christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2018

Criminaliser Salope, pute putain et les sortir du dictionnaire !!!

les termes salope pute ou putain ont été inventé par les hommes pour dénigrer humilier et stigmatiser les femmes dans leur ensemble mais plus particulièrement celles qui décideraient de ne pas choisir de faire leur vie avec un seul partenaire masculin pour se reproduire.

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ces termes ont leur traduction dans tous les pays chrétiens et n’existent pas dans les pays bouddhistes.Ceci est dû au jugement de tous par tous favorisé par les religions chrétiennes en dépit de ce qui est préconisé dans la bible.

Pour éviter que les femmes ne souffrent plus longtemps de ces insultes qui les dévalorisent dans leur ensemble alors que seules les hystériques devraient en être victime pourquoi ne pas :

1 bannir ces termes des dictionnaires et il est même surprenant que les académiciens les y firent entrer.

2 criminaliser ce type d’injures lorsqu’elles sont proférer en public, et notamment à l’école ou dans la rue de la part d’hommes qui sont eux même des putes et des salopes. Cette criminalisation pourrait consister en un procès verbal pour dénigrement humiliation et stigmatisation d’un être humain et sanctionner le contrevenant à une sanction financière à hauteur de 10 pour cent de son revenu….

Quand on sait qu’au japon et au sein d’autres pays à majorité bouddhiste l’injure la plus blessante est « tu es bête !!! », et que même le terme geisha n’est pas considéré comme une insulte étant donné le raffinement l’érudition et la grande maîtrise de tous les arts des femmes qui vendent leur corps, je pense qu’il serait nécessaire de nous inspirer de cette religion afin de modifier l’inconscient collectif vis à vis de la perception des femmes dans leur ensemble. On pourrait également s’inspirer du japon pour rouvrir des bordels en europe et en france les femmes qui y travaillant recevant une instruction parallèlement à leur activité triviale digne des plus cultivés des hommes et de manière pluridisciplinaire (psycho, socio, droit, économie, psychanalyse, informatique, architecture, dessin, histoire, peinture, photographie, poésie …) afin qu’elles n’exercent ce métier de geisha que de manière temporaire et qu’elles puissent se spécialiser et être diplômées dans le secteur qui les motivera le plus. Ces bordels seraient gérer par l’état qui assurerait le bien-être psycho-affectif et intellectuel de ces femmes de prime abord en détresse. Cela permettrait aussi d’éradiquer la traite des femmes et de réduire les revenus de la mafia ainsi que le blanchiment d’argent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse
Journal — International
En Ukraine, des anarchistes montent au front pour combattre l’invasion russe
Depuis le début de l’invasion du pays par la Russie, 100 à 150 militants anarchistes et antifascistes ont rejoint les rangs des forces ukrainiennes. Certains ont même constitué un bataillon « anti-autoritaire » au sein de la défense territoriale, « pour protéger les populations et combattre l’impérialisme russe ».
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti