Petites annonces : Recherche d’un présidentiable.

Il conviendrait, pour les prochaines présidentielles, de choisir un candidat paisible, fraternel et unique à gauche. Ce serait le moment de proposer une autorité morale consensuelle. Impossible de rester à l’écart d’un tel moment épiphanique de la réflexion politique.

Voici donc nos propositions[1] :

- Un présentateur télé sentant bon le savon douche chaud.

- Un footballeur à la tête de sa propre fondation caritative.

- Un mannequin écologiste portant élégamment les vêtements du commerce équitable.

- Un scientifique proposant une utilisation alternative d’internet.

- Un Artiste coutumier des installations branchées.

- Un humanitaire humain.

- Un romancier populaire et réaliste.

- Une séduisante actrice engagée dans la cause animale.

- Un aventurier prônant le retour massif dans les bois et les cabanes.

- Un journaliste d’investigation redresseur de torts.

- Un couturier voyageur connaissant le monde.

- Et un voyageur portant beau et connaissant le beau monde.

- Un philosophe du bien-être.

- Un paysagiste du pré carré convenablement oxygéné.

- Un bel homme aperçu à la télévision et plaisant aux dames.

- Ou une belle femme aperçu à la télévision et plaisant aux hommes (parité oblige).

- Un économiste débordant de ressources personnelles.

- Un grand cuisinier du terroir et du marché du dimanche.

- Un architecte de la neutralité carbone.

- Un rassurant ministre du gouvernement actuel.

- Une ancienne ministre de la justice, anticolonialiste et mangeant à tous les râteliers.

- Un psychiatre prônant l’action politique en soi et pour soi.

- Un patron du CAC40 ayant financé dans les deux derniers mois du matériel médical.

- Un acteur jouant les opprimés.

- Un acteur jouant le Président dans une série TV.

- Un sociologue spécialiste du pittoresque banlieusard.

- Un professeur du Collège de France, professeur au Collège de France.

- Un chanteur dégagé de toute obligation.

- Un académicien secrétaire perpétuel.

- Un professeur de Sciences PO publiant à science PO.

- Un député sympathique portant chemisette ou jeans dans l’hémicycle.

- Un briscard de la politique aux accents de tribun.

- Un leadeur écologiste végétarien et mangeant bio.

- Un humoriste aux « dessous de la ceinture » populaires.

- Un homme d’affaires patron des médias.

- Un patron de presse de la droite complexée.

La liste n’est pas exhaustive et elle attend naturellement le complément militant de chacun. Mais pour terminer, il faut tout de même s’interroger, pourquoi ces appels sans suite, ces paroles qui n’engagent à rien, ces recherches répétées d’un homme providentiel ?  Il s’agit, en période d’instabilité de persévérer dans l’évitement et faire perdurer quelques trafics mutuellement avantageux, les uns encaissant les profits des « grandes consciences» et les autres les profits de donner la parole à des « grandes consciences » avec la certitude que rien ne sera modifié. Il s’agit de parler haut pour ne rien dire, échapper au réel en se laissant plonger dans le monde enchanté des songes où l’on est dispensé de poser la question des causes comme des conditions de possibilité de ce qu’on veut[2].

 

[1] Il s’agit d’une contribution au billet de blog de Vingtras. « Un cheval de Troie électoral ? » 18 mai 2020.

[2] Voir ici notre commentaire en réponse à Vingtras.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.