Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

150 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2021

Napoléon, Haïti et le roman national

Une date, un lieu et un silence. Nous sommes le 18 novembre 1803, à Vertières, en Haïti. Le silence, c’est celui de l’historiographie française. C’est à ce silence que s’est intéressé Jean-Pierre Le Glaunec dans L’armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti édité par les éditions Lux.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Pierre Le Glaunec, L’Armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti, Lux, 2021.

Une date, un lieu et un silence. Nous sommes le 18 novembre 1803, à Vertières, en Haïti. Le silence, c’est celui de l’historiographie française. C’est à ce silence que s’est intéressé Jean-Pierre Le Glaunec dans L’armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti édité par les éditions Lux.

Vertières fut le « tombeau militaire d’un régime inhumain » nous dit Lyonel Trouillot, le préfacier. Ce régime est bien sûr celui de l’esclavage, régime ébranlé par la Révolution française et les idéaux qu’elle porte. Depuis une décennie, la société dominicaine est en crise ; une société fracturée entre Blancs et Noirs, grands et petits planteurs, Noirs libres et esclaves. Chaque groupe défend ses intérêts, s’imagine un avenir aussi bien économique que politique à l’heure de l’égalité des droits (1792) et surtout de l’abolition de l’esclavage (1794) : comment transformer des esclaves qui n’ont connu que la chicotte en salariés dociles ? Comment éviter qu’ivres de leur nouvelle liberté, ils n’en viennent à préférer au labeur quotidien l’oisiveté, le vagabondage et le travail intermittent ?

En évinçant du pouvoir Toussaint Louverture et en rétablissant l’esclavage, Napoléon Ier s’imaginait ramener l’ordre dans la colonie. Il n’a fait qu’accélérer le processus révolutionnaire en cours. Car c’est à des révolutionnaires que se confronte le corps expéditionnaire français. Autour de militaires comme Dessalines et Capois, Noirs et Mulâtres affrontent le Consulat au chant, dit-on, de La Marseillaise. Lutte à mort qui se termine à Vertières en 1803 par la défaite des troupes napoléoniennes.

Le roman national goûte peu les défaites, surtout celles qui n’ont rien d’héroïques. Celle-ci ne l’est pas. Elle clôt un cycle de violence extrême et de pensées qui le sont tout autant. Car l’armée impériale se révèle incapable de mettre au pas ces centaines de milliers d’insurgés. Ne connaissant pas le territoire, soumis à la faim et aux maladies, les soldats napoléoniens courent après un ennemi insaisissable. Malades, certains trépassent quand d’autres abandonnent l’uniforme et goûtent au marronnage. Alors l’Etat-major se venge en réprimant violemment tout esclave suspect. La violence lui apparaît comme la seule issue possible pour faire entendre raison à un demi-million d’esclaves indociles.

Violence extrême, violence sadique, pour l’exemple, mais aussi volonté génocidaire. Pour les militaires sur place, dont le sinistre Donatien de Rochambeau, seule la terreur peut ramener l’ordre, mais une terreur qui inclut la liquidation physique de la plus grande partie de ces « nègres féroces et excités », y compris les enfants ; liquidation ou déportation, puisqu’est évoquée également l’idée de vendre les insurgés aux Espagnols. La pacification est devenue en fait une guerre raciale depuis que les Métis ont choisi le camp des Noirs : « Nous avons maintenant, écrit le général Rochambeau, à soutenir la Guerre de Couleur Blanche contre les deux autres, et à faire peau neuve dans cette colonie, sans cela il faudra recommencer tous les deux ou trois ans. »

Rochambeau eut jusqu’à la fin le soutien de Napoléon, tout à fait conscient des moyens extrêmes que son général utilisait pour ramener à la raison les nègres indociles. Il va sans dire que la bataille de Vertières ne tient aucune place dans la légende napoléonienne. Mais Vertières, symbole de la révolte d’un peuple pour son émancipation, fut tout autant une épine dans le pied des pouvoirs nés de l’Indépendance. Car il est toujours difficile d’honorer la mémoire des dépossédés quand on méprise leurs descendants…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis