christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2018

Jean baudrillard « le système des objets » 1978 pour approfondir sur le sujet des pe

Je ne pouvais pas passer à côté de ce passage sur le mode de fonctionnement du pervers et en faire profiter tout le monde… donc rendez-vous en 2019 si tout va bien

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

P 138 L’objet séquestré : la jalousie

 Au terme de sa démarche régressive, la passion des objets s’achève dans la jalousie pure. La possession se satisfait alors le plus profondément de la valeur que pourrait avoir l’objet pour les autres  et de les en frustrer. Ce complexe de jalousie, caractéristique du fanatisme collectionneur, commande aussi, toutes proportions gardées, le simple réflexe de propriété. C’est un schème puissant de sadisme anal qui porte à séquestrer la beauté pour être seul à en jouir : cette conduite de perversion sexuelle diffuse largement dans la relation aux objets.

Que représente l’objet séquestré ? (sa valeur objective est secondaire, c’est sa réclusion qui fait son charme). Si on ne prête pas sa voiture, son stylo, sa femme, c’est que ces objets sont, dans la jalousie, l’équivalent narcissique du moi : si cet objet se perd, s’il est détérioré, c’est la castration.

On ne prête pas son phallus, voilà le fond de l’affaire.  Ce que le jaloux séquestre et garde par devers lui, c’est sous l’effigie d’un objet, sa propre libido qu’il tente de conjurer par un système de réclusion, -le même système grâce auquel la collection résout l’angoisse de la mort. Il se castre lui-même dans l’angoisse de sa propre sexualité, ou plutôt il prévient par une castration symbolique –la séquestration- l’angoisse de la castration réelle.  C’est cette tentative désespérée qui fait l’horrible jouissance de la jalousie. On est toujours jaloux de soi. C’est soi qu’on garde et qu’on surveille.  C’est soi dont on jouit.

Cette jouissance jalouse se détache évidemment sur un fond de déception absolue, car la régression systématique n’efface jamais totalement la conscience du monde réel et de la faillite d’une telle conduite….c’est à cette déception constitutive qu’est parfois dû l’emballement névrotique du système. La série tourne de plus en plus vite sur elle-même, les différences s’usent et le mécanisme de substitution  s’accélère. Le système peut aller alors jusqu’à la destruction, qui est autodestruction du sujet. (ndlr : cf le potlatch)…. Impossibilité de circonscrire la mort… dans le système de la jalousie il n’est pas rare que le sujet finisse par détruire l’objet ou l’être séquestré, par un sentiment de l’impossibilité de conjurer totalement l’adversité du monde et de sa propre sexualité. C’est là la fin logique et illogique de la passion.

 P 140 L’objet déstructuré : la perversion

L’efficacité de ce système possessif est directement liée à son caractère régressif….

….de même que la possession joue sur le discontinu de la série (réelle ou virtuelle) et sur le choix d’un terme privilégié, de même la perversion sexuelle consiste dans le fait de ne pouvoir saisir l’autre comme objet de désir dans sa totalité singulière de personne mais seulement dans le discontinu : l’autre se transforme en paradigme des diverses parties érotiques de son corps, avec la cristallisation objectale sur l’une d’entre elles. Cette femme n’est plus une femme mais sexe, seins, ventre, cuisse, voix ou visage (a la limite les cheveux, les pieds et au fil de la régression toujours plus loin dans le détail et l’impersonnel, jusqu’à ce que le fétichisme cristallise enfin , aux antipodes de l’être vivant, dans la jarretelle ou le soutien-gorge : nous retrouvons là l’objet matériel, dont la possession se caractérise comme l’élision parfaite de la présence de l’autre) …  A partir de là, elle est objet constituant une série dont le désir inventorie les différents termes, dont le signifié réel n’est plus du tout la personne aimée, mais le sujet  lui-même dans sa subjectivité narcissique, se collectionnant-érotisant lui-même  et faisant de la relation amoureuse un discours à lui-même…

….désintégrée en série selon son corps, la femme devenue objet pur est alors reprise par la série de toutes les femmes-objets dont elle n’est qu’un terme parmi d’autres… c’est ce que nous avons reconnu comme le ressort même de la satisfaction collectrice.

Cette discontinuité de l’objet en détails dans un système auto-érotique de perversion est freinée dans la relation amoureuse par l’intégrité vivante de l’autre. (c’est pourquoi la passion dans ce cas est renvoyée au fétiche qui simplifie radicalement l’objet sexuel vivant en une chose équivalente au pénis et investie comme telle)

C’est par contre la règle lorsqu’il s’agit d’objets matériels singulièrement d’objets fabriqués assez complexes pour se prêter à la déconstitution mentale. De l’automobile par exemple on peut dire : mes freins, mon aile, mon volant. On dit je freine, je braque, je démarre…. Il ne s’agit pas ici d’une personnalisation au niveau social mais d’un processus d’ordre projectif…..

Cette parcellisation et cette régression supposent une technique autonomisée au niveau de l’objet partiel. Ainsi la femme résolue en un syntagme de diverses zones érogènes est vouée à la seule fonctionnalité du plaisir, à laquelle répond alors une technique érotique. Technique objectivante, ritualisante, qui voile l’angoisse de la relation personnelle, et qui en même temps sert d’alibi réel (gestuel et efficace) au sein même du système phantasmatique de la perversion…..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement