Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

150 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2014

Comme si nous étions déjà libres

David Graeber, Comme si nous étions déjà libres, Lux, 2014.David Graeber fait partie de la nouvelle génération d'intellectuels activistes anglo-saxons qui émerge et s'affirme depuis une quinzaine d'années. Anthropologue de formation, on lui doit récemment un livre imposant, important et très stimulant sur l'histoire de la dette dans lequel il appelle les peuples à refuser de payer pour les erreurs des financiers et des spéculateurs (1). On lui doit également, aux éditions Lux, un livre intitulé Pour une anthropologie anarchiste. Toujours chez Lux, il vient de faire éditer Comme si nous étions déjà libres, livre dans lequel il raconte l'histoire du mouvement Occupy Wall Street dont il fut l'un des protagonistes majeurs.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

David Graeber, Comme si nous étions déjà libres, Lux, 2014.

David Graeber fait partie de la nouvelle génération d'intellectuels activistes anglo-saxons qui émerge et s'affirme depuis une quinzaine d'années. Anthropologue de formation, on lui doit récemment un livre imposant, important et très stimulant sur l'histoire de la dette dans lequel il appelle les peuples à refuser de payer pour les erreurs des financiers et des spéculateurs (1). On lui doit également, aux éditions Lux, un livre intitulé Pour une anthropologie anarchiste. Toujours chez Lux, il vient de faire éditer Comme si nous étions déjà libres, livre dans lequel il raconte l'histoire du mouvement Occupy Wall Street dont il fut l'un des protagonistes majeurs.

Souvenez-vous, nous étions à la fin de l'été 2011 et nous découvrions cette autre Amérique, celle qui clamait haut et fort que le capitalisme néo-libéral n'était pas la panacée universelle, qu'il fallait s'en prendre à la concentration du pouvoir et de la richesse, celle qui avait pour slogan unificateur « Nous sommes les 99 % » ! Dans le sillage des révolutions arabes, une poignée d'activistes, plutôt libertaires, fut rejointe dans ce combat homérique par des milliers de personnes découvrant ou redécouvrant à cette occasion les joies de la démocratie et de l'action directes ; car le mouvement démarré à New-York existât dans 800 autres villes du pays. C'est cette histoire que David Graeber raconte.

L'an passé, les mêmes éditions Lux publiaient un livre sur neuf universitaires anglo-saxons revisitant le marxisme en ferraillant à propos la théorie de la valeur, du biopouvoir foucaldien, du postmodernisme(2). Avec Graeber, point de théorie et de propos abscons, mais de la praxis avant tout. Faire avec les gens tels qu'ils sont, construire un mouvement, une force « par en bas », faire le choix de la non-violence sans stigmatiser celles et ceux qui s'y refusent, mettre au point des procédures permettant à tous de s'exprimer, des mécanismes capables d'empêcher les manipulations et les instrumentalisations, et surtout, faire que la « démocratie » cesse d'être pour le citoyen l'organisation de la domination de la société par une oligarchie ; et tant pis si cela déplaît, dit-il, aux anarchistes « puristes et grincheux » qui trouve la démarche trop réformiste.

Pour Graeber, le grand mérite des mouvements d'occupation de cet automne 2011 est d'avoir réouvert « l'imaginaire radical » du peuple américain. Graeber rappelle que les pères fondateurs de la « démocratie américaine » n'en avaient que faire de la voix du peuple, qu'ils ne songeaient qu'à se protéger des conséquences de ce funeste « un homme, une voix ». Il pense que l'esprit démocratique radical, la recherche du consensus que l'on retrouve aux Etats-Unis ne viennent pas de Thomas Jefferson mais plutôt de l'esprit animant les quakers, certaines communautés indiennes et, plus récemment, le mouvement féministe. Il insiste d'ailleurs bien plus sur la question du pouvoir inégalement répartie dans la société que sur la structuration sociale de celle-ci. En d'autres termes et en bon Américain, il parle plus souvent de « communautés » que de classes sociales, même s'il souligne le poids pris dans la lutte par les « diplômés, pauvres et au chômage (…) qui ont accès à tout l'historique de la pensée radicale », et le soutien que leur apporta la classe ouvrière bien que cornaquée depuis des lustres par la bureaucratie syndicale pro-démocrates.

Graeber ne croit pas au prolétariat comme sujet historique de la révolution à accomplir, et aux lieux de production comme foyers insurrectionnels. Graeber ne croit pas au Grand Soir, et c'est pourquoi il nous engage à expérimenter, à « bâtir la nouvelle société dans la coquille de l'ancienne » ; à agir en somme « comme si nous étions déjà libres »...

Notes

1. David Graeber, Dette, cinq mille ans d'histoire, Le Liens qui libèrent, 2013.

2. Jonathan Martineau (dir.), Marxisme anglo-saxon : figures contemporaines – De Perry Anderson à David McNally, Lux, 2013. Du côté des libertaires, le renouvellement théorique se retrouve chez un auteur comme John Holloway (Changer le monde sans prendre le pouvoir, Lux, 2007 ; Crack capitalism – 33 thèses contre le capital, Libertalia, 2012).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois