Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

135 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2014

Comme si nous étions déjà libres

David Graeber, Comme si nous étions déjà libres, Lux, 2014.David Graeber fait partie de la nouvelle génération d'intellectuels activistes anglo-saxons qui émerge et s'affirme depuis une quinzaine d'années. Anthropologue de formation, on lui doit récemment un livre imposant, important et très stimulant sur l'histoire de la dette dans lequel il appelle les peuples à refuser de payer pour les erreurs des financiers et des spéculateurs (1). On lui doit également, aux éditions Lux, un livre intitulé Pour une anthropologie anarchiste. Toujours chez Lux, il vient de faire éditer Comme si nous étions déjà libres, livre dans lequel il raconte l'histoire du mouvement Occupy Wall Street dont il fut l'un des protagonistes majeurs.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

David Graeber, Comme si nous étions déjà libres, Lux, 2014.

David Graeber fait partie de la nouvelle génération d'intellectuels activistes anglo-saxons qui émerge et s'affirme depuis une quinzaine d'années. Anthropologue de formation, on lui doit récemment un livre imposant, important et très stimulant sur l'histoire de la dette dans lequel il appelle les peuples à refuser de payer pour les erreurs des financiers et des spéculateurs (1). On lui doit également, aux éditions Lux, un livre intitulé Pour une anthropologie anarchiste. Toujours chez Lux, il vient de faire éditer Comme si nous étions déjà libres, livre dans lequel il raconte l'histoire du mouvement Occupy Wall Street dont il fut l'un des protagonistes majeurs.

Souvenez-vous, nous étions à la fin de l'été 2011 et nous découvrions cette autre Amérique, celle qui clamait haut et fort que le capitalisme néo-libéral n'était pas la panacée universelle, qu'il fallait s'en prendre à la concentration du pouvoir et de la richesse, celle qui avait pour slogan unificateur « Nous sommes les 99 % » ! Dans le sillage des révolutions arabes, une poignée d'activistes, plutôt libertaires, fut rejointe dans ce combat homérique par des milliers de personnes découvrant ou redécouvrant à cette occasion les joies de la démocratie et de l'action directes ; car le mouvement démarré à New-York existât dans 800 autres villes du pays. C'est cette histoire que David Graeber raconte.

L'an passé, les mêmes éditions Lux publiaient un livre sur neuf universitaires anglo-saxons revisitant le marxisme en ferraillant à propos la théorie de la valeur, du biopouvoir foucaldien, du postmodernisme(2). Avec Graeber, point de théorie et de propos abscons, mais de la praxis avant tout. Faire avec les gens tels qu'ils sont, construire un mouvement, une force « par en bas », faire le choix de la non-violence sans stigmatiser celles et ceux qui s'y refusent, mettre au point des procédures permettant à tous de s'exprimer, des mécanismes capables d'empêcher les manipulations et les instrumentalisations, et surtout, faire que la « démocratie » cesse d'être pour le citoyen l'organisation de la domination de la société par une oligarchie ; et tant pis si cela déplaît, dit-il, aux anarchistes « puristes et grincheux » qui trouve la démarche trop réformiste.

Pour Graeber, le grand mérite des mouvements d'occupation de cet automne 2011 est d'avoir réouvert « l'imaginaire radical » du peuple américain. Graeber rappelle que les pères fondateurs de la « démocratie américaine » n'en avaient que faire de la voix du peuple, qu'ils ne songeaient qu'à se protéger des conséquences de ce funeste « un homme, une voix ». Il pense que l'esprit démocratique radical, la recherche du consensus que l'on retrouve aux Etats-Unis ne viennent pas de Thomas Jefferson mais plutôt de l'esprit animant les quakers, certaines communautés indiennes et, plus récemment, le mouvement féministe. Il insiste d'ailleurs bien plus sur la question du pouvoir inégalement répartie dans la société que sur la structuration sociale de celle-ci. En d'autres termes et en bon Américain, il parle plus souvent de « communautés » que de classes sociales, même s'il souligne le poids pris dans la lutte par les « diplômés, pauvres et au chômage (…) qui ont accès à tout l'historique de la pensée radicale », et le soutien que leur apporta la classe ouvrière bien que cornaquée depuis des lustres par la bureaucratie syndicale pro-démocrates.

Graeber ne croit pas au prolétariat comme sujet historique de la révolution à accomplir, et aux lieux de production comme foyers insurrectionnels. Graeber ne croit pas au Grand Soir, et c'est pourquoi il nous engage à expérimenter, à « bâtir la nouvelle société dans la coquille de l'ancienne » ; à agir en somme « comme si nous étions déjà libres »...

Notes

1. David Graeber, Dette, cinq mille ans d'histoire, Le Liens qui libèrent, 2013.

2. Jonathan Martineau (dir.), Marxisme anglo-saxon : figures contemporaines – De Perry Anderson à David McNally, Lux, 2013. Du côté des libertaires, le renouvellement théorique se retrouve chez un auteur comme John Holloway (Changer le monde sans prendre le pouvoir, Lux, 2007 ; Crack capitalism – 33 thèses contre le capital, Libertalia, 2012).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener