Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2020

Mohamed Saïl, un anarchiste kabyle

Remercions Lux de sortir de l’anonymat cet anarchiste qui incarna longtemps le « tempérament indomptable » que l’on prête aux Kabyles algériens. Mohamed Saïl n’est pas un théoricien libertaire, mais un agitateur pugnace et un beau produit du mouvement ouvrier révolutionnaire

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mohamed Saïl
L’étrange étranger. Ecrits d’un anarchiste kabyle
Lux, 2020

De Mohamed Saïl, je ne connaissais qu’une compilation d’articles réunis par l’historien Sylvain Boulouque et publiée dans les années 1990 par un éditeur anarchiste peu connu hors du « milieu » anti-autoritaire1. La présente anthologie, intitulée L’étrange étranger, proposée par François Dupuis-Déri, se veut plus complète, puisque une poignée de textes a été retrouvée en explorant la presse anarchiste. Remercions Lux de sortir aujourd’hui de l’anonymat cet anarchiste qui incarna longtemps le « tempérament indomptable » que l’on prête aux Kabyles algériens.
Vous ne trouverez pas dans ces pages des réflexions ou des questionnements sur l’anarchisme. Mohamed Saïl n’est pas un théoricien libertaire, c’est un agitateur pugnace au caractère rugueux, un beau produit du mouvement ouvrier révolutionnaire2.

Né en Algérie en 1894, devenu libertaire à l’adolescence, Mohamed Saïl a l’insoumission chevillée au corps. Antimilitariste, il est jeté en prison durant le premier conflit mondial. Antifasciste, il est incarcéré pour « port d’arme prohibée » au printemps 1934, période de fortes tensions avec les ligues d’extrême droite ; et deux ans plus tard, il franchit les Pyrénées pour y rejoindre le Groupe international de la colonne Durruti. Antistalinien, il fustige les communistes dociles et serviles, ces « laquais de Staline », ces « radoteurs assermentés » qui veulent enrégimenter la classe ouvrière et le traite d’agent provocateur alors que la répression s’abat sur lui.

Mais Saïl est surtout un adversaire acharné du colonialisme corrupteur et barbare, et de ce code de l’indigénat qui fait du colonisé un esclave… et un immigré en puissance : pour Saïl, émigrer c’est fuir, pour se donner une chance de vivre. Dans ces textes, à mes yeux les plus intéressants de cette anthologie, Saïl n’oppose pas les Algériens aux Français. Internationaliste et anticapitaliste, il plaide, lui le déraciné3, pour l’unité des travailleurs (« Français et Algériens n’ont qu’un ennemi : leur maître ») contre ceux qui les oppriment : l’administration et la bourgeoise coloniales, la « sale clique des marabouts » (« N’attendez rien d’Allah, les cieux sont vides ») et la « canaille vénale », autrement dit les « caïds » qui font régner l’ordre au nom d’Allah, de la République et de la Civilisation. Il souligne que l’entreprise coloniale est tout autant économique que culturelle : spoliation des terres, prolétarisation, mise en servitude, acculturation. Il fait reposer tous ses espoirs sur les « Algériens pur-sang », autrement dit les Kabyles auxquels il prête un « tempérament libertaire et individualiste », un goût pour l’autonomie, l’assembléisme et le fédéralisme, un mépris pour le centralisme mortifère ; des Kabyles victimes jamais résignées de deux vagues coloniales : celle des Arabes, jadis, qui leur imposèrent langue et religion, sans y parvenir totalement ; celle de la France monarchiste puis républicaine. Le propos manque évidemment de subtilité et fait fi de la géographie : comme l’anthropologue James C. Scott l’a montré avec son livre Zomia4, ce n’est pas par goût de l’aventure que des communautés s’installent sur des terres inhospitalières, mais pour échapper autant que faire se peut au pouvoir central, autrement dit à l’impôt, à la conscription et à la surveillance ; l’irrédentisme kabyle est ainsi plus affirmé dans les montagnes que dans la plaine où l’arabisation fut plus rapide. Il n’en demeure pas moins que la Kabylie reste pour le régime autoritaire et kleptocrate algérien un territoire prompt à la contestation sociale et culturelle5
Mohamed Saïl, irréductible militant communiste libertaire, s’est éteint en 1953, quelques mois avant une insurrection qu’il appelait de ses vœux dans ses derniers textes militants. Depuis 2016, dans le village de Taourirt, une plaque honore sa mémoire. La Kabylie insoumise lui doit bien cela.

Notes
1. Saïl Mohamed, Appels aux travailleurs algériens, Volonté anarchiste, 1994.
2. C’est le militantisme qui amène Mohamed Saïl, qui n’a fréquenté l’école qu’une poignée d’années, à prendre la plume.
3. Il émigre en France a priori au début des années 1910.
4. Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Seuil, 2013.
5. Le pouvoir a longtemps accusé les Kabyles d’instrumentaliser les problèmes sociaux afin de fragiliser l’Etat-nation algérien. Aujourd’hui, le discrédit le frappant est si fort que cette rhétorique ne fonctionne plus guère. Cf. Aïssa Kadri (dir.), Algérie, décennie 2010-2020. Aux origines du mouvement populaire du 22 février 2019, Editions du Croquant, 2019.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai