Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Hong-Kong en révolte

Que se passe-t-il depuis une décennie à Hong-Kong, l’ancienne colonie britannique rendue à la Chine en 1997, et jouissant depuis lors d’un statut particulier qu’illustre la formule « Un pays, deux systèmes »  ? L’intérêt de "Hong-Kong en révolte" de Au Loong-Yu, est de nous obliger à rompre avec les analyses simplistes.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au Loong-Yu, Hong Kong en révolte, Syllepse, 2021

Que se passe-t-il depuis une décennie à Hong-Kong, l’ancienne colonie britannique rendue à la Chine en 1997, et jouissant depuis lors d’un statut particulier qu’illustre la formule « Un pays, deux systèmes »  ? Assistons-nous à la lutte opposant un peuple acquis à la démocratie à un Etat-parti totalitaire ? L’intérêt de Hong-Kong en révolte, livre du militant Au Loong-Yu, est de nous obliger à rompre avec les analyses simplistes.

Au Loong-Yu est marxiste, et ils ne sont guère nombreux à l’être, aussi bien dans l’immense Chine continentale que dans les 1000 kilomètres carrés de ce port franc qu’est Hong-Kong ; et c’est en marxiste soucieux d’histoire et de sociologie qu’il analyse une décennie de conflits ouverts entre le pouvoir chinois et une fraction de plus en plus conséquente des Hong-Kongais.

En 2014, le mouvement des parapluies avait marqué les esprits : des étudiants avaient fait reculer le gouvernement chinois qui entendait limiter l’autonomie hong-kongaise ; une victoire donc, mais qui avait mis en lumière une profonde fracture au sein de la société car la jeunesse éduquée n’avait pas fait l’unanimité derrière elle. Cinq ans plus tard, ce ne sont plus seulement de valeureux étudiants qui affrontent Pékin et ses projets de réforme mais jusqu’à deux millions de personnes qui osent descendre dans la rue et défier à la fois l’establishment hong-kongais et Xi Jinping ; ce n’est donc pas seulement la jeunesse qui s’est radicalisée mais de larges pans de la population, y compris les classes populaires, et nous avons même vu les syndicats, aussi modérés que bureaucratisés, oser prendre position ! De plus, on ne se mobilise pas seulement « contre la Chine » et pour le statu-quo, mais pour faire de Hong-Kong un véritable territoire démocratique, ce qu’il ne fut jamais, y compris sous domination britannique.

Saut qualitatif donc, même si la question sociale n’est pas centrale pour la majorité des manifestants. Pourtant, 20 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, la situation économique et sociale inquiète la jeune génération, la compétition pour les bons emplois rémunérateurs est de plus en plus rude, tout comme l’accès à un logement digne de ce nom.

Autre limite pointée par l’auteur. Il rappelle que les Hong-Kongais, conservateurs et anti-communistes, n’ont pas de culture démocratique, d’où leur difficulté à envisager et construire un mouvement solidaire face à l’adversité. Tâche de toute façon compliquée puisque rien ne peut unir un jeune révolté adepte du black bloc, qui ne jure que par la spontanéité et la guérilla urbaine, et un nationaliste hong-kongais, volontiers xénophobe et pro-business. Comme l’écrit Au Loong-Yu, « l’incapacité à résoudre les différends par le biais de discussions politiques et démocratiques sérieuses a souvent abouti à des pinaillages et à la fragmentation. » Il pointe « l’inexpérience de la jeunesse radicale », sa méfiance à l’égard de toute forme d’organisation, et donc la difficulté pour le mouvement d’opposition à se structurer. Mais la conscience de classe est aussi une vieille taupe qui fait son chemin, se nourrissant d’expériences et de ses échecs...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé