Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2015

La Commune n'est pas morte !

En 1973, sur le plateau dénudé du Larzac, Bernard Lambert, leader des paysans-travailleurs, hurle que l'on assiste ce jour au mariage des exploités des villes et des champs, de Lip et du Larzac, et que jamais plus les paysans français ne seront des Versaillais. Cet épisode aurait pu trouver place dans le passionnant ouvrage d'Eric Fournier : La Commune n'est pas morte – Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours (Libertalia, 2013).

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1973, sur le plateau dénudé du Larzac, Bernard Lambert, leader des paysans-travailleurs, hurle que l'on assiste ce jour au mariage des exploités des villes et des champs, de Lip et du Larzac, et que jamais plus les paysans français ne seront des Versaillais. Cet épisode aurait pu trouver place dans le passionnant ouvrage d'Eric Fournier : La Commune n'est pas morte – Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours (Libertalia, 2013).

La Commune de Paris : « soixante-douze jours de rêves et d'utopie » à honnir ou à honorer, à flétrir ou à célébrer ; le Paris des patriotes, de la canaille interlope, de la chienlit et de l'Espérance révolutionnaire. A chacun sa Commune.

De son lendemain à nos jours, la Commune de Paris n'a cessé de faire parler d'elle. Ou plutôt, les militants de tout le spectre politique n'ont jamais cessé de l'utiliser à des fins partisanes… et de se quereller à son sujet.

L'auteur distingue trois grandes périodes. La première court de la Semaine sanglante à l'Octobre russe. Les Versaillais fustigent les barbares sans Dieu ni maître qui ont mis Paris sens dessus dessous, fustigent les militants de la Première Internationale « cette franc-maçonnerie du crime » tout comme ces pétroleuses qui ont oublié ce que femme voulait dire. C'est le temps des messes expiatoires, de la construction du Sacré-Coeur et de la censure de la parole rebelle. Des communards qui parlent, racontent, défendent ce que fut leur Commune, mais qui le font depuis leur lieu d'exil. A leur retour, la République bourgeoise veille à ce que les commémorations de la révolution communarde ne troublent pas l'Ordre public, autrement dit à ce qu'elles ne fassent pas l'éloge du peuple indocile. Fascinante Commune dans laquelle chacun va puiser des leçons pour l'avenir : Commune patriote qui se lève contre le Prussien et la République, cette gueuse, pour l'extrême droite ; Commune révolutionnaire, incarnation d'un socialisme possible, pour l'extrême gauche ; Commune républicaine qui se dresse quand le pouvoir légal n'a le courage que de fuir la tempête…

Dans une seconde période, qui va de la Révolution d'Octobre au Centenaire, c'est le courant communiste, léniniste puis stalinien, qui est au coeur du jeu. « La Commune a été faible. Pour achever son œuvre, nous sommes devenus forts (…). La Commune, nous la vengeons » écrit Trotsky en 1920. Le PCF conspue les Versaillais d'hier et d'aujourd'hui, et salue ceux qui ont compris que la réussite de la Révolution passait par la discipline et l'internationalisme incarné par la Troisième Internationale. L'hégémonie du discours communiste sur l'événement est mis à mal en 1971, quand gauchistes et libertaires osent défier le Parti et produire un autre discours, plus radical sur l'événement, plus audible depuis Mai 68.

Et depuis ? Chacun défend « sa » Commune, des inénarrables Jean Tibéri inaugurant la Place de la Commune-de-Paris à la Butte-aux-cailles, Lorant Deutsch ou Jean Sévillia, producteurs inlassables de clichés réactionnaires, jusqu'aux anarchistes insistant encore et toujours sur la dimension libertaire de l'événement, bien mis en lumière par un historien comme Jacques Rougerie qui a renouvelé le regard porté sur le printemps 1871. Une dimension qui déplaît à ceux qui aimeraient panthéoniser l'événement pour mieux annihiler son caractère le plus subversif. En conclusion, Eric Fournier nous demandent d'être « fidèles à ce que les insurgés furent, à ce pourquoi ils se sont battus », ni plus ni moins. Faire de l'histoire en somme, et pas de la propagande, ou pour le dire avec les mots du communard Lissagaray : il n'est pas de « plaidoyer meilleur pour les vaincus que le simple et sincère récit de leur histoire. »

Chronique radiophonique pour Alternantes FM

Eric Fournier
La Commune n'est pas morte - Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours
Libertalia, 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu