Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2018

Une critique désynchronisée de l’économie.

Un article de « Médiapart », « Les menaces d’une économie mondiale désynchronisée », brosse un sombre tableau de l’état du marché mondial actuel. Les piliers de son organisation, modelée par trente ans de néolibéralisme, seraient aujourd’hui bien vermoulus.

Christophe Prevost
Ingénieur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux ans de présidence de Donald Trump auraient, au nom de « l’America First », ébranlé tout le précieux édifice. A lire la journaliste de Médiapart », les risques de guerre commerciale, les divisions et les divorces entre et dans les grandes zones régionales économiques seraient le prix à payer très prochainement de l’irresponsable politique. Donald Trump en effet, agitant chaque semaine de nouvelles menaces, promettant une guerre commerciale à tous les pays « qui abusent de la générosité américaine », remettrait en cause unilatéralement les traités et les accords internationaux garantissant l’ordre économique actuel. Sa confusion politique (comprenez, au mieux, sa non appartenance au sérail de la technocratie onctueuse, délocalisée, experte et néolibérale ; au pire, son état mental défaillant) serait en train de créer un chaos mondial.

Nous n’en croyons rien. Certes, le président étasunien mène, avec d’autres (M. Orbán et M. Jarosław Kaczyński), une ignoble contre-révolution culturelle sur le terrain de l’immigration et des valeurs. Abjectement, il exploite le sentiment d’écœurement qu’inspire la classe politique à une fraction souvent majoritaire des classes populaires américaines. Mais ne poursuit-il pas de fait le même projet économique que ses rivales chinoises ou européennes ? Trump au pouvoir, il nous semble, tout autant que ces prédécesseurs, cherche obstinément à enrichir les multinationales. Martine Orange note d’ailleurs que Donald Trump «  (…) n’est pas un protectionniste à l’ancienne, mais plutôt un dérégulateur à tout-va (…) ».

Martine Orange reconnait volontiers que la crise de 2008 a sonné le signal de l’épuisement du système néolibéral. Cependant, pour établir son très brouillon diagnostic, elle n’en fait pas moins étonnamment appel aux seuls jugements des alliés historiques des États-Unis et aux organisations internationales libéraux. Aussi dans son calamiteux article, parce que sans doute le libéralisme est l’horizon indépassable, c’est à l’aune du  respect de cette doxa qu’elle juge la politique du promoteur immobilier locataire de la Maison-Blanche. Dans un premier temps, la journaliste veut pour preuve de la nocivité de Donald Trump que les grandes réunions des organismes internationaux (G8, G20, FMI, arbitrage de l’OMC, etc.) –  au nom de l’ordre existant et de la croyance dans les bienfaits du libre-échange –  contestent peu ou prou ses décisions. Et dans un second temps, elle condamne fermement la politique du président américain parce que l’OMC tente de préserver, à la demande de nombreux pays et contre les États-Unis, les très saintes règles du libre-échange. Ce dithyrambe, dans un même élan et avec l’esprit de clarté qui décidément caractérise cet article, n’empêche nullement Martine Orange à la fois, de reprocher  à la référante OMC faillie de n’avoir pas su faire approuver le cycle de Doha censé libéraliser encore plus les échanges internationaux, et de condamner l’aveuglement d’un néolibéralisme de l’officine marqué par une financiarisation et une mondialisation à outrance[1].

Dans cet article, la théorie économique néoclassique, avec le même vertigineux éclectisme, est vertement critiquée par les tenants eux-mêmes de dite la doctrine. Ainsi, nous apprenons ici, que l’économiste de Goldman Sachs « [se] montre sévère sur l’aveuglement des élites, sur les supposés fondements théoriques qui ont justifié cette mondialisation et les bienfaits du libre-échange à l’heure du numérique » et que Stephen Roach de Morgan Stanley  pense que « (…) les économistes ont échoué à prendre en compte les problèmes inhérents à la globalisation ». Après tout, Jean Tirole, dans une tribune du journal « Le Monde » « l’homo economicus a vécu »[2], n’estime-t-il pas que le modèle théorique qui a dominé la science économique au XXe siècle soit dépassé ?  Le prix Nobel d’économie qui utilise des génériques comme l’économie, les économistes, passe sans rien dire à personne ainsi sur sa propre pratique théorique et sur le fait que pendant des décennies la science économique a vécu sur le prima de cette hypothèse de l’homo economicus. C’est en effet au nom de la figure de l’homo economicus que la théorie néoclassique a fait régner une tyrannie épistémologique sans partage sur le champ des sciences économique et c’est encore au nom de cette figure qu’ont été écartés les hétérodoxes des grandes revues, des conférences, de l’agrégation, etc.

Foin des revirements , c’est également au nom de la science que Jean Tirole intrigue aujourd’hui dans les antichambres ministérielles pour faire dérailler les projets de création d’une section disciplinaire propre à l’économie hétérodoxe. Toute comparaison mise à part, citant le « Financial Times », n’est-ce pas au nom de la science et de la critique du keynésianisme, que Trump est voué aux gémonies par Martine Orange ?  Preuve, s’il en fallait, que l’on n’écarte pas si facilement ses vieilles lunes, néolibéralisme quand tu nous tiens... Les analystes du quotidien économique et financier britannique  notent en effet que «L’activité américaine (…) n’a pas été soutenue grâce à une reprise des investissements ou des exportations mais par une hausse de la consommation – soutenue par une relance budgétaire et les cadeaux fiscaux consentis en début de mandat (…) ». La sacrosainte relance par l’offre a donc été inconsidérément abandonnée.  Certains économistes préviennent aussi, « Une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis risque de menacer toutes les avancées technologiques »[3]. Le marché libre et non faussé a donc été imprudemment écorné. Il semble que Martine Orange ait trouvé les responsables de la prochaine crise majeure de  l’économie, pas la mondialisation et pas d’avantage la dérégulation mais au contraire les traces homéopathiques de régulation américaine et la personnalité inadéquate de Donald Trump.

[1] Propos illustrés dans l’article par le rapport de la CNUCED. Pour notre part, nous aimerions comprendre comment « le groupe des 25 % des premiers groupes exportateurs réalise 100 % du commerce mondial ». Que font les 75% autres ?

[2] « Le Monde » 05/10/2018

[3] Nous ne doutons pas que certains économistes sont aussi des économistes certains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement