreurs dans l’établissement du dossier, là où l’engouement de certains pour le contrôle social côtoie et affronte les réticences de celles et ceux qui rechignent à se transformer en enquêteurs soupçonneux et intrusifs, là où l’on rappelle à l’agent qui se pensait au service du public et accomplissait ses missions avec tact et mesure, qu’il est avant tout au service d’un État néolibéral pour lequel l’algorithme est l’arme fatale.

« Plus de tolérance à l’égard des contribuables, plus d’intransigeance à l’égard des assistés sociaux : le constat établi pour la Grande-Bretagne des années Thatcher vaut pour la France des années Chirac, Sarkozy et Hollande » nous dit l’auteur, qui souligne également que ce sont les plus pauvres d’entre les pauvres qui sont les plus contrôlés et sanctionnés. Qu’importe si la « fraude des pauvres est une pauvre fraude », autrement dit sans impact financier sur les comptes de la nation. Le but n’est pas tant de réduire les dépenses sociales que de « moraliser », de « mettre au pas » une fraction de la population française, et de lui rappeler qu’on ne lui doit rien, ou pas grand chose. Et cela m’a remis en mémoire ces mots de Herbert Spencer, pourfendeur de l’État social : « La sympathie pour une personne qui souffre supprime, pour le moment, le souvenir des fautes qu’elle a commises ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis