Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2020

Muñoz Molina. Un écrivain dans la ville

Il y a quelque chose de fascinant dans ce qui s’entend, se ramasse et se voit, qui dans l’iphone du fond d’une poche de l’écrivain s’enregistre, qui à son carnet se colle à la page et s’ajoute à la pointe du crayon. Muñoz Molina vagabonde dans Paris, New York, Madrid et se souvient.

Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il raconte ici ses histoires, ses expériences qui l’inscrivent dans l’espace si décrié des villes. Un tissu de mots et de récits entre le réel et les gens alors semble résorber la distance avec la familière étrangeté et réaccorder le citadin à ce qui l’entoure. Il écrit, dans « Un promeneur solitaire dans la foule »[1], sous une forme esthétique et juste, le plus profond de l’expérience urbaine mal désignée, dévalorisée et aujourd’hui reléguée. Il lance ainsi des passerelles et ravive merveilleusement l’attention aux autres, aux choses et aux lieux. Muñoz Molina dans ces pages est  à la fois ancré dans l’ici et le maintenant de l’époque et arrimé dans le deçà et l’hier du passé des écrivains et des artistes qui hantent les lieux et l’inspirent.     

L’écrivain espagnol donc, sac au dos, crayon et enregistreur à portée de main, s’est immergé dans les grandes villes de sa connaissance. L’élan irrépressible de sortir dans la rue, de tout noter pour ne rien oublier ont donné un livre foisonnant qu’il n’avait pas prévu d’écrire.  « Flâner, dit-il, c’est rejoindre Stendhal et sa définition du roman comme un miroir qui se promène au bord d’une route. Cela permet de s’abandonner à ce que la vie nous offre ; à accepter de façon inconditionnelle le réel. Il se crée alors un ordre narratif et poétique, mais qui dépend complètement du hasard.»[2] Avec lui « nous pensons d’ailleurs »[3] et la vie quotidienne semble alors se nourrir de mythes : les écrans de moniteurs, de portables, d’ordinateurs ; les messages d’informations, de publicités … Isolés des actualités qui les font naître, ils apparaissent soudainement pour ce qu’ils sont : l’idéologie du formatage et de la surveillance. L’écrivain, comme en passant et après Roland Barthes[4], décrypte ici les mythes avec le souci de réconcilier le réel et les hommes, la description et l’explication.

Écrivain promeneur au travail, il nous présente littérairement l’urbain où s’entrecroisent les vies célèbres et inconnues, passées et présentes ; un urbain de sons mêlés, de couleurs criardes, de déchets invasifs et de mots intrusifs. Il déambule poétiquement en compagnie d’un passé toujours présent d’auteurs qui, dit-il, lui ont appris à voir et à écrire. Dans le dédale des rues, il met ses pas dans ceux abandonnés de Charles Baudelaire, de Thomas de Quincey, d’Edgar Poe ou bien de Walter Benjamin bientôt en allé. Roman pourtant, totalement, puisqu’à Madrid et New York il échange avec un mystérieux personnage de papier, sorte de « juif errant » d’un passé grenadin enfuit ; roman encore puisqu’il passe sans prévenir du je au il et semble donner la parole à un autre lui-même ; roman toujours puisqu’il fait surgir au « coin » d’une page l’inquiétude, le basculement d’un cataclysme toujours probable.

L’impression est forte à la lecture de ces carnets de voir se faire la littérature, d’apercevoir ce qu’une subjectivité fait secrètement au lecteur. Un rare plaisir.    

[1] « Un promeneur dans la foule » Antonio Muñoz Molina, Editions du Seuil aout 2020.

[2] « Dans les pas d’Antonio Muñoz Molina » Ariane Singer, Le Monde des livres 9 octobre 2020.

[3] Montaigne.

[4] « Mythologies » Roland Barthes, Editions Points Essais.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Perquisition chez Trump : les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac