Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juin 2022

Engagement militant, prison et discriminations de genre

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Engagement militant, prison et discriminations de genre

Rencontre avec Lorentxa Beyrie, militante Basque ayant passé 20 ans en réclusion

Vendredi 1er juillet à l’Ambazada (ZAD de Notre-Dame-des-Landes), à 19h30

Soirée suivie d’un buffet avec des spécialités du Pays Basque

« Lorsque je vois des policiers passer à proximité, je ne me sens pas à l’aise, c’est comme si j’allais être appréhendée à nouveau. J’ai encore cette sensation, elle diminuera sûrement ». Arrière-goût d’expériences qui la replongent plus de vingt ans en arrière, lorsque Lorentxa Beyrie était militante clandestine du groupe armé ETA. Interpellée en décembre 2001 à Auch à l’âge de 26 ans, libérée en avril 2021, elle se sera battue sans relâche contre le système carcéral destructeur. « La taule, c’est fatigant, long, dur et inutile. On vous place dans une situation violente mais, en même temps, il ne se passe rien, c’est un non-sens quotidien. Si tu ne fais pas d’efforts pour faire des choses par toi-même, tu sombres dans ce néant ».

Toutes les demandes de libération conditionnelle lui seront refusées pour cause de « risque de récidive ». A cet acharnement judiciaire s’ajoutera, comme pour les autres prisonnier-e-s politiques, l’éloignement systématique des lieux d’incarcération. Fleury-Mérogis, Fresnes, Joux-la-Ville, Roanne… Les procès et transferts dans les différents centres pénitentiaires auront été nombreux et, à chaque fois, le même procédé : « On te transforme en appareil à accomplir des ordres. On te donne des injonctions que tu dois appliquer, en silence. Si l’administration te propose un entrevue, elle sera dirigée, l’objectif étant de te faire rentrer dans leur rythme, de te couper de ton monde pour subir le leur ». Il faut, alors, tenter de renverser la vapeur : « Ne pas se laisser faire. Si tu prends l’initiative, c’est une première victoire. C’est un rapport de force permanent. On vous rétorque souvent ‘C’est votre peine que vous êtes en train d’accomplir’. Je leur répondais que non, que ce n’était pas la mienne, mais celle que l’on m’avait infligée. J’ai choisi un engagement, une voie, je ne fais pas partie de leur histoire, celle de la construction des lieux de détention, des condamnations, ce n’est pas mon monde ».

Une façon de ne pas se laisser marcher dessus. Garder cette attitude, une source supplémentaire de problèmes ? « On a la force du collectif, celle des prisonnières engagées politiquement. D’autres codétenues nous demandaient parfois ‘Comment faites-vous pour tenir si longtemps, si bien ?’ Sûrement grâce aux convictions et à l’organisation, essentiellement grâce au soutien des gens. C’est comme cela que j’ai tenu pendant vingt ans. On essaye de te couper de ton environnement, de tes proches, de ton pays et chaque visite, chaque lettre reçue est une fenêtre ouverte sur l’extérieur, un rapprochement vers les tiens, c’est très très important. Nous l’avons toujours dit, nous sommes très bien entourées ».

Reste un fort dégoût du système carcéral qui, en plus d’annihiler les personnes, sépare ceux qui sont assignés en tant qu’hommes et celles qui le sont en tant que femmes. « On se croit chez les talibans. C’est un univers où la stigmatisation sociale est ressentie de manière encore plus forte pour les femmes et on nous traite comme des gamines à rééduquer, pour devenir de bonnes mères au foyer. C’est pitoyable de voir les surveillantes participer à ce cirque ; j’ai même souvenir d’avoir assisté à des réprimandes parce qu’une codétenue regardait un mec enfermé de l’autre côté de la cour ».

Après de longues années derrière les barreaux et une fête de bienvenue qui a rassemblé 800 personnes dans son village, Lorentxa a retrouvé « de la couleur verte, ça m’a sauté aux yeux après tant de gris, de froid et de fer ». Son implication politique et associative repart du bon pied, « tout en gardant le sentiment d’avoir vécu vingt ans hors de ma vie ». Elle conserve, avant tout, un lien intrinsèque avec ses camarades qui sont toujours enfermées, et avec sa terre natale.

Invitée par l’Ambazada (cabane intergalactique et internationale de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes), elle nous racontera son parcours militant et carcéral, son sens de l’engagement, son point de vue sur la lutte actuelle au Pays Basque, et plus encore si l’envie se fait sentir. Rendez-vous le 1er juillet !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — Amériques
Comment le Parti des travailleurs s’est fait détester
L’« antipétisme », ce sentiment de rejet du PT, s’est peu à peu généralisé au Brésil, nourri par ses erreurs, la conjoncture et les manipulations de ses adversaires. Toujours diffus dans la société, il reste aujourd’hui le meilleur atout de Jair Bolsonaro. 
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO