christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2020

Double signaux sonores induisant l’état hypnotique avant le viol ! ! !

comme je l’ai écrit dans mon livre « au viol citoyen ! ! ! » une campagne de publicité massive a inauguré l’apparition des sites de rencontre en juillet ou en septembre 2002 en france pour meetic comme aux usa pour match.com. Pour ceux qui doutaient que j’aie été spolié. mon correcteur orthographique ne fonctionne plus bizarrement...

christophe renard
technicien informatique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je me suis rendu compte que parfois en pleine nuit alors que je dors profondément, je suis réveillé en pleine conscience de mes actes, au moindre bruit comme des aboiements de chien par exemple, au lieu de me réveiller en état d’hypnose somnambulique afin d’obéir à ce pour quoi j’ai été au préalable programmé à savoir être violé.

D’autres nuits je n’arrive pas à m’endormir profondément, je l’ai déjà signalé, et bien que mes yeux soient clos je ne dors pas vraiment et j’entends pléthore de bruit mais là bien-sûr je ne suis pas violé puisque je ne dors pas vraiment, tout comme les nuits où je reste éveillé les yeux ouverts la lumière allumée (nuits durant lesquelles c’est étonnement le silence complet, comme tout le mois de janvier 2020).

Je me suis demandé alors pourquoi certaines nuits je devenais somnambule et je faisais n’importe quoi en correspondance avec les propres fantasmes d’avilissement des élites, et pourquoi certaines nuits je me réveillais de mon sommeil profond en pleine conscience quelques secondes, au moindre bruit avant de me rendormir aussitôt.

Je crois que cela tient au fait que pour être violé en état somnambulique, il y a deux signaux sonores différents : un qui me met en état somnambulique mais pour lequel la consigne est de rester au lit les yeux fermés et d’attendre un deuxième signal, qui a lieu peut être une demi-heure après et qui me fait sauter de mon lit, ouvrir ma porte et collaborer à tout ce que l’on me demande, ou aux consignes que la police m’a suggéré préalablement la veille, ( ou une semaine avant, un mois avant, un an avant ?).

Je ne pense pas me tromper, car je crois qu’à partir du moment où il y a des gens qui me soutiennent et qui ont l’autorisation de venir m’observer épisodiquement (je ne comprends pas pourquoi les gens ne peuvent pas observer mon comportement en temps réel 24 heures sur 24), la police a besoin de leur montrer, si ils ont lu la plupart des articles, livres et sites internet que j’ai produit, que parfois je continue de dormir quand j’entends des aboiements de chiens par exemple, ce qui contredit toute la stratégie de viol que j’ai dénoncé, à savoir que je me réveille en état somnambulique au moindre signal sonore.

Il s’agit bien en fait d’embrouiller les gens qui me soutiennent et de leur faire croire que je me réveille de ma propre volonté seulement quand je le souhaite pour copuler avec n’importe qui ou n’importe quoi. Donc selon la police j’attendrais patiemment certaines nuits en faisant semblant de dormir de me livrer à des actes sexuels ignobles.

Je précise que j’ai besoin de 10 h de sommeil, et que c’est justement pour cette raison que la police arrive à me violer certaines nuits (ce qui m’empêche de travailler, en plus de me désepérer). Même si je fais une nuit blanche (comme tout le mois de janvier 2020), la police arrive à me violer si je m’endors sur le matin.

Donc voilà une petite mise à jour concernant les viols sous hypnose que je subis quand je dors profondément.

Mon correcteur orthographique et grammatical ne fonctionne plus correctement, et ne signale plus toutes les erreurs, donc il y en a sûrement, surtout si j’ai été violé hier soir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — France
En Seine-Maritime, l’emprise de trafiquants de drogues sur une maire socialiste
Nos confrères du Poulpe ont pu consulter des éléments de l'enquête ayant conduit à la mise en examen de la maire socialiste de Canteleu et de son adjoint. Ils révèlent l’influence d’un réseau criminel sur le monde politique local.
par La rédaction du Poulpe
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony