Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

Eau : business et résistance

Maude Barlow est du genre pugnace. Depuis 1985, cette Canadienne a fait de l’accès universel à l’eau le combat de sa vie. Elle nous livre un revigorant témoignage dans « À qui appartient l’eau ? Faire barrage à la privatisation d’une ressource vitale », livre publié par les éditions Ecosociété.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maude Barlow, À qui appartient l’eau ? Faire barrage à la privatisation d’une ressource vitale, Ecosociété, 2021

Maude Barlow est du genre pugnace. Depuis 1985, cette Canadienne a fait de l’accès universel à l’eau le combat de sa vie. Elle nous livre un revigorant témoignage dans A qui appartient l’eau ? Faire barrage à la privatisation d’une ressource vitale, livre publié par les éditions Ecosociété.

L’eau, pour les humbles que nous sommes, est ce liquide transparent qui coule à flot dans nos cuisines et salles de bains et nous coûte de plus en plus cher. L’eau, pour d’autres, c’est l’« or bleu », une marchandise dont le contrôle apporte puissance et fortune.

Il fut un temps, jadis, où tout n’était pas marchandise, où des gouvernements considéraient que le contrôle étatique de l’eau était nécessaire et utile au bien commun. Puis la doxa néolibérale s’empara de la planète au tournant des années 1980. L’Angleterre thatchérienne privatisa son service d’eau comme elle liquida ses mineurs et ses dockers. C’est bien connu, le secteur privé est meilleur gestionnaire et on ne défend bien que les choses qui ont une valeur économique défini par le marché. D’autres pays lui emboîtèrent le pas, privatisant totalement ou partiellement la distribution de l’or bleu. comme le Chili du dictateur Pinochet, terrain d’essai préféré des néo-libéraux, l’Australie, le Canada, les Etats-Unis, le Brésil et d’autres encore.

Maude Barlow est alors partie en guerre. En guerre contre la privatisation de l’eau et pour un accès universel à cette ressource dont l’abondance ici nous fait oublier qu’une tiers des habitants de la planète n’y a pas un accès aisé. En guerre contre l’effrayant business de la flotte en plastique qui envahit les étals et pollue les mers. En guerre en somme contre les multinationales, les Nestlé, Suez, Coca-Cola, mais aussi les géants miniers qui exploitent sans retenue les nappes phréatiques, les contaminent, s’abreuvent à peu de compte en asséchant nos porte-monnaie avec la complicité des gouvernements.

De la ténacité il en faut pour faire reculer de tels adversaires dont le globe est le terrain de jeu. Pourtant chacun a pu constater à quel point cette privatisation avait aggravé la situation : une hausse vertigineuse des tarifs, une dégradation continue des installations et une grande opacité dans la gestion de la ressource.

Les Boliviens de la ville de Cochabomba sonnèrent la révolte dans les années 1990, en s’opposant à la privatisation du service d’eau municipal que l’État entendait confier à un géant du secteur, Aguas del tunari1. Combat dur, âpre et long, mais aussi formateur puisqu’il nous rappelle que les mobilisations populaires les plus larges possibles sont indispensables.

« Le monde ne sera transformé que de bas en haut, nous dit Maude Barlow, grâce aux efforts des gens au sein de leurs propres communautés, parce que la cause leur tient vraiment à coeur. »

Elle plaide pour que des villes deviennent des communautés bleues, qu’en somme elles s’engagent à protéger et reconnaître le droit à l’eau pour toutes et tous, et à préserver la ressource. Le mouvement est parti du Canada et tend à se répandre en Europe. Communauté bleue est plus qu’un label, c’est un « outil de mobilisation et d’engagement » au service des luttes citoyennes pour sensibiliser les populations, convaincre les élus de la nécessité d’un service public de l’eau, et contraindre ceux qui en douteraient à renoncer à tout projet de privatisation. Assurément, ce combat ne sera pas un long fleuve tranquille...

-------------------------------------------------------

1Lire sur cette lutte sociale le texte de Franck Poupeau, « La guerre de l'eau (Bolivie, 1999-2001) » in Agone n°26-27 (Revenir aux luttes, 2002)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE