Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2021

Cosse chez les petits bourgeois. François Cusset

Une approche sensible, émotionnelle du premier confinement ?

Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est une très mauvaise idée, espérant transmettre une émotion qui sourdrait magiquement d’un travail intellectuel, de demander à un auteur en sciences sociales de procéder sur le pouce à une approche sensible, émotionnelle d’une question théorique. Les Editions « Les Liens qui libèrent » dans leur nouvelle collection « Trans »  ont envisagé ainsi avec François Cusset, à tort et à travers, le premier confinement. Cela évidemment donne une très médiocre littérature.

Il est naturel que prenant fait et cause pour les plus seuls et les plus fragiles, François Cusset applique à sa vision du premier confinement des critères de la classe dite « urbaines éclairée » à laquelle il se réfère exclusivement et qu’il prenne parti pour les plus faibles du point de vue de cette seule fraction de la petite-bourgeoisie. Ses toutes premières pages du préambule analysent pourtant avec pas mal de sagacité les discours ambiants d’alors – journalistes, sondeurs, psy, gourous illuminés de l’épanouissement perso, écrivains en vogue – qui, puisque l’inédite maladie imposait la plus grande prudence, disait du premier confinement des choses grossières et toutes dans le même sens. Il met à nu les interprétations monovalentes et souvent définitives, qu’elles soient légalistes : le confinement mal nécessaire ou qu’elles soient au contraire critiques : le confinement mal supplémentaire. Il repère également quelques génies faiseurs de lois, imposteurs d’écrans qui profitent de la pandémie pour accaparer nos vies et quelques autres libérateurs, adverses qui au contraire profitent d’elle pour reprendre vie et lâcher prise.  François Cusset montre de façon certaine les effets contrastés du repli, du recroquevillement : états de malaise indéfinissable, d’angoisse, d’excitation, de mauvaise humeur et de panique mais sans doute aussi de douceur et d’abandon. Dans les semaines hors du temps, François Cusset toutefois ne sent, ne pense, ne vit rien. A en juger d’après le contenu concret de son livre, dans son monde empêché où les pixels et le fatalisme, les violences indifférentes et les réseaux d’éloignement ont désensibilisés, détachés de la douleur et des extases, on maintient à l’identique des modes de vie petits-bourgeois et avec eux d’ancien égoïsme de classe. Le premier confinement de ce petit monde de l’auteur est de ce point de vue un absolu non-évènement qui se repère infailliblement à l’absence totale de tournant et de mouvement qu’il provoque dans l’ordre des corps, des discours et des perceptions. Ce petit monde relégué à la sphère privée est à la foi narcissique et réactionnaire. Avec le premier confinement hors de toute durée, le bourgeois voit agréablement le temps disparaitre, se suspendre, les échéances s’estomper, le calendrier se desserrer ; il peut, l’heureux homme, céder à la tentation, tout lâcher, sortir du cadre  protégé du monde qui ne le voit plus et qu’il ne voit plus ; il peut jouir du charme du décalage sans risque où tout se passe comme si les rapports à tout n’avait pas assez changé pour qu’un autre monde que le sien advienne mais suffisamment pour qu’il ne reconnaisse rien ; tandis que pour le membre des classes populaires naturellement, c’est tout le contraire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz