La culpabilité du désir sexuel de la femme !!!

depuis la nuit des temps les religion et les hommes en général ont toujours fait porter la culpabilité du désir sexuel sur les femmes. Ainsi dans l’antiquité avec la boite de pandore ou dans la bible avec adam et eve, le pommier et le serpent. On rencontre la même culpabilité en asie on ne sait par quel miracle, des femmes vis à vis du désir sexuel.

A notre époque contemporaine cela fait de nombreuses décades que les sociétés occidentales luttent contre cette culpabilité des femmes pour les libérer un peu mais pas trop.

Ainsi les magazines féminins dévoilent les corps et la pornographie le sexe des femmes afin de mieux favoriser l’acceptation de leur corps par les femmes.

Mais cela est sous certaines conditions, ainsi les magazines féminins préconisent un corps sans poils ce qui fait de la femme une petite fille au corps prépubère le poils étant sale chez la femme, critère décrété par des hommes dominants le plus souvent pédophile car les femmes ne s’en sont pas rendu compte mais en s’épilant au maximum elles n’attirent que des pervers narcissiques qui ne souhaitent que des femmes enfants dépendantes de leur moindre désir et soumise à l’esclavage sexuel et domestique que ces derniers leur imposent, quand plus trivialement blasés ils ne recherchent pas tout simplement la compagnie sexuelle de petite fille non nubile.

Ceci est un réel problème car lorsqu’on déflore une petite fille qui n’est pas préparé psychologiquement et physiquement à ce traumatisme les pervers accroissent ou annihilent la culpabilité des femmes face au désir sexuel. Alors soit une fois devenue femme, il n’y aura plus de culpabilité et la femme se prostituera ou ne se contentera jamais d’un seul partenaire. Soit la culpabilité sera tellement forte que la femme refusera tout partenaire, ceci pouvant aller jusqu’à la culpabilité de vivre c’est à dire de travailler, de fonder un foyer ou de manger, comme les SDF ou les anorexiques qui restent des petites filles sans poils et sans règle, état dans lequel elles souhaitent inconsciemment rester après avoir été violé. Devenir femme ce serait tenter de voler -séduire- le mari de sa mère c’est à dire son propre père. Alors elles préfèrent rester petite et fragile pour maintenir un certain interdit même si il a été bafoué par un adulte. Violer une petite fille on le voit ce n’est rien d’autre que la détruire.

En outre Certaines femmes deviendront séductrices, soit parce que elles ont réussit petite fille à séduire un homme, souvent leur père, et qu’elles souhaitent se prouver à elle même que tous les hommes sont comme leur père, prêt à succomber, soit qu’elles n’ont pas réussit et dans ce cas elles veulent réussir inconsciemment à séduire leur père à travers tous les hommes, mais en ne s’offrant plus au dernier moment. Ce dernier cas est celui des hystériques perverses narcissiques.

On retrouve cette culpabilité chez tous les timides hommes ou femmes, la timidité étant une hypertrophie de la culpabilité exacerbé par des tentatives de séductions précoces de la part d’adultes à l’inconscient mal étayé.

Même si la femme est porteuse de cette culpabilité vis à vis du désir sexuel cela reste constructif dans la mesure ou cela favorise la monogamie. Par contre son exacerbation ou son annihilation reste un écueil irréversible en cas de crime d’un adulte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.