Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 janv. 2022

Anthropologie et anarchie

C’est un signe des temps : la quête d’un autre avenir possible nous fait rechercher des raisons d’espérer dans l’immémorial passé ou dans les us et coutumes de communautés humaines non encore totalement contaminées par le capitalisme et le Progrès. D'où l'intérêt du livre proposé par Thom Holterman : « Anthropologie et anarchie dans les sociétés polycéphales » (Editions ACL).

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Thom Holterman, Anthropologie et anarchie dans les sociétés polycéphales, ACL, 2021.

C’est un signe des temps : la quête d’un autre avenir possible nous fait rechercher des raisons d’espérer dans l’immémorial passé ou dans les us et coutumes de communautés humaines non encore totalement contaminées par le capitalisme et le Progrès. D'où l'intérêt du livre proposé par Thom Holterman, Anthropologie et anarchie dans les sociétés polycéphales, publié par l’Atelier de création libertaire.

Mais ne nous méprenons pas. L’octogénaire Thom Holterman est un ancien militant du mouvement Provo aux Pays-Bas, mouvement libertaire qui marqua l’histoire sociale néerlandaise par ses happenings, sa modernité et sa radicalité dans les années 19601. Juriste de formation, Holterman ne s’est pas mis en quête de la société idéale sans Dieu ni maître, il ne recherche nullement l’âge d’or. Depuis longtemps, Holterman s’intéresse à la place du droit dans l’anarchisme2, et à celle qu’il pourrait prendre dans une société ou une contre-société désireuse de limiter la coercition.

S’il cite Pierre Clastres, James Scott ou David Graeber3, c’est aux travaux de l’anthropologue Hermann Amborn qu’il se réfère le plus. Amborn a étudié les relations de pouvoir et d’autorité dans certaines communautés de la corne de l’Afrique, sociétés qu’il préfèrent appeler polycéphales (plutôt qu’acéphales), c’est-à-dire sans organe central incarnant l’autorité.

Les relations de pouvoir étant inhérentes à la vie sociale, ces sociétés n’ont évidemment pas aboli les relations asymétriques entre les individus les composant. Sexe, âge, courage, compétences particulières ou charisme jouent un rôle important au quotidien, mais sans que le pouvoir n’échappe pour autant à la société. En fait, écrit Holterman, « la répartition du pouvoir entre plusieurs têtes vise à instaurer et maintenir l’équilibre et à éviter la concentration du pouvoir sur une seule personne », autrement dit à prévenir l’apparition de l’État. C’est pourquoi Pierre Clastres parlait de sociétés contre l’État, et non sans Etat et encore moins précapitalistes4.

D’où l’importance du dialogue pour restaurer l’harmonie et parvenir au consensus. Un dialogue qui fait appel au droit, donc à la mémoire de chacun puisqu’il est souvent non écrit, mais un appel au droit qui ne clôt pas le débat par l’injonction à respecter la tradition. Il n’y a pas de sociétés statiques. Les sociétés polycéphales n’éliminent pas les conflits mais s’efforcent de les surmonter par des voies différentes parce que la solidarité, l’entraide, l’égalité, la justice, la frugalité sont les valeurs éthiques sur lesquelles elles entendent faire reposer le droit et donc la vie commune. Le droit auquel elles se réfèrent peut être vu comme une création spontanée d’une société indivise et qui souhaite le rester. Un droit non-étatique, à la fois rempart contre toute dérive autoritaire dans les sociétés polycéphales, et socle à partir duquel bâtir ici des contre-pouvoirs émancipateurs.

------------

1 Yves Frémion, Provo. Amsterdam 1965-1967, Nautilus, 2009.

2 Pour approfondir cette question : Réfractions n°6 (2000, De quel droit ? Droit et anarchie).

3 Citons l’incontournable La société contre l’État (Pierre Clastres, 2011), Zomia ou l'art de ne pas être gouverné (James C. Scott, 2013), Pour une anthropologie anarchiste (David Graeber, 2006).

4 Dans un texte posthume (« Les marxistes et leur anthropologie », 1977. Paru dans la revue Libre en 1978), Clastres écrit « Le marxisme doit parler de tout type de société possible ou réelle car l’universalité des lois qu’il découvre ne doit souffrir aucune exception. (…) Pour (les marxistes) la société primitive n’existe que dans la mesure où on la rabat sur cette figure de la société apparue à la fin du 18e siècle, le capitalisme. Avant cela, rien ne compte : tout est précapitaliste. (…) Ca doit être reposant d’être marxiste . Tout s’explique à partir du capitalisme. ». Clastres visait ici les marxistes structuralistes et autres « staliniens » bien plus que Marx lui-même. Pour un nouveau regard sur Marx et l’anthropologie, lire sous la direction de Kolja Lindner, Le dernier Marx, L’Asymétrie, 2019.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés