Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2021

Le Centre d'histoire du travail (Nantes) a 40 ans

En 1981, des universitaires et des syndicalistes nantais, soutenus par les plus importantes organisations syndicales d'alors (CGT, CFDT, CGT-FO, FEN, FDSEA-PT) et une quinzaine de municipalités créent à Nantes le Centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail (CDMOT), structure devenue le Centre d'histoire du travail en 1994.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette structure atypique est chargée de recueillir et de mettre en valeur les archives du monde du travail ouvrier et paysan de la Loire-Atlantique, et de doter le département d’une bibliothèque spécialisée en histoire sociale ; mission qu'elle poursuit aujourd'hui.

Samedi 2 octobre, il fêtera son quarantième anniversaire au Salon Mauduit (10 rue Arsène Leloup 44 100 Nantes). Vous trouverez ci-dessous le programme des réjouissances.

14h, table ronde / "Les classes populaires contemporaines : de la scène professionnelle à la scène domestique"

en partenariat avec le CENS (Centre nantais de sociologie, UMR 6025)

A partir d’enquêtes mêlant des matériaux divers (entretiens, statistiques, archives...), les sociologues et historiens de cette table ronde proposeront un regard renouvelé sur les classes populaires contemporaines. En analysant finement, tant sur la scène domestique que sur la scène professionnelle, leurs conditions d’existence, la transformation de leurs aspirations, les ressources qu’elles déploient pour faire face aux différents enjeux auxquels elles sont confrontées, ils se donnent ainsi les moyens de comprendre les modalités et les conditions de leur participation à un ordre social qui les malmènent largement.

Intervenants

Marie-Hélène Lechien est sociologue à l'Université de Limoges et au GRESCO. Elle travaille sur la sociologie des classes sociales et de la famille, ainsi que sur les métiers de la petite enfance.

Olivier Masclet est sociologue à l'Université de Limoges et au GRESCO. Ses recherches portent sur les classes populaires d'aujourd'hui, les pratiques culturelles modestes, les processus de discrimination raciale.

Matéo Sorin est enseignant-chercheur à l'école d'ingénieurs ISEN-Ouest de Nantes. Il a réalisé une thèse de sociologie au CENS sur les actions collectives qui émergent quand des sites industriels sont menacés de fermeture.

Lucas Tranchant est maître de conférences en sociologie à l’université Paris 8. Sa thèse a porté sur la recomposition du monde ouvrier dans la France contemporaine à travers le cas des ouvriers des entrepôts logistiques.

Ingrid Hayes est maîtresse de conférences en histoire à l’université Paris-Nanterre. Elle est spécialiste en histoire ouvrière, histoire des mouvements sociaux, histoire des femmes. Sa thèse a porté sur l’histoire de la radio de contestation Radio Lorraine cœur d’acier (1979-1980).

La table ronde sera animée par Marie Cartier, professeur en sociologie à l'université de Nantes, membre du CENS.


17h, spectacle / Les Petits Bonnets

Pascaline Herveet, autrice, interprète du groupe musical Les Elles, présente une version solo, brute et minimaliste de sa pièce de cirque Les Petits Bonnets.

Dans ce texte qui vole comme une série de gifles, elle interroge le corps sous toutes ses coutures, à travers la parole de trois ouvrières d’un atelier de lingerie.


Informations pratiques

Lieu de l'événement :

Salons Mauduit -

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B