Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2018

L'assignation à résidence des personnes handicapées

Le député communiste Stéphane Peu, un des signataires du recours contre la loi ELAN devant le Conseil constitutionnel, dans l’entretien qu’il donne à « Médiapart » dénonce très justement la baisse du nombre de logements adaptés aux personnes handicapées prévue par la dites loi (et pas comme annoncé dans le titre l’allègement des normes).

Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'intervention de Stéphane Peu est pour le moins incomplète et approximative. Ainsi, l’accessibilité revendiquée ne concerne pas les seuls appartements des personnes handicapées ; la mobilisation n’a pas été le fait des associations de défense des handicapés mais le plus souvent celle des associations de handicapés elles-mêmes, etc. … C’est pourquoi nous avons souhaité compléter et reproduire ci-dessous l’argumentaire de l’une des associations en lutte (ww.mobileenville.org).   

La production de logements accessibles ne suffisait pas à satisfaire les demandes des personnes handicapées ou qui, à tous les âges de la vie, le devenaient. D’insupportables délais d’attente en effet, malgré la loi de 2005, incombaient aux personnes à mobilité réduite. Ainsi, les 100% annoncés de logements neufs en rez-de-chaussée,  construits avant le vote de la loi, ne représentaient que 40% des logements du parc immobilier neuf et que 1% du parc total. Le choix était donc déjà extrêmement restreint.

La loi ELAN conduit à une réduction de 80% de logement neufs, accessibles en RDC ou par ascenseur, immédiatement habitables. Désormais, il y aura donc 2 logements accessibles construit par an pour 30 000 habitants. Or, parmi ces 30 000 personnes, 160 rencontreront un problème de santé invalidant et 1800 ont plus de 80 ans.

La loi ELAN, revenant sur les avancées de 2005 (pour l’égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées), et en totale contradiction avec les prétentions de construire une société inclusive et universellement accessible, est une attaque réglée contre les droits des personnes en situation de handicap et le bien vivre ensemble.

Les personnes handicapées doivent être bien évidemment incluses dans la société sans discrimination aucune. C’est-à-dire qu’elles doivent avoir un travail, des amis, en un mot avoir une vie sociale normale. Naturellement, pour que cette inclusion existe, il faut pouvoir se déplacer, aller chez des proches, rendre visite à sa famille … Le retour en arrière actuel du 100% accessible assigne au mieux à résidence les personnes handicapées. Cela est une atteinte indigne à la liberté fondamentale de circuler et de participer à la vie de la cité.

La situation de handicap et la mobilité réduite ne peuvent être malheureusement planifiées à l’avance, elles surviennent le plus souvent sans crier gare (maladie, accident, vieillissement).  Faire des travaux dans un appartement, même évolutif, alors que vos  revenus sont extrêmement faibles (Le montant de l'AAH 860 €), est le plus souvent impossible. Comment en effet les personnes handicapées pourront-elles financer de telles  transformations ? Où habiteront-elles en attente du financement (délai en moyenne de 6 mois à 2 ans) et des travaux ? Les personnes concernées seront-elles assignées à l’hôpital, dans des centres, à la charge de leurs proches (quand elles en ont), où tout simplement mises à la rue ?        

Plus de 40% de la population dans sa vie sera un jour à mobilité réduite momentanée ou définitive. En 2050, il y aura 22,3 millions de plus de 60 ans, contre 12,6 millions en 2005, ceci correspond à une augmentation spectaculaire de 80%. On peut donc s’attendre raisonnablement à ce que la population à mobilité réduite augmente (PMR) en proportion. Pour toutes ces raisons, le combat pour l’accessibilité est un combat d’avenir qui concerne tout le monde et pas seulement les personnes handicapées.   

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN