christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2017

"le raciste se trompe de colère !!!" disait martin luther king

l'être humain déteste la différence. il suffit de lire lucky lucke " Les Rivaux de Painful Gulch " pour s'en rendre compte. alors quand on est d'une origine différente il est encore plus facile de se détester...

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

l'homme blanc est le dominant aujourd'hui dans la société contemporaine. après les arabes dans les siècles passés. avant les chinois peut être un jour.

normalement quand on est vraiment dominant on est magnanime. mais voila le raciste se trompe et certains blancs sont dominés par leur ressentiment à l'égard de la différence physique. tout comme certaines personnes d'origine étrangère à l'égard des blancs. mais en fait ce  qui ennerve surtout le raciste c'est que l'étranger est pauvre.  on le voit dans tous les textes de rap de hip hop , de soul auparavant ou de funk, ce que veut l'étranger c'est de l'argent beaucoup d'argent et des femmes. leurs paroles racontent en fait surtout la misère la violence et l'ennuie voir la jalousie.

car l'étranger sait qu'a partir du moment ou il gagne beaucoup d'argent le racisme s'estompe. voir omar sy personnalité préférée des français. d'ou sa volonté de devenir riche.

ce qui ennerve le raciste blanc comme noir c'est en fait la pauvreté. il y a toujours eut du racisme anti pauvre de la part des riches dominant. et ces derniers usent de la violence via les forces de l'ordre, et de la ruse via la justice et les lois pour stigmatiser les pauvres.

aujourd'hui les pauvres sont généralement noir ou magrébin ou asiatique dans une moindre mesure. d'ou le racisme anti pauvre fondé par un truchement génétique sur la race ou les origines. les pauvres aussi usent de la violence et de la ruse pour s'en sortir mais qui ne ferait pas de même. mais les blancs victimes leur en veulent alors qu'eux même usent des mêmes moyens pour assouvir leur désir de domination.

moi j'ai le droit d'être raciste car j'ai été violé  sous ghb ou benzodiazépine par des blacks des magrébins et des asiatiques. mais je lutte conte mon ressentiment car je n'ai pas de preuve car pas de souvenir de violence à mon encontre. je crois que c'est ce que recherchais les gouvernements français et américains : me rendre raciste. ça n'a pas complétement marché. en fait je n'ai plus confiance envers les étrangers quels qu'ils soient mais je les tolèrent.

par contre j'aime toujours les thailandais comme au premier jour ou je les ai fréquenté car ils ne m'ont jamais fait de mal et pour cause leur roi me soutenait. donc voila le raciste se trompe. ce n'est pas les origines qu'ils devraient stigmatiser ni la pauvreté d'ailleurs mais seulement la connerie.

c'est pourquoi il faut laisser les pauvres s'enrichir le plus vite possible et le plus possible en exhonérant par exemple d'impot les foyers fiscaux qui gagnent moins de 2000 euros par mois, et taxer modérément jusqu'a 3000 euros. il est urgent que les pauvres puissent s'enrichir en travaillant.

dans une vie de travaille un ouvrier gagne des centaines de milliers d'euros. mais il dépense tout pour manger se loger et payer ses taxes. il devrait pouvoir thésauriser et acquérir un bien immobilier pour se loger avec sa famille. voila donc je prône le fait qu'il faut exhonérer d'impot tout les pauvres  quite à leur donner moins de subvention sociale par exemple seulement pour ceux qui gagne moins de 1500 euros. voila marine le pen n'a qu'a réfléchir à ce texte si elle veut que je vote pour elle .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre