Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2018

Les causes gagnées d'avance

La recension du livre d’Henri Vermorel par Pascale Fautrier est comme toujours très intéressante. Cette republication remaniée, commentée de la correspondance de Freud et de R. Rolland, offre en effet une perspective captivante sur l’histoire du freudisme et sur le rôle de R. Rolland comme passeur de la pensée viennoise.

Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce « Dialogue d’avenir » est sans conteste un ouvrage guide des deux pensées. Le livre ainsi compare les positions des auteurs. Il y est question d’antisémitisme, de la grande guerre, de Spinoza, de religion, des Lumières, de romantisme, de nazisme et de stalinisme … Le rôle de S. Zweig, qui admire l’un et l’autre, est déterminant dans la rencontre en 1924 des deux hommes. C’est à la suite de cet échange d’ailleurs que R. Rolland commencera à écrire « Le voyage intérieur » et que S. Freud quelques années plus tard lui enverra son livre « L’avenir d’une illusion ».  

Les œuvres c’est évidemment à l’instant présent qu’on les lit, et c’est aussi au présent qu’on voudrait les amarrer. Aussi, il est tentant de parler  aujourd’hui, comme le fait P. Fautrier, des errements de S. Freud et de R. Rolland, de faire le parallèle entre les périodes d’aveuglement de l’un face à la terreur stalinienne, et des illusions de l’autre quant à l’aptitude de l’Autriche et de l’Italie fascistes à servir de rempart contre le nazisme allemand. Le Viennois sous-estimerait l’essence criminelle du régime nazi, tandis que le Bourguignon refuserait au même moment de reconnaître les crimes staliniens ? A l’instant où parait en France le « Journal de la roue rouge » d’Alexandre Soljenitsyne, il est légitime, un siècle tout de même après la naissance de l’écrivain russe, de dénoncer le totalitarisme soviétique mais aussi l’abjection du nazisme. Cependant, il nous parait toujours un peu vain de prédire le passé. Ah, douceur des causes gagnées d’avance ! Il fallait aux deux intellectuels, tâche infiniment plus difficile dans les années trente, voir le présent et pressentir l’avenir de leur monde bouleversé. Il nous semble, que de ce point de vue et contrairement à ce qu’affirme P. Fautrier, l’autrichien et le français n’ont nullement failli. Lorsque en 1934, R. Rolland tance S. Zweig qui a écrit que le totalitarisme stalinien le dégoûte : « Quand on se sent responsable de la construction d’un monde nouveau, on n’a pas le droit de le laisser saper par des ennemis déguisés sous la fausse “indépendance de l’esprit”», c’est bien évidemment rétrospectivement R. Rolland qui apparait comme le plus résolument lucide. Le romancier allemand H. Mann évoquant le suicide du grand écrivain d’ailleurs ne disait pas autre chose : « Stefan Zweig était fier de ne pas être, en cette époque héroïque, un héros, mais de vivre en la tour d'ivoire. Quand la dernière dalle de la tour d'ivoire a cédé, il n'a pas pu le supporter». Quant à S. Freud, il était pour l’essentiel extrêmement et précocement conscient. « L’avenir d’une illusion » est un livre prémonitoire. Il annonçait en 1927 la barbarie à venir et la négation de la culture humaine qui l'accompagnerait .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI