Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2017

Des histoires de guerre

A propos de l’article : « Claudio Magris, l’écrivain amoureux des personnages troubles ». Linda Lê replace de façon tout à fait intéressante « Classé sans suite », le dernier roman de l’écrivain triestin, dans l’œuvre toute entière mais, à notre humble avis, sans assez souligner l’originalité de ce dernier opus.

Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n’y a jamais trop de notes, de thèmes, de nuances  dans un morceau de Debussy ; de la même manière, il n’y a pas trop d’histoires, trop de digressions, trop de retours en arrière dans « Classé sans suite ». Claudio Magris  ne se soucie  pas d’être facilement lu et encore moins de ce minimum de cohérence qu’il est obligatoire de donner à des écrits pour se faire instantanément comprendre, c'est-à-dire, en y réfléchissant un peu, pour ne pas se faire comprendre du tout. C’est sans doute absurde d’être obligé de s’exprimer de façon cohérente quand ce que l’on a vécu, compris des conflits est incohérent, absurde, haché. De sorte que dans ce roman d’aujourd’hui, Claudio Magris fabrique de l’informe, de l’invertébré, une relation d’évènements apparemment disparates. Un écrivain moins talentueux (quelqu’un qui peut-être n’a pas vécu à Trieste à la libération et dans l’immédiate après-guerre), sur le même sujet, pourrait constituer, susciter, après coup, à froid, conformément à un usage de sons et de signes convenus, des images à peu près nettes, ordonnées, distinctes les unes des autres, alors qu’à la vérité la guerre n’a ni formes définies, ni noms, ni adjectifs, ni sujets, ni compléments, ni ponctuation (en tout cas pas de point), ni exacte temporalité, ni sens, ni consistance sinon celle, visqueuse, trouble, molle, indécise d’une tumeur cancéreuse.

Claudio Magris, nous perd dans un dédale de pièces, un fatras d’armes de toutes sortes, un monceau de notes informes, un galimatias de langues, un mélange d’histoires (de l’Histoire) et de cultures. Un homme a consacré sa vie entière à bâtir un musée de la guerre pour l’avènement de la paix. Sa manie fascinante, délétère, stérile, aride tant elle détruit chaque plaisir, lui est une cuirasse qui le  protège des dévastations de la vie mais aussi une passion qui le meut et qui le tend vers quelque chose d’absolu. Luisa, héritière floutée de l’exil juif et de l’esclavage des Noirs, chargée d’organiser le foisonnant  musée triestin, est cependant la véritable protagoniste de ce roman. Elle est l’Aladin de cette narration totale, la lampe qu’elle frotte fait surgir des histoires. Le musée est la structure même de « Classé sans suite » : que Luisa examine une hache paraguayenne et l’épopée de l’indien perdu dans la Vienne de la belle époque jaillit ; qu’elle envisage la place d’un fusil de la seconde guerre mondiale dans une salle et l’histoire de l’emblématique soldat allemand fusillé par les siens apparait à son tour ; qu’elle déchiffre péniblement les bribes d’un document ancien et l’aventure de Luisa de Nazareth faite prisonnière par les indiens et de retour chez elle s’impose à nous …

Dans ce labyrinthe d’évènements qui se racontent à Trieste parfois haut et fort et parfois à voix basse, il y a un Minotaure qui se dissimule : la présence de la  Rizerie, un camp d’extermination, a fait l’objet d’une incompréhensible omerta au lendemain de la guerre. Les carnets eux-mêmes du muséologue, carnets sur lesquels furent relevés les noms inscrits à la porte des fours crématoires d’amis de bourreaux et d’amis d’amis de bourreaux, ont été substitués par les Autorités. L’insurrection triestine, sa libération ont été une succession de luttes, d’alliances absurdes et cruelles de tous contre tous, un cancer tue que l’on n’a pas pu opérer et dont les métastases ont proliféré : nazis, fascistes, démocrates antifascistes, titistes se sont affrontés, ont mêlé leurs histoires à l’Histoire. Cette dernière nous dit Claudio Magris  est un palimpseste difficilement lisible, un support que l’on a à gratter pour écrire de nouveau, une écriture qui en recouvre d’autre de ses corrections mais ne l’efface pas ; elle est toujours la même mais superposée à la précédente, destinée à être retouchée, réécrite mais non annulée passant de bouche en bouche elle est perpétuelle.          

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille