Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2014

Des bonobos et des hommes

Avec son imposant Congo(1), David Van Reybrouck nous plongeait dans le chaos congolais, et le lecteur en ressortait bouleversé par tant de malheurs, impressionné par la capacité des habitants à se maintenir en vie malgré le tumulte, mais surtout effrayé à l'idée qu'aucun destin autre que misérable ne puisse sortir de ce sol si fécond et si convoité.

Christophe PATILLON
Historien, grand lecteur, militant, chroniqueur pour Alternantes FM, et accessoirement vieux punk
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deni Béchard, Des bonobos et des hommes, Ecosociété, 2014

Avec son imposant Congo(1), David Van Reybrouck nous plongeait dans le chaos congolais, et le lecteur en ressortait bouleversé par tant de malheurs, impressionné par la capacité des habitants à se maintenir en vie malgré le tumulte, mais surtout effrayé à l'idée qu'aucun destin autre que misérable ne puisse sortir de ce sol si fécond et si convoité.

Deni Béchard nous montre un autre Congo. Il ne nie évidemment pas les violences, coloniales et post-coloniales, les guerres à répétition, les politiques prédatrices de tous les acteurs, la corruption omniprésente et cette misère effroyable qui frappe l'essentiel des Congolais. Mais Deni Béchard nous dit aussi qu'il y a des raisons d'espérer, que le pays est en plein bouleversement depuis que la Chine s'y est impliquée, et que ce frémissement peut se faire sentir jusqu'au fin fond de la forêt équatoriale. C'est là que vivent les bonobos, ces grands singes pacifiques devenus célèbres pour leur façon de désamorcer les conflits sociaux par le truchement de la sexualité. Déni Béchard, fasciné par ces « hippies de la forêt », est allé à leur rencontre en se mettant dans les pas d'une poignée de conservationnistes irréductibles, créateurs d'une ONG appelée Bonobo Conservation Initiative (BCI).

Il délivre de belles pages sur ces bonobos aux comportements si touchants et fragiles. Il se plaît à espérer que les bipèdes que nous sommes comprennent qu'ils ont plus à gagner à prendre exemple sur leur pacifisme foncier que sur l'esprit grégaire et violent des chimpanzés avec qui on les a souvent comparés. Il nous décrit un monde d'ONG auto-centrées, paternalistes et néo-coloniales, toujours en quête de fonds pour vivre et faire vivre une bureaucratie pléthorique(2). Rien de tel avec BCI qui a mis les populations congolaises au coeur de son projet de sauvegarde des bonobos, pour en faire les véritables gestionnaires des réserves, c'est-à-dire des espaces ouverts et non clos comme le sont les grands parcs. BCI a investi dans l'humain, autrement dit a pris le temps de convaincre les populations locales qu'elles trouveraient avantage à protéger les bonobos plutôt qu'à les tuer pour leur viande, alors même que leur survie est en jeu chaque jour. Ce travail nécessite beaucoup de pragmatisme car les militants, congolais et étrangers, du BCI ont compris que pendant trop longtemps les habitants ont été bernés, floués, humiliés par des mundele(3) arrogants, que les Anciens des villages sont des « mines de savoir » et donc des appuis indispensables aux projets de conservation, que les cadres politiques sont tout aussi indispensables tant leur pouvoir de nuisance peut être important ; BCI a décidé de faire avec les habitants et de faire en sorte que les « gens ne se sentent pas moins précieux que les animaux à protéger ». Pragmatiques encore quand ils tablent sur le développement de l'écotourisme comme moteur d'un développement local qui serait moins dévastateur que les plantations d'huile de palme ou de café.

Des bonobos et des hommes est un vibrant plaidoyer pour une protection de l'environnement construite et pensée aussi bien par les scientifiques/activistes que par les populations locales ; et les dizaines de Congolais investis dans ce combat attestent que Sally Jewel Coxe, l'âme infatigable de BCI, a rempli sa mission : elle n'est plus indispensable à la défense des bonobos.

Notes

1. David Van Reybrouck, Congo – Une histoire, Actes Sud, 2012.

2. Citant BCI, il écrit : « « Ce ne sont ni les ministères, ni les fonctionnaires corrompus, ni l'infrastructure en ruine qui posent les pires difficultés pour le travail de conservation entrepris par BCI et ses partenaires, mais bien les ONG rivales », notamment les « grandes ONG de conservation débarquées au Congo ».

3. Mundele signifie blanc ou étranger.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon