christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2017

herméneutique du potlatch chap 4 : Des taxes à 400 pour cent pour éviter le potlatch

Vu que les supers riches ne peuvent pas se raisonner et continuent d’effectuer des dépenses somptueuses qui insultent leurs contemporains moins riches il est absolument nécessaire de leur faire comprendre que si ils veulent dépenser des sommes folles dans des biens de consommation superflus l’état, c’est-à-dire le peuple a le pouvoir de leur faire dépenser encore plus comme à singapore ou les voi

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A fortiori  on constatera que la plupart des automobilistes sont seuls dans la majorité des cas, voir deux au grand maximum, à occuper leur véhicule dans leurs déplacements de tous les jours ce qui constitue un gaspillage et un mépris de la communauté sans limite. Ils feraient mieux de rouler en deux roues comme les postiers qui n’ont pas plus d’accident que leurs collègues  qui roulent en 4 roues. Mais cette taxe à 400 pour cent devrait aussi toucher tous les produits de luxe ou les produits qui sont superfétatoires comme le parfum, la chirurgie esthétique non réparatrice, ou les boissons alcoolisées….

Ainsi devraient être taxés à 400 pour cent :

  • Les boissons de plus de 20 euros le litre sauf dans les discothèques où une taxe à 200 pour cent ne pénaliserait quand même pas trop leur activité.
  • La maroquinerie de plus de 150 euros (sac et valise)
  • Les accessoires technologiques de plus de 150 euros (téléphone portable et montre par exemple)
  • Les aliments de plus de 20 euros le kilo ainsi que dans les restaurants les menus de plus de 60 euros ou les plats de plus de 30 euros
  • Les parfums et autres cosmétiques qui ne servent à rien sans prix minimum
  • Les voitures de moins de 3,5 tonnes de plus de 120 chevaux et les deux roues de plus de 70 chevaux
  • Les vêtements de plus de 100 euros et les cuirs et fourrures de plus de 500 euros
  • Les chaussures de plus de 200 euros
  • Les services à la personne dans le domaine esthétique (coiffure, salle de sport, épilation, chirurgie esthétique…) de plus de 30 euros la séance ou de plus de 50 euro par mois
  • Les résidences principales de plus de 1 000 000 d’euros et les résidences secondaires sans plafond minimum
  • Les meubles et les œuvres d’art de plus de 1000 euros

 La liste n’est pas exhaustive mais en fait tous les biens ou services qui constituent une dépense superflus et que l’on peut trouver normalement à un prix plus raisonnable.

Maintenant les riches seraient tentés de quitter le pays. Grand bien leur fasse tant qu’ils payent leur impôt en France comme les citoyens américains payent leur impôt au usa car les pauvres je pense ne souhaitent pas vivre avec des cons qui les insultent par leur manque de sagesse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart