Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2015

Violence ouvrière (qu'ils disent)

L'image a fait le tour du monde libre, provoqué moults commentaires et noirci beaucoup de papier : des salariés en colère rassemblés en meute ont malmené deux cadres supérieurs en vociférant. On se serait cru à Decazeville en 1886 lorsque des mineurs en colère rassemblés en meute avaient malmené le directeur, le dénommé Watrin.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'image a fait le tour du monde libre, provoqué moults commentaires et noirci beaucoup de papier : des salariés en colère rassemblés en meute ont malmené deux cadres supérieurs en vociférant. On se serait cru à Decazeville en 1886 lorsque des mineurs en colère rassemblés en meute avaient malmené le directeur, le dénommé Watrin.

Watrin n'en avait pas perdu la chemise, mais tout bonnement la vie puisque les prolétaires aveyronnais l'avait défenestré et lynché. Watrin accablait d'amendes les mineurs histoire de rabioter leurs salaires et de gonfler les bénéfices de la compagnie ; et les siennes en passant car toute peine, même la plus dégueulasse, mérite salaire. Watrin était un affameur, un point c'est tout.

Il a suffi que deux cadres supérieurs perdent leur chemise pour que les grands média, images à l'appui, fustigent la violence ouvrière ; cette violence ouvrière qui, vous l'aurez compris, n'a pas de place dans un monde libre, républicain et démocratique.

Rares sont les hommes politiques et les syndicalistes responsables, à avoir fait entendre une voix discordante. Non, la violence ouvrière est inacceptable, elle heurte le sentiment démocratique, elle est contre-productive, elle n'est pas bien, moralement. Dans les colonnes de Ouest-France, Laurent Berger, le nouveau leader de la CFDT, s'est même dit « saisi par l'indignation » à la vue de ce DRH fuyant le Comité central d'entreprise, avant de nous gratifier d'une énième défense d'un syndicalisme bureaucratique, outil d'encadrement des masses au service de la pacification des rapports sociaux : « On peut vouloir se passer des syndicats, a-t-il écrit, mais il faut bien comprendre ce que cela implique : le chacun pour soi et la loi du plus fort dans l'entreprise, et davantage de conflictualité. » Avec un syndicalisme pareil, le néolibéralisme a de beaux jours devant lui...

La morale… La morale, le monde des affaires a le droit de s'en passer. En revanche, on exige des gueux et exploités qu'ils n'abandonnent pas les bonnes manières. C'est comme ça ! Cela m'a remis en mémoire ces mots de Casimir Périer, alors président du conseil et ministre de l'Intérieur dans une France de 1831 chahutée par la révolte des canuts lyonnais, ces ouvriers du textile condamnés à la misère par les patrons et à la mitraille par l’État : « Il faut que les ouvriers sachent bien qu'il n'y a de remède pour eux que la patience et la résignation. » Principe qui, en 2015, pourrait se formuler ainsi : « Il faut que les ouvriers sachent bien qu'il n'y a de remède pour eux que dans le dialogue social responsable. »

Evidemment, aujourd'hui comme hier, ce n'est pas l'humiliation publique de quelques supplétifs de l'ordre patronal qui changera le destin des travailleurs, mais pour reprendre ces mots d'Emile Pouget de l'an de grâce 1892 : « Ca donne de l'espoir aux prolos qui voient qu'on n'est pas tous avachis [et] ça fout la chiasse aux grosses légumes. »

Evidemment, je doute que les grosses légumes aient eu la chiasse en voyant deux de leurs sbires être chahutés de la sorte. En 1892, la révolution était dans les coeurs. En 2015, on ne sait plus comment s'écrit le mot. Il n'empêche, le seul espoir des travailleurs réside encore et toujours dans leur capacité à gripper la machine productive, à en somme incarner le péril. Comme l'a écrit Georges Sorel en son temps : « Les ouvriers n'ont pas d'argent, mais ils ont à leur disposition un moyen d'action bien plus efficace ; ils peuvent faire peur. » (Réflexions sur la violence, 1907). Sorel a raison : il faut que la peur change de camp pour que les travailleurs ne se retrouvent pas sans chemise ni pantalon, et avec des traites sur le dos.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et membre de la direction des Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk