Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

135 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2021

Guerre d'Espagne : de l'espoir aux larmes

C’est à un voyage émouvant que nous convie Anne Mathieu dans « Nous n’oublierons pas les poings levés. Reporters, éditorialistes et commentateurs antifascistes pendant la guerre d’Espagne ». Émouvant parce que ce conflit, qu’on l’appelle guerre ou révolution, a profondément bouleversé les gauches, des plus radicales au plus réformistes.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Anne Mathieu, Nous n’oublierons pas les poings levés. Reporters, éditorialistes et commentateurs antifascistes pendant la guerre d’Espagne, Syllepse, 2021.

C’est à un voyage émouvant que nous convie l’universitaire Anne Mathieu dans Nous n’oublierons pas les poings levés. Reporters, éditorialistes et commentateurs antifascistes pendant la guerre d’Espagne, livre publié par les éditions Syllepse. Emouvant parce que ce conflit, qu’on l’appelle guerre ou révolution, a profondément bouleversé les gauches, des plus radicales au plus réformistes.

L’autrice s’est plongée dans une masse documentaire imposante, épluchant près d’une centaine de périodiques, pour y retrouver les écrits de reporters, journalistes et commentateurs des deux sexes dont beaucoup traversèrent les Pyrénées pour y soutenir, par la plume, une cause qui leur était chère, et humer l’atmosphère d’une terre en plein tourment.

Connus, inconnus ou depuis tombés dans l’oubli, ils suivent pas à pas l’histoire qui se fait sous leurs yeux ; et bien souvent le reporter se fait témoin engagé. Car l’Espagne les fascine. La liesse populaire de l’été 1936 quand Barcelone se couvre de rouge et de noir, quand le peuple prend les armes, tout cela les saisit et impressionne. Les incendies d’église, les liquidations physiques, extra-judiciaires et autres exactions leur font comprendre la profondeur des fractures parcourant cette Espagne qui leur apparaît moderne et archaïque à la fois1.

Mais ils n’ont nulle intention de mettre sur le même plan la brutalité fasciste, délibérée, purificatrice et glorifiant la mort, et les violences commises par le camps dit républicain ; la guerre ne peut être que sale. Ils comprennent vite que ce qui se joue en péninsule ibérique, c’est l’avenir de l’Europe.

Civilisation ou barbarie. Et ils se prennent à rêver que les prolétaires des villes et de champs, que les femmes en armes, ces figures d’émancipation, balaient par leur mobilisation et leur sacrifice le général Franco et ses rebelles.

Mais la guerre c’est la guerre, et elle n’a rien de romantique. Ils se rendent vite compte que le combat est inégal entre des factieux soutenus militairement par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, et le gouvernement républicain abandonné par les démocraties occidentales au nom de la non-intervention, et qui voit arriver sur son sol ces internationalistes, volontaires et brigadistes, prêts à mourir pour une cause ; une cause qui s’appelle république, antifascisme ou révolution sociale. L’Espagne antifranquiste n’a jamais été unie. Elle se déchire et la violence s’amplifie à mesure que l’espoir d’une victoire s’amenuise.

À Barcelone et Madrid, sur le front, le gouvernement soutenu par Staline, son seul et encombrant allié, règle ses comptes avec les anarchistes et autres révolutionnaires : il arrête, liquide, fait disparaître ses « ennemis intérieurs » qualifiés de « noyaux hitlériens » ; l’ordre républicain doit régner à l’arrière comme sur le front, et pour se faire, il faut désarmer le peuple. Chez nos reporters, chacun choisit ses mots et choisit son camp car la bataille idéologique est aussi une guerre lexicale.

Puis vient le temps de la Retirada. Les témoins engagés parlent des bombardements terrifiants, de ces populations poussées sur les routes dans le dénuement le plus complet, et de leur espoir également que le gouvernement ouvre ses portes et accueille comme elle le doit ces flots de réfugiés. Il en va de son honneur, écrivent-ils. Mais en a-t-il ce gouvernement droitier qui s’est juré d’en finir avec les acquis du Front populaire ?

Avec cette approche inédite du conflit espagnol et une belle qualité d’écriture, Anne Mathieu souligne à quel point l’Espagne fut une expérience forte et traumatique pour toute une génération d’intellectuels et de militants français.

-----------------------------------

1Lire Paul Preston, Une guerre d’extermination. Espagne, 1936-1945, Tallandier, 2019.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau