Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2021

Trop noir, trop blanc...

Trevor Noah est aujourd’hui un humoriste célèbre de l’autre côté de l’Atlantique. Hier il n’était qu’un gamin indocile s’efforçant de se faire une place dans son pays natal : l’Afrique du sud. Il nous livre ses souvenirs de jeunesse dans "Trop noir, trop blanc".

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trevor Noah, Trop noir, trop blanc, Hors d’atteinte, 2021

Trevor Noah est aujourd’hui un humoriste célèbre de l’autre côté de l’Atlantique. Hier il n’était qu’un gamin indocile s’efforçant de se faire une place dans son pays natal : l’Afrique du sud. Il nous livre ses souvenirs de jeunesse dans Trop noir, trop blanc, publié par les éditions Hors d’atteinte.

Trevor Noah n’avait rien pour plaire. Pas beau, trop gros, pas assez noir, pas assez blanc, mal fagoté et nulle part à sa place. Il est né quelques années avant la fin de l’apartheid d’un amour interdit, entre une femme jeune à la peau noire et au caractère indomptable, bien décidée à mener sa vie coûte que coûte, et un homme dans la force de l’âge à la peau blanche, Suisse de nationalité, pour lequel l’apartheid était une monstruosité et une absurdité. Sa mère voulait un enfant mais pas de mari, son père n’en voulait pas. Elle parvint à le convaincre et ainsi naquit Trevor Noah, enfant sans père, élevé par des femmes et par Dieu, avec un taux de mélamine dérangeant. Dans le monde ségrégué sud-africain, il était trop clair pour vivre dans les townships noirs et trop sombre pour les quartiers blancs, et trop différent de sa mère pour s’afficher avec elle sans éveiller les soupçons.

La mise au rencard de l’apartheid n’a qu’un peu soulagé sa situation, car le délire classificatoire et raciste n’a pas disparu des esprits par la grâce de son abolition. L’apartheid ne séparait pas seulement les blancs, des Noirs et des coloured. Il lui fallait diviser pour mieux régner, faire que les Noirs se déchirent entre eux et faire que, politiquement, les coloured se sentent plus blancs que noirs. Jeune enfant, Trevor a connu ses affrontements violents, meurtriers entre Zoulous et Xhosas qui marquèrent les années 1990, puis il dut faire sa place dans ce monde. Aidé par Dieu, évidemment, car Dieu est omniprésent, tout comme les mauvais esprits et les mauvais sorts qu’il faut chasser avant qu’ils ne vous emportent.

Trevor Noah se fit caméléon. Comme il le dit : « J’étais métis, mais pas coloured ; je l’étais par mon teint, mais pas par ma culture. » Un « caméléon culturel », polyglotte, capable de se mouvoir dans un univers toujours ségrégué dans les têtes. Rappelons-le : si l’apartheid a disparu, les townships, eux, sont restés debout, et la misère n’a pas changé de couleur de peau.

Avec beaucoup d’humour et de tendresse, il nous met dans ses pas de gamin turbulent mais pétochard, d’adolescent balourd cherchant l’amour, d’adolescent roublard et délinquant, spécialiste du CD piraté, mais aussi DJ, capable de faire danser des salles entières, épaulé par un danseur noir exceptionnel prénommé par ses parents... Hitler. Ses appels à soutenir Hitler dans son numéro de danseur phénoménal aux postures suggestives ne connut qu’un accroc, à la King David School, une école juive de Johannesburg… Rien que l’évocation de cet épisode et des quiproquos qu’il entraîna mérite la lecture de ce livre.

On rit donc beaucoup des tribulations de Trevor Noah mais on souffre également avec lui. Car le ghetto est essentiellement violent, rongé par la misère, l’alcoolisme, la violence et le désespoir. Il l’est pour tous et encore plus pour les femmes, comme la mère de Trevor, victime de violences conjugales. Mais cette femme haute en couleurs était insubmersible. Normal, elle avait Dieu avec elle...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl