Christophe Patillon
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2022

Christophe Patillon
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Algérie : le rêve autogestionnaire

Le dernier ouvrage du militant et historien Mohammed Harbi propose un ensemble documentaire de grande valeur qui nous permet de mieux comprendre les premières années de l’Algérie indépendante.

Christophe Patillon
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mohammed Harbi, L’autogestion en Algérie. Une autre révolution ? (1963-1965), Syllepse, 2022.

« L’autogestion, c’est pas d’la tarte ». Tel était le titre d’un livre paru en 1978. Le dernier ouvrage proposé par le militant et historien Mohammed Harbi nous en offre une nouvelle illustration. A dire vrai, le presque nonagénaire Mohamed Harbi nous propose avec « L’autogestion en Algérie » un ensemble documentaire de grande valeur qui nous permet de mieux comprendre les premières années de l’Algérie indépendante ; des documents parfois inédits, inaccessibles ou depuis longtemps oubliés que l’auteur et l’éditeur, Syllepse, ont exhumés, et parmi ceux-ci de remarquables rapports d’enquête qui nous entraînent au plus près du terrain, là où l’autogestion est censée se déployer.

Proche des trotskystes, conseiller d’Ahmed Ben Bella, avant de devenir un historien reconnu et respecté de l’histoire de l’Algérie contemporaine, Mohammed Harbi fut l’un des acteurs majeurs du Front de libération nationale, notamment de la tendance socialiste qui entendait donner la terre aux fellahs et l’usine aux ouvriers. La révolution devait être l’affaire du peuple délivré du joug colonial et non celle d’une élite politico-militaire. Le FLN n’avait de front que le nom, car derrière la façade unitaire, des clans ne tardèrent pas à se déchirer et seul le coup d’État de Houari Boumédiene en 1965 mettra fin à trois années d’affrontements politiques.

L’Algérie indépendante ne pouvait sortir indemne de huit années de conflit ouvert. Il faut tout reconstruire, notamment à la campagne. Il faut faire avec un matériel défaillant quand il n’a pas tout simplement disparu, l’absence d’encadrants techniques et, en même temps, gérer le retour des deux millions de fellahs rassemblés autoritairement par l’État français dans des camps loin des exploitations agricoles1 ou réfugiés en Tunisie ou au Maroc. Il faut faire avec un Etat en pleine reconstruction, miné, de haut en bas, par l’arrivisme, et souffrant d’un manque de personnel compétent. Il faut faire avec les bureaucrates, pour beaucoup anciens combattants, qui prennent place dans les nouvelles institutions étatiques ou autogestionnaires (comme les comités de gestion), accaparent les terres ou y placent leurs amis et font régner l’ordre d’autant plus facilement que la plupart des fellahs, habitués à obéir sans mot dire et tenus par la faim, ignorent tout de leurs droits nouveaux. Comme l’écrit un rapporteur, « le comité de gestion (…) permet surtout à ses membres de ne rien faire, sans être contrôlés ». La journaliste Juliette Minces parlera à leur propos de « nouvelle bourgeoisie inculte, arrogante, avide, pour qui l’indépendance de l’Algérie n’avait été que le moyen de s’enrichir. » Et comme l’a écrit dès 1963 Mohammed Harbi lui-même dans un article paru dans Révolution africaine, « [aux bureaucrates coupés du peuple] il est temps d’enseigner la différence entre le socialisme et la promotion administrative ».

La dynamique autogestionnaire fut ainsi phagocytée dès le départ par ceux qui ne voulaient pas que se développe l’action autonome des masses, et elle fut insuffisamment soutenue par une masse paysanne, peu instruite et politisée, pour laquelle la Réforme agraire signifiait avant tout partage des grands domaines coloniaux. L’autogestion ne fut donc pas l’« école de démocratie » tant espérée par ses promoteurs. Et si l’auteur refuse de parler d’échec à son sujet, elle en a pourtant le goût.

[Version audio disponible]

--------------------

1cf. Fabien Sacriste, Les camps de regroupement en Algérie. Une histoire des déplacements forcés (1954-1962), Presses de SciencesPo, 2022.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar