Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

150 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

Une autre histoire du Brexit

C’est à une nouvelle lecture du Brexit que nous invitent Marlène Benquet et Théo Bourgeron dans « La finance autoritaire. Vers la fin du néolibéralisme », publié par les éditions Raisons d’agir.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marlène Benquet et Théo Bourgeron, La finance autoritaire. Vers la fin du néolibéralisme, Raisons d’agir, 2021

C’est à une nouvelle lecture du brexit que nous invitent Marlène Benquet et Théo Bourgeron dans La finance autoritaire. Vers la fin du néolibéralisme, publié par les éditions Raisons d’agir.

La cause est entendue. Des populations, peu cultivées et en perte de repères dans un monde en plein bouleversement, ont trouvé dans les discours populistes, xénophobes, conservateurs, grégaires et autoritaires des armes pour exister politiquement aux yeux d’élites insensibles à leur mal-être ; ce qui a fait le bonheur de bonimenteurs forts en gueule tels Trump, Bolsonaro, Orban, sans oublier quelques spécimens hexagonaux. Heureux temps où la démocratie était censitaire, réservant le droit de vote à ceux qui possèdent et donc savent ce dont la masse a besoin. Comme l’a écrit Jacques Rancière : « Le bon gouvernement démocratique est celui qui est capable de maîtriser un mal qui s’appelle tout simplement vie démocratique »1.

David Cameron a voulu jouer et il a perdu, entend-on parfois. Il a fait un mauvais calcul, pensant que le camp europhile l’emporterait, même petitement. N’avait-il pas tous les milieux d’affaires avec lui face à une plèbe hargneuse persuadée que sa misère serait moins grande hors de l’Union ?

En s’intéressant à la façon dont les deux camps ont financé leur campagne pour ou contre le Brexit, les auteurs ont découvert une autre réalité. Si les acteurs traditionnels de la City n’avaient aucun intérêt à voir la Grande-Bretagne quitter une Union européenne qui ne fut jamais pour eux un ennemi, il n’en allait pas de même pour ceux qui gèrent les hegde-funds et autres fonds d’investissement ; eux soutinrent massivement le camp des brexiters.

« En quittant l’Union, écrivent les auteurs, ils espèrent retrouver les coudées franches pour investir comme bon leur semble, affranchis d’une surveillance bruxelloise jugée trop contraignante. » En bons libertariens, ils veulent faire du business quoiqu’il en coûte, pour l’environnement évidemment mais aussi pour les classes populaires et moyennes qui vont devoir se « responsabiliser » pour survivre. Quitter l’Union sans accord ne serait en rien dramatique puisque, qui dit accord dit régulations, compromis donc freins à la toute-puissance du marché. Faire imploser le Royaume-Uni ne les effraie pas plus puisque l’Ecosse europhile coûte plus qu’elle ne rapporte. Ils rêvent de faire de Londres une « Singapour mondiale (…) une vaste terre d’asile fiscale » ouverte au monde. Et d’ailleurs, le régime autoritaire singapourien n’est pas pour leur déplaire puisque, disent les auteurs, il y a un lien inévitable « entre dérégulation économique et autoritarisme politique », les troubles sociaux provoqués par la première ne pouvant entraîner qu’une réponse policière et des atteintes aux libertés... autres que celle évidemment de faire du business sans entraves.

Les relations tumultueuses qu’entretiennent l’Union européenne et le Royaume-Uni ne sont donc pas à analyser sous le seul angle des relations internationales, mais aussi comme un conflit entre différentes fractions du capital désireuses de s’assurer l’hégémonie ou de négocier au mieux leur relative subordination.

---------

1Jacques Rancière, La haine de la démocratie, La Fabrique, 2005, p. 15.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo