christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juin 2013

une nouvelle drogue du viol gardée secrète par les gouvernement

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une nouvelle drogue du viol est apparue ces dernières années, permettant de faire faire ce que l'on souhaite à une éventuelle victime, -y compris d'être active-, tel un somnambule, sans lui laisser aucune trace mnémonique. Cette drogue dans une moindre mesure permet également de faire dire ce que l'on souhaite à une personne sous son emprise, du fait de la forte suggestibilité qu'elle induit, proche d'un état hypnotique, et surtout pas la vérité.
Pour l'instant, cette drogue reste à l'usage exclusif de certains milieux, telle que l'armée, la police, les milieux scientifiques ou politique, et plus globalement les milieux élitistes. Elle aurait été utilisé pour la première fois comme sérum de vérité à guantanamo, sur les prisonniers iraniens. Aujourd'hui, elle permettrait de réaliser des vidéos zoophile, et pédophile, à l'insu des victimes.
Toutes personnes se sentant menacées par des personnes susceptibles d'utiliser cette drogue peuvent suivre les conseils suivant afin de se prémunir, ou afin de détecter tout symptôme consécutif au fait d'avoir été drogué et violé.

Quelques conseils pour se protéger notamment si on voyage à l'étranger:
- acheter toute nourriture et toute boisson au hasard dans un supermarché, en évitant toute habitude alimentaire. 
La drogue en question pouvant être assimilée à un fruit, ne jamais faire de réserves susceptibles d'être accessibles à quiconque -y compris à des personnes de confiance qui peuvent déjà être corrompues, ou qui sont intéressées pour commettre ce type d’exaction- et donc toujours consommer les aliments sur le champs.
- ne jamais accepter d’aliments, de boissons, ou de cigarettes venant d’autrui. Concernant les cigarettes, une autre drogue pourrait diminuer votre état de vigilance et permettre de vous faire absorber cette GHB de Guantanamo.

Dans le cas où subsisterait un doute ou une impossibilité de se prémunir au niveau alimentation -dégustation public, toasts en série...-, toute la stratégie afin de ne pas devenir vulnérable va consister à ne pas être réveillé pendant la nuit. Car les agresseurs utilisent un protocole inédit jusqu'ici avec les drogues du viol classiques, en obtenant la collaboration de la victime dés son réveil somnambulique -ouverture de sa porte par exemple-.
Ce protocole se déroulerait ainsi:

1) les agresseurs signifieront qu'ils se trouvent à la porte de votre chambre de manière bruyante. 
Pour cela ils peuvent soit frapper à la porte le plus naturellement du monde, soit plus silencieusement vous laisser savoir toujours durant votre sommeil, qu'ils souhaitent pénétrer dans votre chambre, par exemple en actionnant la poignée de porte, ou en triturant bruyamment la serrure. 
2) Ils leur aient absolument inutile de posséder la clef de votre porte d'appartement ou celle de votre chambre, car à ces stimuli bruyants, vous vous réveillerez, vous vous lèverez dans un état somnambulique et c'est bien vous qui ouvrirait la porte, peut être après avoir établi un premier contact verbal avec eux. La technique du confinement sonore est la plus idoine afin de se prémunir (boule quiès, musique de fond...). 
3) Les agresseurs sont susceptibles de montrer des vidéos pornographiques juste après le réveil somnambulique de la victime, afin de lui faire reproduire ensuite à l’identique les scènes visionnées. Si vous soupçonnez d'avoir été violé, voici la liste des signes potentiellement révélateurs d'un viol, ou d'une activité nocturne non souhaité: bouche non pâteuse au réveil,yeux non collés, absence de sentiment de soif, absence d'envie d'uriner, réveil matinal tardif, sentiment de fatigue en dépit du sentiment d'avoir bien dormi, réveil dans le brouillard, douleur anal ou vaginal, absence d'érection matinale, sentiment de panique ou d'angoisse, envie de pleurer , confusion, irritabilité, agressivité, anxiété, labilité affective telle que des sourires ou des rires non pas immotivés, mais nerveux au cours de la journée....

Les exactions commises sous cette drogue, laissent également des traces inconscientes qu’on ne réalise pas -traces différentes des flash de la GHB standard-, et que l’on peut exprimer dans son discours ou dans des écrits sous la forme d’associations, ou d’allusions inconscientes, ce qui accessoirement peut faire sourire les pervers informés de ce que l’on vient de subir.

rectificatif du même auteur :

cette drogue du viol serait bien de la benzodiazepine cependant la nouveauté résiderait dans le fait qu'elle est associé à l'hypnose. c'est l'hypnose qui serait en cause indirectement dans le fait que l'on agit comme un somnanbule, et donc que l'on peut même faire avoir à la victime un comportement actif et non plus seulement passif comme avant 2002.

  par ailleurs l'état et la police ont réussi suite à l'article original (écrit suite à des viols de 2003 à 2006) à diminuer les effets secondaires qui permettaient de réaliser que l'on avait été violé pendant la nuit. Pour avoir eu le sentiment d'être violé a quelques reprises en 2013, les yeux ont des scories mais molles le matin, le sentiment de soif est bien présent, l'envie d'uriner également, l'érection du matin aussi, et les douleurs anales sont absentes ou n'apparaissent que tard dans l'après-midi et pas systématiquement. ce qui permet toujours de réaliser qu'on a été violé sont toujours le réveil dans le brouillard, des vertiges, voir une perte de connaissance au cours de la journée, un réveil anormalement tardif, un sentiment de fatigue, de l'angoisse ou de l'anxiété, de la confusion avec envie de suicide sous forme de raptus (défenestration voir la chanteuse terry moise par exemple ou si on a une arme suicide avec celle-ci comme certains policiers dont on parle régulièrement dans les journaux), de l'irritabilité voir de l'agressivité, et une certaine  labilité affective tout cela apparaissant inopinément certains jours (pas par exemple après une nuit blanche). a long terme cette drogue génère des mycoses vaginales, aux testicules et aux scrotum voir à l'anus qui démangent sans cesse, ainsi que des mycoses aux ongles.

toutes personnes souhaitant dénoncer l'utilisation de cette drogue qui permet également  de violer des enfants ou de prostituer quiconque sont susceptibles de décéder d'un avc ou d'une crise cardiaque, suite à l'administration de neuroleptiques à haute dose tels que le piportil. Ainsi sont décédés M.Carcassone conseiller de michel rocard, yves bertrand ancien directeur des rg de 1998 à 2004, et M.Érik Izraelewicz  directeur du monde jusqu'en 2012, entre autre.

bonne chance

nouveau rectificatif du 24 mars 2019

j'ai pu constaté 5 modifications qui vous permettront de vous (surtout les gilets jaunes) rendre compte que vous avez été violé sous drogue du viol et hypnose :

- on rit le matin nerveusement on se frotte parfois les mains de contentement avec le sentiment d'avoir éviter d'être violé alors qu'on l'a été.

- on est fatigué au réveil avec énormément de mal à se réveiller ou réveil vers 11h midi

- on a mal au cul et il nous démange surtout le soir mais parfois aussi le matin ou quand on va au toilette

- on est épuisé le soir si on a pas fait de sieste et pourtant on n'arrive pas à dormir ce qui fait que l'on risque fort de faire une voir deux nuits presque blanches

- durant les jours suivant le viol on est prostré comme dans une dépression stuporeuse

rectificatif du 10 août 2019 l'unique solution pour éviter d'être violé sous drogue du viol et hypnose est sociale

pour éviter d'être violé mieux vaut vivre en groupe et notamment la nuit. un groupe de 6 à 8 personnes de confiance est l'idéal chacun pouvant monter la garde (rester éveillé) par tranche de 2 h toute les nuits. Ainsi de 22h à 8h du matin chacun veille 2h à tour de rôle puis se recouche avec l'assurance que personne ne tentera de réveiller une des personnes endormies en état d'hypnose somnambulique. ceci est nécessaire car tout le monde peut être drogué par les RG. donc en restant éveillé chacun son tour c'est la garantie que la nuit se passe bien. personne de confiance exigée donc peut être pas la famille.

bon courage mes amours

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu